Le Bal des voleurs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Bal des voleurs
Auteur Jean Anouilh
Genre Comédie-ballet
Pays d'origine France
Lieu de parution France
Éditeur Fayard
Collection Les Œuvres libres
Date de parution 1938
Nombre de pages 144
ISBN 271030760X
Date de la 1re représentation 17 septembre 1938
Metteur en scène André Barsacq
Lieu de la 1re représentation Théâtre des Arts

Le Bal des voleurs est une pièce de théâtre (« comédie-ballet ») de Jean Anouilh créée au théâtre des Arts de Paris le 17 septembre 1938 dans une mise en scène d'André Barsacq.

Elle fait partie des Pièces roses avec (1932), Léocadia (1940) et Le Rendez-vous de Senlis (1941).

Résumé[modifier | modifier le code]

La riche mais vieille Lady Hurf s'ennuie à Vichy, ainsi que ses deux nièces, Eva et Juliette, et son vieil ami Lord Edgar. Elle et ses nièces sont harcelées par les Dupont-Dufort, Père et Fils, banquiers au bord de la faillite qui aimeraient renflouer leur entreprise grâce à une belle dot.

L'arrivée de trois voleurs, Peterbono le chef, Hector le séducteur et Gustave l'apprenti, va tout changer. En effet, Hector flirte avec Eva tandis que Gustave et Juliette tombent amoureux. Alors que Peterbono, flairant un bon coup, décide de les faire passer pour des Grands d'Espagne ruinés par la révolution, Lady Hurf détecte immédiatement la supercherie et saute sur cette occasion de s'amuser en faisant semblant de reconnaître son ami le Duc de Miraflor, rencontré à Biarritz en 1902 et mort depuis, et invite nos trois voleurs dans sa villa. Hector et Peterbono sont ravis mais Gustave est malheureux de devoir jouer la comédie à sa bien-aimée, qui sent que quelque chose cloche.

Lord Edgard finit par retrouver le faire-part de décès, mais Juliette le lui subtilise et découvre la vérité.

Alors que tous - ou presque - sont partis au casino où est organisé, croient-ils, un Bal des Voleurs, Gustave décide de piller la maison et de s'enfuir tout de suite. C'est alors que Juliette le rejoint et le persuade de la laisser partir avec lui. Peu après, les autres rentrent ; en fait, c'était un Bal des Fleurs au casino et ils n'ont pu rentrer. Les autres étant partis se changer, les Dupont-Dufort découvrent le cambriolage et appellent la police. Ils essaient de prévenir Lady Hurf mais celle-ci ne veut rien entendre, et ce sont eux qui se font arrêter par les forces de l'ordre ! La vieille aristocrate chasse alors les voleurs, puis se rend compte de l'absence de Juliette. Tous soupçonnent Gustave de l'avoir enlevée, mais justement celui-ci la ramène endormie pour lui épargner une vie de voleur. Juliette se réveille et refuse, et Lord Edgard prétend alors reconnaître en Gustave un fils qu'on lui aurait volé en bas âge pour permettre à sa vieille amie de consentir au mariage. Lord Edgard fait ainsi un clin d'œil à Molière grâce au procédé du deus ex machina.

Commentaires[modifier | modifier le code]

La pièce reprend sur le ton de la comédie une partie des personnages du Voyageur sans bagage, créé l'année suivante dans la série des Pièces noires. Le nom de Dupont-Dufort vient quant à lui de Y'avait un prisonnier (1934). Le genre principal de cette pièce de théâtre est la comédie car on retrouve plusieurs fois des aspects comiques dans cette œuvre (quiproquo, arrestation des Dupont-Dufort, flirt de Hector).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Yelena Mazour-Matusevich, « Le bal des voleurs de Jean Anouilh. Un modèle d’art dramatique au second degré », in Études littéraires, Volume 36, numéro 1, été 2004, p. 95-106. [lire en ligne]