Blood & Magic

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Blood & Magic
Éditeur Interplay
Développeur Tachyon Studios

Date de sortie 26 novembre 1996
Genre Stratégie temps réel
Mode de jeu Solo et multijoueurs
Plate-forme DOS, Windows
Média CD-ROM
Contrôle Clavier, souris

Blood & Magic est un jeu vidéo de stratégie en temps réel développé par Tachyon Studios et publié par Interplay le 26 novembre 1996. Il est le premier jeu vidéo de ce type à prendre place dans le monde imaginaire des Royaumes oubliés, décor de campagne du jeu de rôle Donjons et Dragons, et le deuxième à utiliser la licence Donjons et Dragons (le premier était Stronghold).

Trame[modifier | modifier le code]

Blood & Magic prendre place dans le monde imaginaire des Royaumes oubliés, décor de campagne du jeu de rôle Donjons et Dragons[1].

Système de jeu[modifier | modifier le code]

Blood & Magic est un jeu de stratégie en temps réel dans la lignée de Warcraft: Orcs & Humans. Comme dans celui-ci, le joueur doit gérer ses ressources, développer sa base et construire une armée pour détruire son adversaire. Le concept du jeu diffère néanmoins des jeux de stratégie en temps réel classiques. En effet, la seul ressource du jeu - le mana – n'est pas collecter sur la carte mais produite par l'unité de base du jeu : les golems. Lorsque ceux-ci sont inactifs, ils se transforment en effet en pyramide transférant automatiquement le mana vers le bâtiment principale du joueur – la forge – qui peut stocker jusqu'à 300 points de mana. Les golems peuvent également être transformé en différents types d'unités de combat en étant amené auprès d'un des bâtiments dédié à cet effet. Ces bâtiments sont créés en fusionnant quatre golems sur des emplacements disséminés sur la carte. Six types de bâtiments sont disponibles dans le jeu, chacun donnant accès à différents types d'unités (la caserne est par exemple nécessaire pour transformer les golems en guerrier ou en ranger). Pour débloquer certaines unités, comme les moines ou les druides, le joueur doit avoir accumulé suffisamment d'expérience en tuant des unités ennemies[1],[2].

Le mode solo du jeu est divisé en cinq campagnes, chacune d'elle étant constitués de trois niveaux. Il est également possible de jouer en multijoueurs par modem ou en réseau local[1].

Accueil[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes obtenues
Blood & Magic
Média Pays Notes
Computer Gaming World US 1,5/5[3]
GameSpot US 65 %[4]
Gamezilla US 87 %[5]
Gen4 FR 3/5[1]
Joystick FR 80 %[2]

A sa sortie, Blood & Magic est correctement accueilli par la presse spécialisée qui souligne son concept original et la variété des unités disponibles dans le jeu. Les critiques lui reproche en revanche d'être assez limité d'un point de vu stratégique et d'être très pauvre graphiquement[1],[2],[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (fr) Eric Ernaux, « AD&D Blood and Magic : Golem à tout faire », Gen4, no 95,‎ janvier 1997, p. 162-163.
  2. a, b et c (fr) Seb, « Blood & Magic », Joystick, no 78,‎ janvier 1997, p. 84-86.
  3. a et b (en) Arinn Dembo, « Blood Without The Magic », Computer Gaming World, no 153,‎ avril 1997, p. 164-166 (lire en ligne).
  4. (en) Trent C. Ward, « Blood & Magic Review », sur Gamespot.com,‎ 7 novembre 1996.
  5. (en) Aaron Nicholls, « Blood and Magic Review », sur Gamezilla.com,‎ 24 juin 2001.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bart Farkas, Blood and Magic : The Official Strategy Guide, Prima Publishing,‎ 1996, 153 p. (ISBN 9780761504900)