Bergamote

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bergamote (homonymie).
Bergamotier arbre, Comté de Maricopa, Arizona

La bergamote est le fruit du bergamotier, arbre, de la famille des Rutacées (à ne pas confondre avec la poire bergamote ou ses variétés[1]) principalement cultivé en province de Reggio de Calabre (Italie) depuis le XVIIIe siècle et uniquement sur une étroite bande de la côte calabraise, le long de la mer Ionienne et la mer Tyrrhénienne[2] où la bergamote alimente encore une petite industrie locale[3].

En 1811, Giorgio Gallesio pensait[4] qu'elle serait issue d'un croisement entre une orange amère et une lime (aussi appelée citron vert).

Ce fruit pèse entre 80 et 200 grammes[5] et ressemble à une orange à la chair verdâtre et à la peau lisse et épaisse, de couleur jaune à maturité. Sa chair est légèrement acide et amère. Le zeste du fruit diffuse un parfum puissant et caractéristique qui est unique parmi les agrumes, à la seule exception, nettement plus discrète, de la limette de Palestine.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le fruit est récolté principalement pour l'huile contenue dans son écorce, au parfum « suave et piquant » (d'après Gallesio[4]). Cette huile est utilisée pour moitié dans le domaine alimentaire et pour moitié en parfumerie/cosmétique.

L'essence de bergamote est utilisée dans :

Marginalement, mais de plus en plus, on note son utilisation directe en cuisine, jus et/ou zeste, le plus généralement avec crustacés et fruits de mer. La bergamote apporte un parfum fruité et bien identifiable qui s’associe bien au goût iodé. Certains chefs se sont fait des spécialités du travail de la bergamote, dont Dieter Koschina (de) avec son homard à la bergamote, Vincent Farges avec ses huîtres à la bergamote.

Production[modifier | modifier le code]

Le bergamotier (Citrus bergamia Risso et Poit.) est principalement cultivé en Calabre (95 % de la production mondiale), où la qualité de l'huile essentielle est traditionnellement reconnue comme "la meilleure", au Maroc et au Portugal et marginalement en Côte d'Ivoire.

Dans les pays de climat méditerranéen chaud, la récolte du fruit a lieu en janvier quand l'épicarpe jaunit sous l'influence du froid.

Il n'en existe que quatre cultivars identifiés : Fantastico, Castagnaro, Calabrese & Femminello.

Histoire[modifier | modifier le code]

Selon certains, la bergamote vient d'Orient et aurait été introduite en Europe par les croisés et son nom serait une déformation du mot turc beg armudi qui veut dire « poire du seigneur », alors que d'autres soutiennent qu'elle a été rapportée des îles Canaries par Christophe Colomb et qu'elle tirerait son nom de la ville de Berga, au nord de Barcelone, où elle fut cultivée à l'origine. Selon la légende, par une nuit de pleine lune, la bergamote nous fait voir l'endroit où naissent les fées[6].

La forte densité de plantation en Calabre, longtemps occupée par les Arabes, laisse penser qu'il s'agit d'une sélection variétale typique des agronomes ibérico-mauresques du moyen âge (IXe - XIe siècles), son utilisation pour son essence rappelle les agrumes qui avaient leur faveur : bigarade, cédrat, etc. Il existe une légende locale selon laquelle le bergamotier aurait été échangé entre un chrétien et un Arabe contre 12 boucliers, chaque partie à l'échange considérait avoir fait une excellente affaire.

Propriétés thérapeutiques[modifier | modifier le code]

Huile essentielle de bergamote

L'huile essentielle de bergamote contient du 5-méthoxypsoralène (ou 5-MOP, ou bergaptène), une furocoumarine qui provoque une photosensibilisation de la peau ainsi que des mutations cellulaires pouvant induire des cancers[7].

Ses propriétés photosensibilisantes ont été utilisées par le passé dans certaines crèmes solaires pour accélérer le bronzage, mais depuis que le bergaptène a été reconnu comme dangereux, il est retiré de l'huile essentielle par un traitement chimique avant sa commercialisation (débergapténisation).

Le bergaptène ainsi produit est utilisé comme agent mutagène des cultures de cellules en recherche génétique et biomoléculaire, dont pour la recherche sur le cancer.

L'huile essentielle de bergamote extraite de fruits peu mûrs a de nombreuses propriétés utilisées en aromathérapie. Elle contient du limonène, de l'acétate de linalyle (un des composé de l'essence de menthe) et différentes furocoumarines dont le bergaptène. Elle est réputée :

Elle est principalement conseillée dans des cas de colique intestinale, de parasites intestinaux, de digestion difficile ou d'inappétence. Cependant l'huile essentielle de bergamote est photosensibilisante.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fruitier J. (1858). Note sur la poire bergamotte crassane d'hiver ou beurré Bruneau (Représentée planche 28, figure I.) Cette poire est assez grosse, arrondie, à peu près de la forme générale des Bergamotes : la peau est rude, jaune d'or à la maturité, ponctuée. La Belgique horticole: journal des jardins, des serres et des vergers, 8.
  2. Giungato P & Notarnicola L (2005) Spectrofluorometry of essential oils : Bergamot oil. Journal of commodity science, technology and quality, 44(1), 17-34. résumé et notice Inist-CNRS).
  3. Mangiola C (1996) L'industria del bergamotto nella campagna agrumaria 1995-96. Essenze e derivati agrumari, 66(4), 397-403.
  4. a et b Giorgio Gallesio (1811), Traité du citrus, p. 118-120 [lire en ligne]
  5. Le guide des aliments de Québec Amérique.
  6. « La bergamote », Les Ateliers du parfum, 30 mai 2007.
  7. Saettone MF et MT & Giannaccini B (1983) Inhibition de l'action phototoxique du bergaptène par des filtres UV‐A. International journal of cosmetic science, 5(5), 201-213 (résumé).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chambon P, Huit B & Chambon-Mougenot R (1969) [Spectrofluorimetric determination of bergapten and citropten in bergamote oils]. In Annales pharmaceutiques francaises (Vol. 27, No. 11, pp. 635-638).
  • Di Giacomo G & * Di Giacomo A (1999) Cumarine e furocumarine nell'olio di bergamotto. Essenze e derivati agrumari, 69(4), 247-250.
  • Di Giacomo A (1981) Situation actuelle de l'industrie de la bergamote en calabre [Italie]. Essenze e Derivati Agrumari.
  • Forlot P (1998) Perspectives de la bergamote dans le domaine pharmaceutique. Essenze e derivati agrumari, 68(1), 45-56.
  • Forlot P (1994) Photobiologie de l'essence de bergamote: risques et bénéfices d'utilisation cosmétique à l'horizon 2000. Essenze e derivati agrumari, 64(3), 358-373 (Notice Inist-CNRS).
  • Girard J, Unkovic J, Delahayes J & Lafille C (1979) Étude expérimentale de la phototoxicité de l’essence de Bergamote. Dermatology, 158(4), 229-243.
  • Goto M, Fukui G Wang H. Kodama A & Hirose T (2002) Deterpenation of bergamot oil by pressure swing adsorption in supercritical carbon dioxide. Journal of chemical engineering of Japan, 35(4), 372-376.
  • Hamon R (1997) L'huile essentielle de bergamote" Citrus aurantium"(Linnaeus) spp." bergamia"(Wight et Arnott) Engler (Doctoral dissertation, Paris 5).
  • Huet R (1981) Étude comparative de l'huile essentielle de bergamote provenant d'Italie, de Corse et de Cote d'Ivoire. Fruits (agris.fao.org).
  • Huet R (1970) Absorbance dans la région ultraviolette du spectre des huiles essentielles de bergamote de Cote d'Ivoire et du Mali. Fruits.
  • Huet R (1987) La production de l'huile essentielle de bergamote vers un nouvel équilibre?. Fruits, 42(4), 243-247.
  • Huet R (1970) Essai d'introduction d'une industrie de la bergamote au Mali. Fruits.
  • Mazza G (1986) Étude sur la composition aromatique de l'huile essentielle de bergamote (citrus aurantium subsp.bergamia risso et poiteau engler) par chromatographie gazeuse et spectrométrie de masse. Journal of Chromatography A, 362, 87-99 (résumé).
  • Nukom HP, Meier DJ & Blum D (1993) Nachweis von natürlichem oder rekonstituiertem Bergamottöl in Earl Grey Tees anhand der Enantiomerentrennung von Linalool und Dihydrolinalool. Mitteilungen aus dem Gebiete der Lebensmitteluntersuchung und Hygiene, 84(5), 537-544 (Notice Inist-CNRS).
  • Sundt E, Willhalm B & Stoll M (1964) Analyse des parties acides de l'essence de bergamote saponifiée. Helvetica Chimica Acta, 47(2), 408-413. (http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/hlca.19640470210/abstract résumé])
  • Lassagne M (1984) Psoralènes et bronzage: Étude particulière des psoralènes contenus dans l'essence naturelle de bergamote (Doctoral dissertation).
  • Poiana M, Reverchon E, Sicari V, Mincione B & Crispo F (1994) Supercritical carbon dioxide extraction of bergamot oil: bergapten content in the extracts. Italian journal of food science, 6(4), 459-466 (Notice Inist-CNRS).
  • Vega Bancel Vega Gonzales A (1996) Étude du fractionnement par adsorption d'un mélange multiconstituants en présence d'heptane ou de dioxyde de carbone supercritique: application à une huile essentielle (Doctoral dissertation, Paris 13, lien)).
  • Verzera A, Lamonica G, Mondello L, Trozzi A & Dugo G (1996) The composition of bergamot oil. Perfumer & flavorist, 21(6), 19-34 (Notice Inist-CNRS)
  • Juchelka D & Mosandl A (1996) Authenticity profiles of bergamot oil. Pharmazie, 51(6), 417-422 (Notice Inist-CNRS).
  • Giungato P & Notarnicola L (2005) Spectrofluorometry of essential oils : Bergamot oil. Journal of commodity science, technology and quality, 44(1), 17-34. résumé et notice Inist-CNRS).
  • Leuzzi U & CIMINO G (1991) Mineral composition of juices derived from various bergamot cultivars. Essenze e derivati agrumari, 61(4), 305-309.