El Affroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
El Affroun
Noms
Nom algérien العفرون
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Wilaya Blida
Daïra El Affroun
Code ONS 0910
Démographie
Population 42 465 hab. (2008[1])
Densité 760 hab./km2
Géographie
Coordonnées 36° 28′ 26″ N 2° 37′ 19″ E / 36.473755, 2.62195636° 28′ 26″ Nord 2° 37′ 19″ Est / 36.473755, 2.621956  
Altitude Min. 100 m – Max. 498 m
Superficie 55,87 km2
Localisation
Localisation de la commune dans la wilaya de Blida
Localisation de la commune dans la wilaya de Blida

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
El Affroun

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
El Affroun

El Affroun est une commune de la wilaya de Blida en Algérie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Relief[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'El Affroun est située à l'ouest de la wilaya de Blida, à environ 18 km à l'ouest de Blida et à environ 69 km au sud-ouest d'Alger.

Communes limitrophes d’El Affroun
Ahmar El Aïn Attatba Mouzaïa
Oued Djer El Affroun Mouzaïa
Oued Djer Aïn Romana Aïn Romana

Localités de la commune[modifier | modifier le code]

Lors du découpage administratif de 1984, la commune de El Affroun est constituée à partir des localités suivantes[2] :

  • El Affroun
  • Beni Djemaa
  • Bou Roumi Ouled Hamidane
  • Kadah ((c'est la Montagne)
  • Ouled Hamouda
  • Bouyaghrane (c'est la Montagne, proche à Beni Djemaa)
  • Beni Mouimen

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune provient du mot berbère « ifri » (lui-même issu de la racine berbère FR (effer) signifiant « cacher ») qui signifie « escarpement », « rocher escarpé », « grotte, abri sous roche »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Aussi loin que les documents historiques en attestent, la région était essentiellement peuplée de tribus berbères telles que les Soumathas, Beni Mouzaia, Beni Menad, Oulad Hamidane, Beni Allel... etc.[4] Ces tribus occupaient les vastes plaines au sud de la colline nommée El Affroun et vivaient principalement de l'agriculture.

Très peu de vestiges romains subsistent dans la région, la Mitidja romaine est restée à l'écart des grandes villes de la Maurétanie Césarienne et des principaux sentiers qui les reliaient[5].

La ville d'El Affroun fait partie des 42 colonie agricoles instaurées par le pouvoir colonial français en 1848 (via l'arrêté du 19 septembre 1848), les colonies étaient crées dans la plus grande urgence afin de contenir les manifestations de juin 1848 à Paris, et éloigner ainsi les fauteurs de trouble de la capitale. L'implantation du village d'El Affroun s'est faite sur le contrebas Nord de la colline, les colons français ont défriché le terrain essentiellement marécageux à cause du Lac Halloula plus au Nord, puis la construction d'un tunnel a permis d’assécher le lac et ainsi rendre le terrain exploitable. Un plan en damier classique quadrille la ville, au fil des décennies la ville d'EL Affroun s'étoffe avec des services propres à toute commune coloniale de l'époque (poste, mairie, église, stade...), mais aussi d'autres qui dépassent ceux d'une simple commune tels que le crédit, le syndicalisme agricole, la formation professionnelle, les assurances et la coopération avec notamment une tabacoop et une grande cave[6].

Plusieurs fermes et clos agricoles sont implantés autour de la ville du fait de la grande fertilité des plaine de la Mitidja, la ville a d'ailleurs gardé sa vocation agricole en plus de celle d'universitaire récemment.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

La gare ferroviaire d'El Affroun, Blida.

Transports[modifier | modifier le code]

El Affroun compte une gare ferroviaire point de départ-arrivée d'une double voie électrifiée (mise en service en 2008) vers-depuis la capitale Alger en passant par la ville de Blida.

Vers l'ouest, la voie est classique et constitue la porte du réseau du ouest algérien desservant les grandes villes de Chlef, Aïn Témouchent, Oran...etc.

Université[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Université Blida 2.

La ville dispose d'un nouveau site universitaire de la wilaya de Blida, où plusieurs facultés, cités pour étudiants sont réalisées.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF]Recensement 2008 de la population algérienne, wilaya de Blida, sur le site de l'ONS.
  2. Journal officiel de la République Algérienne, 19 décembre 1984. Décret no 84-365, fixant la composition, la consistance et les limites territoriales des communes. Wilaya de Blida, page 1492.
  3. Ouedia Yermeche, « État civil et anthroponymie en Algérien : Typologie des patronymes à base toponymique », dans Farid Benramdane et Brahim Atoui, Nomination et dénomination : Des noms de lieux, de tribus et de personnes en Algérie, Oran, Éditions CRASCO,‎ 2005 (ISBN 9961813146), p. 175.
  4. Tribus de l’Atlas blidéen et de la Mitidja ... http://atlas.blida.over-blog.com/article-tribus-de-l-atlas-blideen-et-de-la-mitidja-83518095.html
  5. La plaine de la Mitidja avant 1962 http://alger-roi.fr/Alger/plaine_mitidja/textes/2_plaine_mitidja_presentation_generale_historique_bouchet.htm
  6. El Affroun par Georges Bouchet http://alger-roi.fr/Alger/plaine_mitidja/communes/textes/12_plaine_mitidja_communes_el_affroun.htm