Bus-lès-Artois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bus-lès-Artois
L'église.
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Acheux-en-Amiénois
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Coquelicot
Maire
Mandat
Bernadette Pombourg
2014-2020
Code postal 80560
Code commune 80153
Démographie
Population
municipale
144 hab. (2011)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 15″ N 2° 32′ 32″ E / 50.1041666667, 2.54222222222 ()50° 06′ 15″ Nord 2° 32′ 32″ Est / 50.1041666667, 2.54222222222 ()  
Altitude Min. 108 m – Max. 153 m
Superficie 6,74 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bus-lès-Artois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bus-lès-Artois

Bus-lès-Artois est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce village picard (situé au nord de l'Amiénois, à mi-chemin entre Doullens et Albert, et limitrophe du Pas-de-Calais) est aisément accessible par la route qui relie ces villes (RD 938).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est attesté en 1168 sous la forme « Bosci ».

Ce nom proviendrait du celtique bu (domicile, habitation), ou justifierait son étymologie par la présence d'un bois (boscu)[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Des traces de l'époque préhistorique ont été observées.
  • Un réseau de souterrains-refuges parcourt le village.
  • Les registres paroissiaux remontent à 1596.
  • Le village est ravagé au XVIIe (1636) lors de la guerre de Trente Ans.
  • Un pèlerinage en l'honneur de Saint Jean-Baptiste, instauré depuis le XIIIe, fut très suivi jusqu'au XIXe.
  • Le 27 mai 1797, un incendie ravage 33 maisons et l'église.
  • En 1836, le village avait trois activités principales (le textile, l'agriculture et le bâtiment) mais comptait aussi un médecin, un bourrelier, un tailleur et un épicier[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014[2] Philippe Rouvillain    
2014[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Bernadette Pombourg    

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 144 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
630 656 678 735 790 847 833 871 776
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
775 735 700 678 624 535 524 453 409
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
394 380 369 296 292 287 268 218 218
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
214 193 158 135 135 146 144 144 144
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre. Restauré en 1804 suite à un incendie en 1797, l'édifice a connu auparavant diverses époques de construction (XVIIe ou XVIIIe siècles pour le chœur) après l'érection de la tour-clocher en pierre, en avant-corps de la nef. Caractérisée par des éléments gothiques (XVe siècle), la tour témoigne aussi de plusieurs campagnes de construction. Une cloche date du XVIIIe siècle (classée à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques). Trois nouvelles cloches fondues par Gorlier à Frévent dotent le beffroi depuis 1851[6].
    Curés de la Paroisse :
    • 1596-1605 André DELAPORTE,
    • 1609-1617 Jean LESCOT,
    • 1682-1706 Toussaint CARON,
    • 1707-1750 Valentin HERMANT,
    • 1750-1766 DUBOIS,
    • 1766-1792 André LETIERCE,
    • an XII François LUPART,
    • 1808 Louis DURIER,
    • 1816-1817 Isidore GIFFROY,
    • 1817-1825 MONCHY,
    • 1825-1831 DORION,
    • 1832-1866 Felix DUBOS,
    • 1867-1881 Charles LASSIETTE,
    • 1881-1882 Louis BELDAME,
    • 1882-1909 Dominique LEDIEU,
    • 1909-1926 Albert DAMAGNEZ,
    • 1926-1952 Gabriel LEROY,
    • 1952-1955 René DAUZOU,
    • 1955-1960 Paul-Henri CARON[7]
    • 1960-1964 VANDEBEUQUE,
    • 1964-1977 Jules LECLERCQ,
    • 1977-1983 Paul SIX,
    • 1983-1988 Paul THUILLIER,
    • 1988-1995 Jean DIBLING.[réf. nécessaire]
  • Château et chapelle reconstruits en 1848, situés sur un contrefort naturel au nord de l'église et succédant à plusieurs constructions dont une fortifiée d'époque médiévale, en lisière du Bois de Bus. Le jardin du château est remarquable[8].
  • Place publique/terrain de ballon au poing (jeu traditionnel local).
  • La ville anglaise de Leeds a érigé dans la commune un mémorial en remerciement de l'accueil des villageois fait aux soldats anglais avant le départ au front le 1er juillet 1916, début de la Bataille de la Somme[1]
  • Cimetière militaire anglais de la Première Guerre mondiale
  • Bois du Bus et du Faÿ

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Activité économique[modifier | modifier le code]

Le village compte cinq agriculteurs, un café-tabac, un garage, une entreprise de travaux agricoles, et un paysagiste[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Bus-les-Artois », sur sur le site de la Communauté de communes du Pays du Coquelicot (consulté le 17 juillet 2008)
  2. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 9 juin 2008 (consulté le 17 juillet 2008)
  3. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  6. « Fiche de Bus-lès-Artois », sur sur le site de Patrimoine de France (consulté le 17 juillet 2008)
  7. « Paul-Henri Michel Marie Caron est né le 18 mai 1925 à Amiens. Ordonné le 29 juin 1949 à Amiens, il fut successivement vicaire à Poix-de-Picardie (1950), prêtre auxiliaire de Morvillers-Saint-Saturnin (1953) et curé de Bus-lès-Artois (1955). L’abbé CARON a cessé son activité à La Chaussée-Tirancourt en juin 1979. Il résidait au presbytère de Belloy-sur-Somme. C’est le curé d’Hangest qui devait le remplacer ». Source : http://pagesperso-orange.fr/andre.sehet/dedetextes/cures20emesiecle.htm
  8. « Inventaire général du patrimoine culturel (documentation préalable) », sur Base Mérimée (consulté le 17 juillet 2008)

Liens externes[modifier | modifier le code]