Clutha (fleuve)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

44° 39′ 54″ S 169° 09′ 29″ E / -44.6649, 169.158

Clutha River
Le Clutha et ses affluents sur une carte de l'île du Sud.
Le Clutha et ses affluents sur une carte de l'île du Sud.
Caractéristiques
Longueur 340 km
Bassin ?
Débit moyen 570 m3/s
Cours
Se jette dans Océan Pacifique
Géographie
Pays traversés Nouvelle-Zélande

Le fleuve Clutha est le second cours d'eau de la Nouvelle-Zélande de par sa longueur. Il coule en direction sud-sud-est pour 340 km dans l'Otago central et austral jusqu'à son embouchure dans l'océan Pacifique, à environ 75 km au sud-ouest de la ville de Dunedin.

Géographie[modifier | modifier le code]

Près de sa source à Albert Town
Le pont de Roxburgh

La source du fleuve se trouve près du col de Haast, à la fin de la rivière Makarora, qui se déverse dans le lac Wanaka à sa pointe nord. Le sud de ce lac alimente le début du Clutha près d'Albert Town, où il rencontre son premier affluent important, le Cardrona, ainsi que la rivière Hawea, sorti du lac Hawea. Peu après le fleuve s'élargit, devenant le lac Dunstan, un lac artificiel créé par le barrage hydroélectrique à Clyde. C'est ici que le Clutha rencontre un autre affluent, le Lindis.

Cinquante kilomètres au sud du lac Wanaka le Clutha atteint le village de Cromwell, dont le cours fut beaucoup changé lors de la fin de la construction du barrage de Clyde, à la fin des années 1980. Ici le Clutha est rejoint par les eaux du Kawarau. Avant la construction du barrage l'endroit était connu comme lieu où l'on pouvait voir la différence en couleur entre ces deux cours d'eau.

Le Clutha continue son cours, se dirigeant vers le sud-est à travers le défilé de Cromwell jusqu'à Clyde et Alexandra, où il est rejoint par le Manuherikia. Au sud d'Alexandra le cours d'eau s'élargit encore pour former le lac Roxburgh, aussi artificiel mais créé par le barrage de Roxburgh, construit à la fin des années 1950. La ville de Roxburgh est située près du fleuve, à 120 km au sud du lac Wanaka.

De là le fleuve continue en direction du sud-est, passant par les villes d'Ettrick, Millers Flat et Beaumont avant de rencontrer le Tuapeka, où il tourne vers le sud et rencontre son dernier affluent majeur, le Pomahaka, à 30 km de la côte pacifique. Le fleuve passe par la ville de Balclutha avant de se répandre dans son delta, formant plusieurs îles, dont Inch Clutha.

Le débit moyen du Clutha est estimé de 570 m²/s, comparable à beaucoup de cours d'eau plus grands. Ce grand débit et petite taille fait de lui l'un des cours d'eau les plus rapides du monde ; parmi les autres on trouve les fleuves Macleay et Fitzroy en Australie, l'Amazone et l'Atrato en Amérique du Sud, et le Teesta en Inde et Bangladesh.

Au-delà de son embouchure la géologie de la région créé un système de canyons maritimes s'étendant sur plus de 100 km dans le Pacifique sud, devenant finalement la dépression du Bounty. Ce système de canyons ressemble fortement aux affluents sur terre, tellement que beaucoup des fleuves débouchant dans l'océan sur la côte de l'Otago peuvent être considérés affluents du système sous-marin du Clutha. Ces fleuves incluent le Tokomairiro, le Taieri, le Waikouaiti, le Shag et le Waitaki.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Maori appellent le Clutha « Matau ». Au début de l'exploration et colonisation européennes il y avait au moins un établissement de 250 à 300 Maori sur ses rives. Le fleuve tient son nom moderne de « Cluaidh », le nom gaélique écossais pour le Clyde, fleuve majeur d'Écosse qui passe par la grande ville de Glasgow. Aux débuts de l'époque coloniale il était connu sous le nom de « Molyneux », nom donné au fleuve par le capitaine James Cook ; une base de chasse à la baleine fut installée près de son embouchure, la région étant économiquement dépendante sur les produits de la mer.

La ruée vers l'or[modifier | modifier le code]

Le fleuve joua un rôle important dans la ruée vers l'or de l'Otago central. Les premiers gisements d'or furent trouvés par Gabriel Read en 1861 aux environs du Tuapeka, à Gabriel's Gully. L'année suivante on trouva d'énormes quantités du métal précieux près de ce qui est aujourd'hui la ville de Cromwell.

À Noël 1861 il y avait 14 000 orpailleurs dans la région du Tuapeka et de Waipori. La ruée vers l'or dura peu longtemps, la plus grande partie de l’or alluvial étant déjà épuisé en 1863, mais les orpailleurs continuèrent d’affluer. La région voit un maximum de 18 000 chercheurs d’or en février 1864[1].

Inondations[modifier | modifier le code]

Le nouveau pont de Balclutha

Il y a eu plusieurs grandes inondations, notamment les « Hundred Year Floods » des 14-16 octobre 1878 et des 13-15 octobre 1978.

Celle de 1878 est considérée comme la plus grande de la Nouvelle-Zélande. Un pont à Clydevale fut détruit et emporté par les eaux, se cognant contre le pont de Balclutha et détruisant ce dernier.

Celle de 1978, concomitante avec des débordements de plusieurs autres cours d'eau, de l'Oreti au sud au Tokomairiro au nord, inonda de plus de 12 000 hectares de terre et la perte de plus de 21 000 têtes de bétail. Les villes affectées allaient de Makarora au nord à Invercargill au sud. La ville de Wyndham dut être complètement évacuée, et les villes de Balclutha, Milton et Mataura furent sérieusement endommagées, beaucoup de leurs habitants évacués. Le petit village de Kelso sur les rives du Pomahaka fut complètement abandonné et non reconstruit après la descente des eaux[2]. Le plus fort débit mesuré est de 4 500 m³/s le 15 octobre à 6h[3].

Usage de l'eau[modifier | modifier le code]

Le barrage de Clyde

Deux barrages hydroélectriques sont situés sur le cours du fleuve, les barrages de Clyde et de Roxburgh, qui produisent de l'électricité pour le réseau national néo-zélandais.

Le Clutha sert à l’agriculture irriguée de la région, basée principalement sur les fruits à drupe, aux environs de Cromwell, Alexandra et Roxburgh (pomme, abricot, cerise et pêche). Plusieurs petits vignobles sont situés près de la source du Clutha.

Les paysages montagneux de l'Otago central font des premiers kilomètres du Clutha une destination touristique, particulièrement pour le tourisme d'aventure. On y pratique plusieurs sports nautiques ainsi que le saut à l'élastique et la parapente. Le lac Dunstan est un centre important d'aviron. Il y a des pistes de ski près de la source du Clutha. Les hivers froids de la région se prêtent également à la pratique du curling.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Clutha River » (voir la liste des auteurs)

  1. (en) M. McKinnon (éd), B. Bradley, R. Kirkpatrick ; New Zealand Historical Atlas: Ko Papatuanuku e Takoto Nei : David Bateman Ltd. ; Auckland ; 1997 ; (ISBN 1869533356)
  2. (en) K. Lloyd ; Flood disaster 1978 ; Dunedin ; 1978
  3. (en) C. A. Lind ; The 100 Year Flood ; Craig Printing Co. ; Invercargill ; 1978

Lien externe[modifier | modifier le code]