Becket ou l'Honneur de Dieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Becket ou l’Honneur de Dieu
Auteur Jean Anouilh
Genre Théâtre
Pays d'origine Drapeau de la France France
Lieu de parution France
Éditeur Éditions de la Table ronde
Date de parution 1959
Nombre de pages 210
Date de la 1re représentation 2 octobre 1959
Metteur en scène Roland Piétri et Jean Anouilh
Lieu de la 1re représentation Théâtre Montparnasse-Gaston Baty
Chronologie
Précédent La Foire d'empoigne La Grotte Suivant


Becket ou l'Honneur de Dieu est une pièce de théâtre de Jean Anouilh créée au théâtre Montparnasse (Paris) le 8 octobre 1959, dans une mise en scène de l'auteur et de Roland Piétri, dans des décors et des costumes de Jean-Denis Malclès[1].

Elle fait partie des Pièces costumées avec L'Alouette (1953) et La Foire d'empoigne (1962).

À New York, la pièce Becket or The Honor of God (en) reçut trois récompenses aux Tony Awards le 16 avril 1961 qui attribuaient des médailles d'argent aux meilleures réalisations de l'année théâtrale se terminant le 29 mars précédent. "Becket" obtint trois récompenses : une pour la pièce elle-même, une seconde pour Elizabeth Montgomery (costumes) et une troisième pour Oliver Smith (décors).

Cette pièce a fait l'objet en 1964 d'une adaptation cinématographique réalisée par Peter Glenville, avec Richard Burton dans le rôle de l'archevêque de Cantorbéry Thomas Becket et Peter O'Toole dans celui du roi Henri II Plantagenêt.

Le 27 septembre 1971, à l'initiative de Pierre Dux, la pièce entre au répertoire de la Comédie-Française, avec Robert Hirsch et Georges Descrières dans les rôles respectifs de Henry II Plantagenêt et de Thomas Becket[1].

Résumé[modifier | modifier le code]

Les rapports entre le roi d'Angleterre Henri II et l'archevêque de Cantorbéry Thomas Becket évoluent de l'amitié à la confrontation, Thomas Becket préférant s'opposer au roi par fidélité à sa fonction de primat de l'Église d'Angleterre ; confrontation qui s'achève par l'assassinat de Becket dans la cathédrale de Cantorbéry le 29 décembre 1170.

Argument[modifier | modifier le code]

L'argument de la pièce avait déjà été exploité par T.S. Eliot dans sa pièce Meurtre dans la cathédrale, qui fut créée en France le 18 juin 1945 au théâtre du Vieux-Colombier, dans une traduction d'Henri Fluchère et mise en scène par Jean Vilar.

Distribution[modifier | modifier le code]

Création au Théâtre Montparnasse (1959)[modifier | modifier le code]

Création[2] au théâtre Montparnasse en 1966, dans une mise en scène de Roland Piétri et de l'auteur, et des décors et costumes de Jean-Denis Malclès.

  • Daniel Ivernel : le Roi Henry II Plantagenêt
  • Bruno Cremer : Thomas Becket
  • Henry Darbrey : l'archevêque
  • Charles Nissar : Georges Folliot, évêque de Londres
  • Henry Gaultier : l'évêque d'Oxford
  • Marcel-Vergne : l'évêque d'York, le premier baron français
  • Pierre Pernet : le petit moine
  • Jacques Dannoville : 1er baron anglais
  • Gérard Darrieu : 2e baron anglais
  • Serge Bossac : 3e baron anglais
  • André Weber : 4e baron anglais
  • Martine Sarcey : Gwendoline
  • René Lefèvre-Bel : le prévôt
  • Gérard Dournel  : l'officier
  • Gérard Dournel : le soldat
  • François Rossello : un soldat
  • Nicole Vasel : la Saxonne
  • André Valtier : le père saxon
  • Claire Sonval : la fille française
  • Marcel-Vergne : Guillaume de Corbeil

Reprise au Théâtre Montparnasse (1966)[modifier | modifier le code]

Reprise[2] au théâtre Montparnasse en 1966, dans une mise en scène de Roland Piétri et de l'auteur, et des décors et costumes de Jean-Denis Malclès.

  • Daniel Ivernel : le roi Henry II Plantagenêt
  • Paul Guers : Thomas Becket
  • Claude d'Yd : l'archevêque
  • Jean Juillard : Georges Folliot, évêque de Londres
  • Jean-Pierre Bernay : l'évêque d'Oxford et Guillaume de Corbeil
  • Gilbert Robin : l'évêque d'York, le deuxième baron français
  • Marcel Champel : le père saxon, le 2e moine, le Cardinal
  • Hugo Nauze : le petit moine
  • Gérard Dournel : 1er baron anglais, 1er moine
  • Étienne Diran : 2e baron anglais
  • Jean-Pierre Dravel : 3e baron anglais
  • Claude Richard : 4e baron anglais, le garde
  • Claude Marcault : Gwendoline
  • Denis Gunzbourg : le Prévôt, 1er baron français
  • Jean-Michel Perret : 2e valet de Becket, le comte d'Arundel, le jeune garde
  • Odile Mallet : la reine-mère
  • Marie Chantraine : la jeune reine
  • Francis Menzio : le fils aîné du roi Henri II
  • Michel Derain : le page du roi Henri II
  • Michel de Ré : le roi de France
  • Roland Piétri : le pape
  • Robert Grazioli : un soldat
  • Benjamin Guise : un soldat
  • Pierre Bastien : un soldat, 1er valet de Becket
  • Gérard Hérold : un soldat, l'officier, le moine Guillaume
  • Marie Médioni : la Saxonne
  • Lise Martel : la fille française

Reprise au Théâtre de Paris (2000)[modifier | modifier le code]

Reprise[2] du 19 septembre 2000 au 31 décembre 2000, dans une mise en scène de Didier Long, des décors de Nicolas Sire, des costumes de Véronique Seymat, des lumières de Patrick Besombes et une musique originale de François Peyrony.

La pièce a été nommée cinq fois aux Molières 2001, dans les catégories Molière du comédien (Bernard Giraudeau), Molière du metteur en scène, Molière du créateur de costumes, Molière du créateur de lumières, Molière de la meilleure pièce du répertoire, sans toutefois obtenir aucun prix.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liste des prêtres de fiction

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard Beugnot, Becket ou l'Honneur de Dieu - Notice, in Jean Anouilh, Théâtre – II, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade (2007), pp. 1411-1423 (ISBN 978-2070115884)
  2. a, b et c Becket ou l'Honneur de Dieu sur le site de l'Association de la Régie théâtrale - Consulté le 30-03-2012