Le Voyageur sans bagage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Voyageur sans bagage (homonymie).
Le Voyageur sans bagage
Auteur Jean Anouilh
Genre Dramatique
Pays d'origine France
Lieu de parution France
Éditeur La Petite Illustration
Date de parution 10 avril 1937
Nombre de pages 113
Date de la 1re représentation 16 février 1937
Metteur en scène Georges Pitoeff
Lieu de la 1re représentation Théâtre des Mathurins

Le Voyageur sans bagage est une pièce de théâtre en 5 tableaux de Jean Anouilh créée au théâtre des Mathurins le 16 février 1937.

Elle fait partie des Pièces noires avec L'Hermine (1931), La Sauvage (1934) et Eurydice (1942).

Résumé[modifier | modifier le code]

À la fin de la Première Guerre mondiale, Gaston est retrouvé amnésique. Il est recueilli par le directeur d'un asile qui l'emploie comme jardinier. Il est cependant réclamé par plusieurs familles, dont la famille Renaud, à laquelle il est confronté. D'un caractère gentil, Gaston découvre avec horreur l'identité qu'on lui attribue : personnage violent et sans scrupule. Il ne se reconnaît pas dans ce portrait de l'enfant et l'adolescent qu'il aurait été. Lorsqu'il repère la cicatrice d'une blessure infligée par l'aiguille à chapeau de son ancienne maîtresse Valentine la femme de son frère présumé, il n'a plus aucun doute sur sa famille d'origine. Mais il la rejette et choisit de se déclarer membre d'une des autres familles revendiquant un membre disparu de la famille Madensale.

Distribution originale[modifier | modifier le code]

Commentaires[modifier | modifier le code]

Cette histoire d'un soldat amnésique tire son origine dans la vie d'Anthelme Mangin, « l'amnésique de Rodez ». Autour du thème de l'amnésie, Jean Anouilh met en scène la douloureuse servitude du passé.

La pièce fut écrite en 1936 et fut le premier succès de Jean Anouilh, consacré par la critique. La pièce devait être montée par Louis Jouvet, mais c'est Georges Pitoëff qui accepta sans attendre. 190 représentations furent données. La pièce fut reprise dans une mise en scène André Barsacq au Théâtre Montparnasse (1949).

Le Bal des voleurs créé l'année suivante dans la série des Pièces roses reprend une partie des personnages de la pièce mais sur le ton de la comédie. Le nom de Dupont-Dufort est quant à lui repris de sa pièce Y'avait un prisonnier (1934).

Adaptations[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]