Anne Valérie Hash

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anne Valérie Hash, née en 1971 à Paris, est une styliste française de prêt-à-porter et l'une des deux rares créatrices avec Adeline André de haute couture. Reconnue pour ses réalisations androgynes, mais aussi son utilisation fréquente de la soie, du satin, du tulle, de la mousseline, de la dentelle ou organza, elle s'est depuis longtemps inspirée d'Azzedine Alaïa ou de Yohji Yamamoto. Elle fonde avec Philippe Elkoubi la marque homonyme au début des années 2000, ainsi que des lignes complémentaires pour femmes et fillettes par la suite.

Biographie[modifier | modifier le code]

À 20 ans, après son bac, elle fait des études de stylisme modélisme à l'École supérieure des arts appliqués Duperré[1] ; « j’y suis resté un an, c’était trop libre[2] ». Elle rejoint l'École de la Chambre syndicale de la Couture Parisienne dont elle sort diplômée au bout de trois ans[3] en 1995. Elle passe un an aux États-Unis[1] à l'Université Temple de Philadelphie[4], puis revient en France et intègre, pour des petits boulots et stages, les ateliers de Lacroix, Chanel, Dior, Chloé[5], Nina Ricci comme retoucheuse, et apprend le corset auprès d'Hubert Barrère[4].

Anne Valérie Hash apparait à 30 ans sur les podiums, pour sa première collection de prêt-à-porter détournant des vêtements masculins avec des robes-pantalons[6], et se fait remarquer par les médias[3],[2]. Deux ans plus tard, elle reçoit l'« ANDAM award des jeunes designers ». Le titre de Chevalier des Arts et des Lettres[7] lui est décerné par Christine Albanel en janvier 2009[8]. En 2012, elle approche le domaine de la joaillerie[9].

Haute couture[modifier | modifier le code]

Soutenue par Didier Grumbach, elle fonde « Anne Valérie Hash Couture »[10]. Précédemment « Membre invité » de la Chambre syndicale de la haute couture depuis juillet 2002 où elle présente un défilé entièrement noir et blanc[11], Anne Valérie Hash obtient le label officiel de la haute couture en janvier 2008 en tant que « Membre permanent ». De plus, elle est membre du conseil de l'Assemblée Générale de la Fédération Française de la Couture depuis juin 2010. Mais Anne Valérie Hash Couture défile irrégulièrement en « haute couture », étant plus fidèle au calendrier du prêt-à-porter : son premier défilé sous le label a lieu en janvier 2008, mais elle est absente pour les deux fashion-weeks de 2009[12],[13], puis, après un retour en janvier 2010[14], elle est de nouveau absente en juillet[15]. Elle revient en juillet 2011 pour fêter les 10 ans de la création de la marque[16], mais n'apparait pas au calendrier officiel de la Chambre syndicale en janvier 2012[17], préférant défiler en « prêt à porter » à la fin de l'année[18]. Elle précise précédemment que « désormais, je ne ferai de la haute couture que si j'ai quelque chose à dire »[6].

Prêt à porter[modifier | modifier le code]

En complément de la haute couture et de sa première ligne de prêt-à-porter créée en 2001, elle présente en mars 2008 sa collection pour filles de 4 à 14 ans, sous la marque « Mademoiselle », puis une seconde ligne ligne de prêt-à-porter plus accessible sous l'intitulé « AVH BY Anne Valérie Hash »[19] en juillet 2010. Au sujet de cette autre ligne, elle précise : « sans elle, mon prêt-à-porter de luxe aurait difficilement survécu. Mais on y retrouve l'esprit »[6].

Collaborations et expositions[modifier | modifier le code]

Anne Valérie Hash expose en février 2004 au Centre culturel français de Milan, puis défile à Londres en mai 2005 au Victoria & Albert Museum. En septembre de la même année, elle expose au Modern Museum de Stockholm[20]. Début 2009, elle expose dans les vitrines du ministère de la Culture et de la Communication[21].
2009 est également l'année d'une petite collection de 12 pièces pour l'entreprise de vente par correspondance Les Trois Suisses[22], puis pour Monoprix au dernier trimestre[23]. L'année suivante, le Grand magasin parisien de luxe Franck & Fils lui donne l'occasion d'ouvrir un point de vente éphémère[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pauline Gallard, « Anne Valérie Hash fête ses dix ans », Fashion Week, sur gala.fr, Prisma,‎ 2 mars 2012 (consulté le 25 juillet 2012)
  2. a et b Anne-Sophie Savenier, « Anne Valérie Hash, une créatrice couture », Mode, sur joyce.fr, aufeminin.com,‎ 30 juin 2008 (consulté le 25 juillet 2012)
  3. a et b « Anne Valérie Hash », Les créateurs, sur tendances-de-mode.com,‎ 21 août 2008 (consulté le 25 juillet 2012)
  4. a et b « Anne Valérie Hash », Personnalités, sur elle.fr, Elle,‎ 11 août 2010 (consulté le 25 juillet 2012)
  5. Soline Delos, « Les sources d'inspiration d'Anne Valérie Hash », People, sur elle.fr, Elle,‎ 13 janvier 2012 (consulté le 25 juillet 2012)
  6. a, b et c Marion Dupuis, « Anne Valérie Hash, l'harmonie des contraires », Style, sur madame.lefigaro.fr, Le Figaro Madame,‎ 2 juillet 2011 (consulté le 25 juillet 2012)
  7. « Anne Valérie Hash », Marques, sur elle.fr, Elle,‎ 30 juillet 2010 (consulté le 25 juillet 2012)
  8. « Remise des insignes de chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres à Anne-Valérie Hash », Discours et communiqués, sur culture.gouv.fr,‎ 2009 (consulté le 26 juillet 2012)
  9. Marine de La Horie, « Le poing américain revisité », Culture, sur lepoint.fr, Le Point,‎ 19 octobre 2012 (consulté le 11 novembre 2012)
  10. « Anne Valérie Hash », Marques, sur ykone.com (consulté le 25 juillet 2012)
  11. (en) « Anne Valérie Hash Autumn/Winter 2002-3 Paris », Show Report, sur vogue.co.uk, Condé Nast,‎ 10 juillet 2002 (consulté le 26 juillet 2012)
  12. Anne-Laure Allain, « Anne Valérie Hash : pourquoi est-elle absente des podiums ? », Marques, sur fashion-dailynews.com, Larivière,‎ 6 juillet 2009 (consulté le 26 juillet 2012)
  13. (en) Sara Conde, « Anne Valerie Hash Explains Her Absence at Haute Couture Calendar », News, sur fashionreporters.com,‎ 2 juillet 2009 (consulté le 26 juillet 2012)
  14. Katell Pouliquen, « Alexis Mabille et Anne Valérie Hash ouvrent la Haute Couture », sur lexpress.fr/styles, L'Express,‎ 25 janvier 2010 (consulté le 26 juillet 2012)
  15. Florent Gilles, « Haute couture : la haute création concentrée sur 3 jours », Mode, sur fashion-dailynews.com, Larivière,‎ 5 juillet 2010 (consulté le 25 juillet 2012)
  16. Catherine Schwaab, « La mode Anne Valérie Hash dans un palace Napoléonien ! », sur parismatch.com, Paris Match,‎ 4 juillet 2011 (consulté le 8 août 2012)
  17. Jean Paul Cauvin, « Haute couture printemps-été 2012 : un calendrier dense et prometteur », Mode, sur fashion-dailynews.com, Larivière,‎ 6 janvier 2012 (consulté le 25 juillet 2012)
  18. AFP, « Fashion week parisienne: Mouret, Miyake et Hash entrent en piste », Culture, sur lepoint.fr, Le Point,‎ 28 septembre 2012 (consulté le 11 novembre 2012)
  19. « AVH by Anne Valérie Hash », Archives, sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 11 juin 2010 (consulté le 26 juillet 2012)
  20. « Anne Valérie Hash, Styliste de la maison Anne Valérie Hash (label Haute Couture) », Personne, sur franceinter.fr, Radio France (consulté le 25 juillet 2012)
  21. Karine Porret, « Anne Valérie Hash », StilettoTrends, sur stiletto.fr, Stiletto,‎ 14 janvier 2009 (consulté le 25 juillet 2012)
  22. Véronique Lorelle, « Créateurs à prix doux », Archives, sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 15 avril 2009 (consulté le 25 juillet 2012)
  23. « Le Monoprix donne carte blanche et couleur lune à Anne Valérie Hash! », Mode, sur be.com, Be magazine,‎ 19 novembre 2009 (consulté le 25 juillet 2012)
  24. Mathilde Caule, « Franck et Fils donne carte blanche à Anne Valérie Hash », News, sur vogue.fr, Condé Nast,‎ 3 février 2010 (consulté le 25 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anne Valérie Hash (photogr. Fabrice Laroche), Moments in time, Les Deux Ponts,‎ 2007 (ISBN 9782953004410)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]