Centrale nucléaire de Three Mile Island

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Centrale nucléaire de Three Mile Island
Image illustrative de l'article Centrale nucléaire de Three Mile Island
Vue aérienne de la centrale de Three Mile Island.
Administration
Pays États-Unis
État Pennsylvanie
Comté Dauphin
Township Londonderry township
Coordonnées 40° 08′ 50″ N 76° 43′ 30″ O / 40.1472, -76.725 ()40° 08′ 50″ Nord 76° 43′ 30″ Ouest / 40.1472, -76.725 ()  
Opérateur Exelon
Année de construction 1968
Date de mise en service 1974
Statut En service
Réacteurs
Fournisseurs Babcock and Wilcox
Type Réacteur à eau pressurisée
Réacteurs actifs 1
Puissance nominale 802 MWe (TMI-1)
906 MWe (TMI-2)
Production d’électricité
Divers
Source froide cours d'eau (Susquehanna)
Site web site web

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Centrale nucléaire de Three Mile Island

La Centrale nucléaire de Three Mile Island est une centrale nucléaire dans l'Est des États-Unis. Mise en service en 1974, elle a subi un accident le . Cet accident a été classé au niveau 5 de l'échelle internationale des événements nucléaires (INES).

Elle est composée de deux unités distinctes TMI-1 (Three Mile Island 1) et TMI-2 (Three Mile Island 2). C'est dans cette seconde unité qu'eut lieu l'accident nucléaire de Three Mile Island en 1979.

Three Mile Island Unit 1[modifier | modifier le code]

Three Mile Island Unit 1 est un réacteur à eau pressurisée conçu par Babcock and Wilcox avec une capacité de production nette de 802 MWe. Le coût de construction initial était de 400 millions US $. Cette unité a été raccordée au réseau électrique le 19 avril 1974, et a commencé ses opérations commerciales le 2 septembre 1974. TMI-1 est autorisé à être exploité pendant 40 ans à compter de sa première exécution, en 2009, elle a été prolongée de 20 ans, ce qui signifie qu'elle peut fonctionner jusqu'au 19 avril 2034. Quand TMI-2 a subi son accident en 1979, TMI-1 a été déconnecté du réseau. Elle a été remise en ligne en octobre 1985, malgré l'opposition du public, plusieurs injonctions des tribunaux fédéraux, et des complications techniques et réglementaires.

Three Mile Island Unit 2[modifier | modifier le code]

Three Mile Island Unit 2 est également un réacteur à eau pressurisée construits par Babcock and Wilcox, semblable à l'unité 1. La seule différence est que TMI-2 était légèrement plus grand avec une capacité de production nette de 906 MWe, par rapport à TMI-1, qui délivre 802 MWe. L'unité 2 a reçu sa licence d'exploitation le 8 février 1978, et a commencé l'exploitation commerciale le 30 décembre 1978.

L'accident[modifier | modifier le code]

Jimmy Carter, alors président, en visite à la centrale nucléaire de Three Mile Island quelques jours après l'accident.

Le un dysfonctionnement du système de refroidissement a provoqué une fusion partielle en bas du cœur du réacteur. Cet accident de perte de réfrigérant primaire a entraîné le déversement d'une importante quantité de radioactivité, estimée à 43 000 curies (1,59 PBq) du krypton 85 gaz radioactif (demi-vie 10 ans), mais inférieure à 20 curies (740 GBq) d'iode 131 (demi-vie 8 jours), dans l'environnement.

L'industrie nucléaire affirme que cet accident n'a provoqué ni décès, ni blessures ou effets néfastes sur la santé, un rapport de l'université de Columbia soutient cette conclusion[1], qui est également confirmée par l'analyse de cohortes du registre de cancérologie de Pennsylvanie [2],[3] et que par la communauté scientifique internationale, selon l'UNSCEAR[4],[5]. Une autre étude réalisée par Steven Wing de l'université de Caroline du Nord a constaté que les taux de cancer du poumon et de leucémie ont été de 2 à 10 fois plus élevés dans les zones que les masses d'air ont traversé après être passées au-dessus de TMI que dans les autres zones[réf. souhaitée]. Le Radiation and Public Health Project, une organisation anti-nucléaire, fait état d'un pic de mortalité infantile dans les collectivités situées en aval, deux ans après l'accident[réf. souhaitée].

L'incident a été largement diffusé au niveau international, et a eu des effets profonds sur l'opinion publique, en particulier aux États-Unis. Le Syndrome chinois, un film sur une catastrophe nucléaire, qui a été publié seulement 12 jours avant la catastrophe, est devenu un blockbuster[réf. souhaitée].

Après l'accident[modifier | modifier le code]

Photo de la centrale prise le 6 juin 2010. Les tours du réacteur n°1 en fonctionnement émettent de la vapeur d'eau. Le réacteur n°2 est arrêté

Selon Exelon Corporation (le nouvel exploitant de la centrale), beaucoup de gens sont surpris quand ils apprennent que Three Mile Island produit encore de l'électricité, soit suffisamment pour alimenter 800 000 ménages, à l'aide de son réacteur en bon état et entièrement fonctionnel (TMI-1). Il fut remis en service 6 ans après l'accident[6].

Le 22 janvier 2010, des fonctionnaires de la Commission de réglementation nucléaire ont annoncé que le générateur électrique de l'unité 2 sera utilisé à la centrale nucléaire de Shearon Harris, New Hill, Caroline du Nord. Les travaux préliminaires sont en cours pour déplacer ce générateur. Il a été transporté en deux parties, d'un poids total de 670 tonnes en novembre 2010. Le réacteur TMI-2 était stoppé depuis la fusion partielle en 1979.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cancer rates after the Three Mile Island nuclear accident and proximity of residence to the plant. - American Journal of Public Health - 8 janvier 1991, 81, p. 719-724: "In an analysis examining cancer rates and residential proximity to the Three Mile Island nuclear plant, we observed a modest postaccident increase in cancer near TMI that is unlikely to be explained by radiation emissions. (...) The most plausible alternative explanation is that improved surveillance of cancer near the TMI plant led to the observed increase."
  2. (en)Neerav Goyal, MD, MPH; Fabian Camacho, MS, MA; Joseph Mangano, MPH, MBA; David Goldenberg, MD, FACS Thyroid Cancer Characteristics in the Population Surrounding Three Mile Island, "Although the TMI area shows a higher incidence of thyroid cancer as compared to the rest of the state, this was not statistically significant. Conclusions: The TMI population showed a higher proportion of papillary thyroid cancer and less aggressive pathology and earlier diagnosis compared to the rest of Pennsylvania. No statistically significant difference in thyroid cancer incidence was noted. Overall, the study does not show a clear link with more advanced thyroid cancer and proximity to the TMI nuclear reactors." et « Although low-dose radiation has been linked to increased thyroid cancer incidence in children, our data do not support a similar link among the TMI cohort. » The Laryngoscope, 27 février 2012
  3. (en) Yueh-Ying Han, Ada O. Youk, Howell Sasser et Evelyn O. Talbott, « Cancer incidence among residents of the Three Mile Island accident area: 1982–1995 », Environmental Research, vol. 111, no 8,‎ novembre 2011, p. 1230-1235 (ISSN 0013-9351, DOI 10.1016/j.envres.2011.08.005, résumé, lire en ligne [html])« Increased cancer risks from low-level radiation exposure within the TMI cohort were small and mostly statistically non-significant. However, additional follow-up on this population is warranted, especially to explore the increased risk of leukemia found in men. »
  4. What Happened and What Didn't in the TMI-2 Accident, American Nuclear Society
  5. UNSCEAR 1993, annexe B
  6. (en) Life after a meltdown: Locals near Three Mile Island may be wary, but they aren't moving, - The National Post – (Canada), samedi 19 Mars 2011, page A5