Biyouna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Biyouna

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Biyouna au festival de Cannes 2011.

Nom de naissance Baya Bouzar
Surnom Biyouna
Naissance 13 septembre 1952 (62 ans)
Alger (Algérie[1])
Nationalité Drapeau de l'Algérie Algérienne
Profession Actrice
danseuse
chanteuse
Films notables Viva Laldjérie
La Source des femmes
Delice Paloma
Aïcha

Baya Bouzar, dite Biyouna, est une chanteuse[2], danseuse et actrice algérienne née le 13 septembre 1952[3] dans le quartier algérois de Belcourt, en Algérie[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Habitée très tôt par la passion du chant, Biyouna fait partie de plusieurs troupes, d'abord celle de Fadela Dziria où elle assure les chœurs en jouant du tambourin, puis une autre qu'elle dirige avec sa complice Flifla, enfin la sienne où elle est la chanteuse principale et devient une animatrice réputée des fêtes de mariages.

À dix-sept ans elle débute dans les plus grands cabarets de la ville et à 19 ans elle est danseuse au Copacabana. La même année, le réalisateur Mustapha Badie la repère et lui fait tourner son premier feuilleton où elle interprète le rôle de Fatma, dans La Grande Maison (1973), adapté du roman de Mohamed Dib. Ce feuilleton la rendra célèbre[4].

Pour le cinéma algérien, elle tourne deux films : Leila et les autres de Sid Ali Mazif en 1978 et La Voisine de Ghaouti Bendedouche en 2000 et se produit dans des one-woman-show.

En 1999, Nadir Moknèche lui offre le rôle de Meriem dans Le Harem de madame Osmane qu'elle tourne en France[4]. Ce film sera suivi de Viva Laldjérie en 2003.

Entretemps, Biyouna continue une carrière de chanteuse et sort en 2001 l'album Raid Zone, réalisé avec le compositeur John Bagnolett. Après le succès de cet album et sa participation au spectacle de Fellag Opéra d'Casbah mis en scène par Jérôme Savary, Biyouna sort un nouvel album Une Blonde dans la casbah. L'idée de cet album était dans l'air depuis longtemps. Biyouna a pris son temps, choisissant avec soin un répertoire franco-algérien qui puise dans les deux cultures. Son entourage est composé de Joseph Racaille, responsable d'arrangements majestueux, Christophe Dupouy, associé régulier de Jean-Louis Murat chargé du mixage, son agent Olivier Gluzman qui l'a engagée sur un vrai coup de foudre et son mari Mokhtar.

Entre 2002 et 2005, Biyouna obtient un grand succès avec la trilogie ramadanesque Nass Mlah City.

Elle joue dans le dernier film de Nadir Moknèche, Délice Paloma[4], où elle tient le rôle principal (une mafieuse qui répond au nom de madame Aldjeria), en 2006 elle s'apprête à répéter le rôle du Coryphée dans Électre de Sophocle aux côtés de Jane Birkin dans une mise en scène de Philippe Calvario, en 2007 elle a un petit rôle dans Rendez-vous avec le destin.

Début 2009, elle joue La Célestine au Vingtième Théâtre (20e arrondissement de Paris).

Pour le ramadan 2010, Biyouna est une des vedettes de la sitcom saluée par la critique[réf. souhaitée], diffusée sur Nessma, Nsibti Laaziza.

En 2011, Biyouna est aux côtés de Julien Doré pour son album Bichon, assurant les chœurs sur la chanson Bergman.

Elle fait une apparition le 7 décembre 2011 dans l'émission On n'demande qu'à en rire au côté des Lascars Gays lors d'un sketch sur les femmes cougars.

Discographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biyouna - IMDb » (consulté le 25 mai 2014)
  2. « Baya Bouzar, chanteuse », sur wn.com (consulté le 5 octobre 2010)
  3. Doubles langages - L'Express
  4. a, b et c (fr) « Sa carrière », sur www.dzcinema.com (consulté le 5 octobre 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]