Charles Tellier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tellier.

Charles Tellier

Description de cette image, également commentée ci-après

Charles Tellier en 1912

Nom de naissance Louis Charles Abel Tellier
Alias
loulou
Naissance 29 juin 1828
Amiens, France
Décès 20 octobre 1913 (à 85 ans)
16e arrondissement de Paris
Nationalité Drapeau : France Française
Profession ingénieur civil
Formation
architecte

Louis Abel Charles Tellier est un ingénieur français né le 29 juin 1828[1] à Amiens (Somme) et mort le 19 octobre 1913 dans le 16e arrondissement de Paris.

Il est en 1876 à l'origine de travaux sur deux corps nouveaux, l'éther méthylique et la triméthylamine. Il crée à Auteuil en 1869, la première usine frigorifique dans le monde pour la conservation de la viande et des denrées alimentaires par le froid artificiel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un marchand épicier devenu industriel de la filature à Condé-sur-Noireau en Normandie mais ruiné par la Révolution de 1848, il étudie en faculté l'ammoniaque, un engrais concentré puis la production domestique de l'air comprimé.

Le projet sur la production domestique de l'air comprimé est présenté à la ville de Paris, mais le baron Hausmann qu'aucune idée audacieuse n'effraie lui donne ce conseil : « La glace manque à Paris quand les hivers sont chauds, vous devriez vous occuper de la fabriquer artificiellement. » Il faut dire qu'à l'époque, pour conserver les denrées, on remplissait un grand puits appelé glacière de deux cents tombereaux de neige et de glace. Cette conservation héritée des Romains était aléatoire.

En 1856, Charles Tellier s'appuie sur les travaux de laboratoire de Faraday qui obtient une température de -11 °C et de Thilorien qui par liquéfaction arrivera à abaisser la température à -79 °C.
Deux ans plus tard, il crée sa première machine frigorifique à circulation de gaz ammoniac liquéfié, pour la production du froid à usage domestique et industriel.

Cette invention qui bouleverse le monde moderne, est constamment améliorée et, en 1865, il construit une machine à compression mécanique à gaz liquéfié et l'installe dans la fabrique du maître-chocolatier Menier.

En 1876, le navire Frigorifique parti de Rouen rapporte de la viande à Buenos Aires en bon état de conservation après 105 jours de mer.

Charles Tellier a découvert et mis au point la méthode du refroidissement par cascades, qui rend un fluide facilement liquéfiable, comme l'anhydride sulfureux, utilisé pour déterminer la liquéfaction d'un autre liquide plus difficile à liquéfier, comme l'anhydride carbonique. Ce principe sera utilisé et rationalisé vingt ans plus tard.

Charles Tellier meurt à son domicile situé au no 75 de la rue d'Auteuil à Paris en 1913 dans la plus grande pauvreté et, peu avant de disparaître, il dira à un de ses proches : « Le convoi des pauvres m'attend, mais ce sort final des travailleurs ne m'effraie pas... »

Hommages[modifier | modifier le code]

Son nom a été donné à un paquebot et un méthanier des Messageries maritimes :

  • Charles Tellier[2]
  • Tellier[3]

Son nom a également été donné au lycée de Condé-sur-Noireau, d'où son père était originaire[4].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Véritable Métropolitain (lire en ligne)
  • Histoire d'une invention moderne, le frigorifique
  • Élévation des eaux par la chaleur atmosphérique, utilisation des chaleurs perdues, forces gratuites, éclairage gratuit, froid gratuit.
  • La Conservation de la viande et des matières... de Charles Louis Abel Tellier

La Conservation de la viande et des matières organiques alimentaires par des moyens naturels.

  • Histoire d'une invention moderne : le frigorifique
  • L'Ammoniaque dans l'industrie
  • La conquête pacifique de l’Afrique occidentale par le soleil
  • La Vie à bon marché

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Tellier (préf. Jacques Arsène d'Arsonval), Histoire d'une invention moderne : le frigorifique, Paris, C. Delagrave,‎ 1910 (lien OCLC?)
  • Robert Lesage, Charles Tellier, le père du froid : 1828-1913, Paris, A. Giraudon,‎ 1928, 196 p. (lien OCLC?)
  • Dr P. Theil, « Cinquantenaire de Charles Tellier », dans Atlas de l'Histoire, n°31, avril 1963
  • Guy Pessiot et Jacques Tanguy, Rouen. Photos inédites 1850-2000, Rouen, éd. des Falaises, coll. « Patrimoines vivants »,‎ 2008, 288 p. (ISBN 978-2-84811-081-3, lien OCLC?), p. 18
    Photographie d'une réception à Rouen en septembre 1912 en l'honneur de Charles Tellier

Sources externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Acte de naissance (archives d'Amiens) : http://archives.somme.fr/ark:/58483/a011261413210zfTE5o/1/216
  2. Le Charles Tellier
  3. Le Tellier
  4. Site du lycée Charles Tellier

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :