Politique économique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La politique économique est l'ensemble des interventions des administrations publiques (dont l’État, la banque centrale, et les collectivités territoriales) sur l’activité économique. Usuellement, les économistes distinguent les politiques économiques conjoncturelles qui visent à orienter l'activité économique à court terme et les politiques économiques structurelles qui viennent à modifier le fonctionnement de l'économie sur le moyen ou long terme.

L'étude des conséquences économiques de ces interventions est généralement dénommée l'économie politique. Elle représente une vaste branche de la science économique, en particulier dans les domaines de la macroéconomie, de l'économie du développement et de la taxation optimale.

Enjeux de la politique économique[modifier | modifier le code]

La politique économique est de plus en plus un enjeu de souveraineté, dans la mesure où l'économie a pris une place déterminante dans la vie des pays, surtout les plus développés. Parmi les secteurs économiques les plus touchés par les enjeux de souveraineté, on retiendra particulièrement la défense, l'énergie (sécurité d'approvisionnement), l'ingénierie informatique (matériel et logiciel).

En théorie économique contemporaine, toute politique économique doit implicitement ou explicitement faire face aux difficultés soulevées par les théorèmes de l'économie du bien-être, le théorème de Coase ainsi que la critique de Lucas. Ces trois éléments de théorie économique soulignent en effet respectivement l'efficacité de l'allocation par le marché, la souplesse des contrats au regard des mesures de politique et enfin l'importance des comportements opportunistes des agents face à toute forme de politique économique.

Les Politiques de l'emploi ont souvent pris une place importante dans les politiques économiques (en particulier en France à partir de la fin des Trente Glorieuses). On utilise souvent les termes de « politique de la demande » et « politique de l'offre ».

De ce fait, les politiques économiques contemporaines visent

  • soit à remédier à des échecs de marché (si le marché pour un bien n'existe pas, ce qui empêche des échanges mutuellement profitables, ou bien si un défaut d'information conduit à des équilibres non-optimaux) ou limiter les perturbations introduites précédemment par l'État ;
  • soit à effectuer des redistributions face à un équilibre considéré comme trop inéquitable, ou à favoriser certaines catégories sociales ;
  • soit à faire que l'action de l'État favorise les initiatives des autres agents économiques (stabilité juridique et fiscale par exemple).

Dans chaque cas, les résultats attendus doivent être mis en regard des comportements de recherche de rente (rent-seeking) créés par la distorsion introduite par la mesure elle-même.

Outils de la politique économique[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, la théorie économique, macroéconomie en tête, s'est concentrée sur les instruments de politique monétaire et de la politique budgétaire. La politique monétaire consiste en particulier dans la fixation des taux directeurs, la politique budgétaire concerne la répartition des prélèvements obligatoires (droits de douane, taxes) et leurs affectations : subventions, etc.

La recherche récente a mis en avant l'existence d'une gamme très large d'instruments ayant un effet de politique économique.

Ainsi, l'imposition de quota d'importation, ou de règles de concurrence sont des instruments de politique économique pouvant avoir des effets très fins.

Le développement de normes de qualité peut avoir une influence déterminante sur les marchés, à partir du moment où une norme s'impose à la communauté internationale, comme on l'a vu avec l'interdiction d'accès du Concorde aux États-Unis. D'autres exemples sont fournis par les langages informatiques, les systèmes d'exploitation des ordinateurs, les normes de sécurité des systèmes d'information...

De même, le rôle des États est souvent essentiel dans la définition des droits de propriété, notamment de propriété intellectuelle, et de l'extension du respect de ces droits. Des réflexions sont en cours depuis les années 1990 sur les règles de comptabilisation du capital immatériel.

Le rôle des États est essentiel dans le soutien à l'innovation et aux PME-PMI (cf. : Oséo en France, la SBA aux États-Unis, le MITI au Japon...)[1]... Il l'est également à l'exportation des grandes entreprises. Ce type de politique est apparu aux États-Unis dès la fin des années 1980, avec l'Advocacy center. Les États s'appuient dans ce cas sur leur réseau diplomatique, et sur des compétences spécifiques. En France, par exemple, il existe des postes d'expansion économique.

Enfin, la plupart des grands pays développés ont mis en place des politiques visant à développer des pôles de compétitivité sur les territoires, sur le modèle des clusters américains, dont l'archétype est la Silicon Valley (voir ICT Cluster Silicon Valley).

Méthode de la politique économique[modifier | modifier le code]

Schématiquement, une politique économique se déroule en trois phases distinctes :

  1. L'État (c'est-à-dire le gouvernement) doit établir un diagnostic de la conjoncture économique actuelle. Il doit en particulier prendre en compte certains indices importants : le taux de croissance du PIB, le taux de chômage, le taux d'inflation...
  2. Une fois le diagnostic établi, il doit définir les priorités que sa politique va adopter. En effet, une politique économique ne peut être axée que sur certains objectifs principaux (parmi les plus courants figurent la lutte contre le chômage, la tentative de relance de la croissance, ou encore la lutte contre l'inflation), les autres objectifs étant du coup nécessairement relégués au second plan, ou négligés.
  3. L'État doit ensuite décider des outils qui vont lui permettre de mettre en œuvre son action pour atteindre les objectifs qu'il s'est fixés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

En France 
Direction générale du Trésor et de la Politique économique (DGTPE)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]