Casabianca (Haute-Corse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir casabianca.
Casabianca
A Casabianca
Vue de Casabianca
Vue de Casabianca
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Fiumalto-d'Ampugnani
Intercommunalité sans
Maire
Mandat
Fernand Vincentelli
2008-2014
Code postal 20237
Code commune 2B069
Démographie
Population
municipale
90 hab. (2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 26′ 50″ N 9° 21′ 50″ E / 42.4472222222, 9.36388888889 ()42° 26′ 50″ Nord 9° 21′ 50″ Est / 42.4472222222, 9.36388888889 ()  
Altitude 630 m (min. : 388 m) (max. : 1 000 m)
Superficie 3,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte administrative de Haute-Corse
City locator 14.svg
Casabianca
A Casabianca

Géolocalisation sur la carte : Haute-Corse

Voir sur la carte topographique de Haute-Corse
City locator 14.svg
Casabianca
A Casabianca

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Casabianca
A Casabianca

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Casabianca
A Casabianca

Casabianca (en corse A Casabianca, prononcé [agazaiã: ka], A Casabianca d'Ampugnani dans sa forme longue) est une commune française située dans le département de la Haute-Corse et la collectivité territoriale de Corse. Elle est située dans la pieve d'Ampugnani. Elle fait partie du canton de Fiumalto-d'Ampugnani.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Casabianca se trouve dans le canton de Fiumalto-d'Ampugnani, sur le versant oriental de la Castagniccia et dans le P.N.R.C..

Le village est situé à 600 mètres d'altitude, sous la Cima a u Borgu (930 mètres) et en contrebas de la D237. Une bretelle permet d'accéder au village.

La route D237 passe par le col de Saint-Antoine (687 m), un carrefour des voies D15 et D515 permettant toutes deux de se diriger sur Ortiporio au nord et la basse vallée du Golo, au sud vers Giocatojo/La Porta en pleine Castagniccia, et la D237 versPiano, la plaine et le littoral de la Casinca.

Le bâti comprend 64 maisons (INSEE) en schiste, moellon et enduit avec, en majorité des couvertures en ardoise ; quelques-unes sont couvertes en tuiles mécaniques.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 15 juillet 1755, pendant la période des "Révolutions de Corse" (1729-1769), c'est au couvent Sant' Antone di A Casabianca que Pasquale Paoli fut élu Général de la Nation Corse.par une "Consulta" (assemblée populaire en langue Corse).

Saint-Roch (San Roccu) le saint patron de Casabianca est fêté le 16 août.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Fernand VINCENTELLI    
2008   Fernand VINCENTELLI DVG  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 90 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
236 255 245 238 259 258 250 262 268
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
276 295 246 230 299 348 355 255 244
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
194 212 277 264 274 272 128 113 85
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
72 57 57 36 68 80 80 91 90
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

Couvent Sant' Antone[modifier | modifier le code]

Le Couvent de servites Saint-Antoine-abbé au lieu-dit Sant' Antonio (Sant' Antone di A Casabianca). Fondé vers 1420, ce couvent de servites ne comptait en 1646 que 4 religieux. En vue de son agrandissement, l'édifice a fait l'objet de plusieurs opérations de travaux jusqu'au milieu du XVIIe siècle. En 1791 les biens conventuels furent aliénés. En l'An VIII de la République, l'église et le couvent furent incendiés et ruinés par le conventionnel Christophe Saliceti (cf. U Salgetu).

Haut lieu historique, le couvent a abrité de nombreuses Consulte. Au cours de celle du 15 juillet 1755, Pascal Paoli fut proclamé Général du Royaume de Corse. Pour commémorer cet évènement, une plaque a été apposée sur la façade frontale à la suite d'une délibération du conseil municipal de Casabianca du 29 mai 1936.

Le clocher a été récemment restauré. Couvent et clocher sont protégés et inscrits aux monuments historiques le 30 janvier 1990[3].

La statuette de Saint Antoine-Abbé qui orne la niche ménagée dans l'élévation antérieure de l'église conventuelle date de la seconde moitié du XVIIe siècle. Elle n'est pas protégée monument historique mais repris à l'inventaire général de 1999.

Malgré la dangerosité des lieux, l'ancien couvent abrite encore de nombreuses tombes entretenues et fleuries.

Église de l'Annonciation[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale de l'Annonciation (A Nunziata), a été bâtie en 1806 en remplacement de l'ancienne église datant de 1487. Elle a subi des travaux de restauration en 1891 puis en 1983 comme signalées par les inscriptions en latin gravées dans la pierre.

Elle se présente en schiste, moellon et enduit avec un toit en ardoise.

L'édifice n'est pas protégé MH mais repris à l'inventaire général de 1999[4] tout comme les œuvres ci-après qui s'y trouvent : l'ensemble de l'autel secondaire de la confrérie du Rosaire, l'ensemble de l'autel secondaire de saint Roch, l'autel et 3 gradins d'autel, la croix d'autel du maître-autel, la chaire à prêcher, l'ostensoir, les calice et patène (1860) donation de l'Empereur Napoléon III, et un ciboire[5].

Chapelle Saint-Michel[modifier | modifier le code]

La Chapelle Saint-Michel (San Michele) au lieu-dit Quarcetto, datée limite XVIIe siècle XVIIIe siècle, est également en schiste, moellon et enduit avec toit en ardoise. Elle n'est pas protégée MH mais repris à l'inventaire général de 1999[6].

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Le collectif du bâti de 64 maisons construites à partir du XVe siècle, en schiste, moellon et enduit, couverture en ardoise majoritairement. L'ensemble est repris à l'inventaire général de 1999.
  • Une fontaine datée de 1734 restaurée. Elle est non protégée MH mais reprise à l'inventaire général de 1999.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :