Classification décimale universelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir CDU.

La classification décimale universelle (CDU) est un système de classification de bibliothèque développé par Paul Otlet et Henri La Fontaine, deux juristes belges fondateurs de l’Institut International de Bibliographie en 1895, à partir de la classification décimale de Dewey (CDD), et avec l’autorisation de Melvil Dewey. Elle a connu plusieurs éditions depuis 1905. Elle a été traduite en 40 langues[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1905, une première édition complète de la CDU est publiée, elle reprend d’une part, la liste des indices, et à la fin, l’index renvoyant aux indices. Cet ouvrage volumineux et peu transportable sera rapidement remplacé par des éditions abrégées. Les chercheurs avaient aussi la possibilité de commander uniquement la classe qui les concernait.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Comme la classification décimale de Dewey, elle répartit les connaissances humaines en dix catégories notées de 0 à 9, le 0 étant réservé aux généralités « en général ». Chaque catégorie est elle-même normalement divisée en dix parties (toutes les classes et sous-classes ne sont pas utilisées).

Un zéro terminant un indice indique toujours qu’il s’agit de généralités, par exemple 540 signifie « généralités dans le domaine de la chimie ».

Il faut se rappeler que ces indices sont en fait des nombres décimaux, dont on a enlevé le 0 final, puisque ces deux signes seraient communs à tous les indices. Ainsi, 541 doit être classé avant 61 (un peu de la même façon qu’un sous-titre numéroté 5.4.1 vient avant un titre numéroté 6.1).

Destinée à l’origine à établir une bibliographie universelle exhaustive, elle permet la réalisation d’indices très complexes. Les indices ont par la suite eu tendance à se simplifier, l’expérience ayant prouvé que ce qui était à l’origine une volonté de précision ne facilitait pas la recherche documentaire et rendait la classification décimale universelle très difficile à maintenir.

Classes[2][modifier | modifier le code]

Classe 0 - Sciences et connaissance. Organisation. Informatique. Information. Documentation. Bibliothéconomie. Institutions. Publications[modifier | modifier le code]

00 - Prolégomènes. Fondements de la connaissance et de la culture
01 - Bibliographie(s). Catalogues
02 - Bibliothéconomie
030 - Ouvrages généraux de référence (en tant que sujet)
04 - Informatique
050 - Publications en série, périodiques, revues (en tant que sujet)
06 - Organisations en général
070 - Journaux. Presse
08 - Polygraphies. Œuvres collectives
09 - Manuscrits. Livres rares et précieux

Classe 1 - Philosophie et psychologie[modifier | modifier le code]

101 - Nature et rôle de la philosophie
11 - Métaphysique
122/129 - Métaphysique spéciale
13 - Philosophie de l’esprit. Métaphysique de la vie spirituelle
14 - Systèmes et approches philosophiques
159.9 - Psychologie
16 - Logique. Épistémologie. Théorie de la connaissance. Méthodologie de la logique
17 - Philosophie morale. Éthique. Philosophie pratique

Classe 2 - Religion. Théologie[modifier | modifier le code]

2-1/-9 - Indices auxiliaires spéciaux à la classe religion
21 - Religions préhistoriques et primitives
22 - Religions originaires d’Extrême-Orient
23 - Religions originaire du sous-continent indien. Hindouisme au sens large
24 - Bouddhisme
25 - Religions de l’Antiquité. Religions et cultes mineurs
26 - Judaïsme
27 - Christianisme. Église et dénominations chrétiennes
28 - Islam
29 - Mouvements spirituels modernes

Classe 3 - Sciences sociales. Statistique. Économie. Commerce. Droit. Gouvernement. Affaires militaires. Assistance sociale. Assurances. Éducation. Folklore[modifier | modifier le code]

303 - Méthode des sciences sociales
304 - Questions sociales. Pratique sociale. Pratique culturelle. Mode de vie
305 - Études de genre sexuel (gender studies)
308 - Sociographie. Études descriptives de la société (qualitatives et quantitatives)
311 - Science statistique. Théorie et méthode de la statistique
314/316 - Société
32 - Politique. Science politique
33 - Économie. Science économique
34 - Droit. Jurisprudence. Législation
35 - Administration publique. Gouvernement. Affaires militaires
36 - Assistance sociale. Prévoyance sociale. Protection des besoins vitaux matériels et mentaux
37 - Enseignement. Éducation. Formation. Loisirs
39 - Ethnologie. Ethnographie. Coutumes. Manières. Usages. Traditions. Mode de vie. Folklore

Classe 4 - inoccupée[modifier | modifier le code]

Cette classe était autrefois consacrée à la linguistique qui a été transférée dans la classe 8 durant les années 1960.

Classe 5 - Mathématiques. Sciences exactes et naturelles[modifier | modifier le code]

502/504 - Science environnementales. Conservation des ressources naturelles. Menaces environnementales et protection de l’environnement
51 - Mathématiques
52 - Astronomie. Astrophysique. Recherche spatiale. Géodésie
53 - Physique
54 - Chimie. Minéralogie. Cristallographie
55 - Science de la Terre. Géologie
56 - Paléontologie. Fossiles
57 - Biologie. Sciences biologiques en général
58 - Botanique
59 - Zoologie

Classe 6 - Sciences appliquées. Médecine. Technologie[modifier | modifier le code]

60 - Biotechnologie
61 - Sciences médicales
62 - Ingénierie. Technologie en général
63 - Agriculture, sciences et techniques relatives à l’agriculture. Sylviculture. Exploitation agricole. Exploitation de la faune et de la flore sauvage
64 - Économie domestique. Sciences ménagères
65 - Industries du transport et de la communication. Comptabilité. Gestion d’entreprise. Relations publiques.
66 - Technologie de la chimie. Industries chimiques et apparentées
67 - Industries, commerces et artisanats divers
68 - Industries, artisanats et commerces de produits finis ou assemblés
69 - Industrie de la construction. Matériaux. Méthodes et procédés

Classe 7 - Arts. Divertissements. Sports[modifier | modifier le code]

7.01/.09 - Divisions spéciales pour la théorie, les techniques, les périodes, les styles, la présentation dans l’art
71 - Aménagement du territoire. Urbanisme. Architecture paysagère. Paysages, parcs, jardins
72 - Architecture
73 - Arts plastiques
74 - Dessin. Dessins artistique. Design. Arts appliqués et métiers d’art
75 - Peinture
76 - Arts graphiques. Gravures
77 - Photographies et procédés connexes
78 - Musique
79 - Divertissement. Distractions. Jeux. Sports

Classe 8 - Langue. Linguistique. Littérature[modifier | modifier le code]

80 - Questions générales concernant la linguistique et la littérature. Philologie
81 - Linguistique et langues
82 - Littérature

Classe 9 - Géographie. Biographie. Histoire[modifier | modifier le code]

902/908 - Archéologie. Préhistoire. Vestiges culturels. Études d’une zone
91 - Géographie. Exploration de la Terre et de pays particuliers. Géographie régionale
929 - Biographies et études apparentées
93/94 - Histoire

Utilisation dans le monde[modifier | modifier le code]

En France, la classification décimale universelle a été utilisée dans la plupart des bibliothèques universitaires mais elle régresse depuis la fin des années 1980[réf. souhaitée], au profit de la classification décimale de Dewey[3]. Elle reste encore en usage, dans une version généralement simplifiée, dans les centres de documentation et d’information des établissements scolaires du secondaire (essentiellement dans les lycées) et dans de nombreuses bibliothèques publiques ou privées.

En Belgique francophone, l’utilisation de la CDU est requise pour toute bibliothèque souhaitant être reconnue - et donc subventionnée - par la Communauté française de Belgique, pour le classement des rayons en libre accès.

Un aperçu des pays utilisant la CDU (en 2004) est accessible sur le site de l’UDC Consortium[4].

Éditions de la CDU[modifier | modifier le code]

La CDU complète n’est disponible que sous forme informatisée auprès de l’UDC Consortium (sous licence). Il s’agit du Master Reference File (MRF). Il existe deux versions francophones ayant pour but de proposer une CDU plus compacte et plus utilisable : une « moyenne » (3 volumes) et une « abrégée » (1 volume). Les éditions du Céfal (Liège, Belgique) possèdent le monopole de l’édition de la CDU en français.

  • Classification décimale universelle : édition abrégée, Liège, éditions du Céfal,‎ 2012, 8e éd., 24 cm, 449 p. (ISBN 978-2-87130-333-6)
  • Classification décimale universelle : édition moyenne internationale : Tables auxiliaires, classes 0 à 5, vol. 1, Liège, édition du Céfal,‎ 2004, 30 cm, 421 p. (ISBN 2-87130-151-4)
  • Classification décimale universelle : édition moyenne internationale : Classes 6 à 9, vol. 2, Liège, édition du Céfal,‎ 2004, 30 cm, 495 p. (ISBN 2-87130-152-2)
  • Classification décimale universelle : édition moyenne internationale : Index, vol. 3, Liège, édition du Céfal,‎ 2004, 30 cm, 319 p. (ISBN 2-87130-153-0)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)UDC Consortium: Bibliography. Consulté le 13 janvier 2011.
  2. « UDC Consortium », sur http://www.udcc.org/ (consulté en 15 février 2010).
  3. Classification CDD qui est antérieure à la CDU.
  4. (en)Countries with UDC users.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • I.C. McIlwaine (trad. de l'anglais par Marcel Humblet), Guide d'utilisation de la CDU [« Guide to the use of the UDC »], Liège, éditions du Céfal,‎ 1995, 28 cm, 227 p. (ISBN 2-87130-049-6)