Altération (solfège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Altération.

En musique, le mot altération peut signifier trois choses.

  • Ensuite, sur la partition, et plus précisément, sur la portée, une altération désigne le symbole chargé d'indiquer cette modification. C'est surtout ce deuxième sens qui retiendra notre attention dans le présent article.
  • Enfin, et par extension, il est également possible de considérer qu'une altération représente la nouvelle note ainsi modifiée, autrement dit, la « note affectée d'une altération ».

En tant que figure indiquant la modification de la hauteur primitive d'une note, l'altération se place sur la portée, très précisément sur la ligne ou dans l'interligne de la note qu'elle affecte, et à sa gauche.

Différentes figures d'altérations[modifier | modifier le code]

On distingue les altérations simples et les altérations doubles, les premières étant les plus courantes.

Altérations simples[modifier | modifier le code]

Altérations simples.

Elles sont au nombre de trois : le dièse, le bémol et le bécarre.

Le mot dièse provient du grec diesis qui, à l’époque de la Grèce antique, avait à peu près le même sens. Jusqu'au XVIe siècle, le dièse et le bécarre étaient confondus sous la même appellation « bécarre ». Le dièse est issu du bécarre par prolongement partiel des deux hampes verticales. Il était alors plus incliné qu'aujourd'hui.

L’origine des mots bémol et bécarre remonte au Moyen Âge, et se rapportent à la note si, qui fut la première à être affectée d’un bémol dans certaines circonstances. C’est ainsi que bémol signifie étymologiquement B mou — c’est-à-dire, si arrondi, désignant l’actuel si bémol —, et bécarre, B carré (désignant à son tour le si naturel).

Altérations doubles[modifier | modifier le code]

Altérations doubles usuelles

Il existe deux altérations doubles en solfège moderne : le double dièse et le double bémol.

  • Le double dièse ( Llpd+2.svg ) est l'altération qui élève la note de deux demi-tons chromatiques.
  • Le double bémol ( Llpd-2.svg ) est l'altération qui abaisse la note de deux demi-tons chromatiques.

Dans un but d'exhaustivité, mentionnons qu'il a aussi existé trois autres altérations doubles, aujourd'hui tombées en désuétude car le bécarre initial qu'ils contiennent est considéré comme superflu : le double bécarre, le bécarre-dièse et le bécarre-bémol.

Altérations doubles désuètes
  • Le double bécarre ( Llpd00.svg ) était l'altération qui rendait sa hauteur primitive à une note doublement diésée ou doublement bémolisée — c'est-à-dire affectée d'un double dièse ou d'un double bémol. Aujourd'hui, par définition, un bécarre seul suffit.
  • Le bécarre-dièse ( Llpd+01.svg ) était l'altération qui changeait une note doublement diésée en une note simplement diésée. Aujourd'hui, un dièse seul suffit.
  • Le bécarre-bémol ( Llpd-01.svg) était l'altération qui changeait une note doublement bémolisée en une note simplement bémolisée. Aujourd'hui, un bémol seul suffit.

Effet des altérations[modifier | modifier le code]

L'effet d'une altération est différent suivant que celle-ci se trouve dans le morceau — altération accidentelle — ou bien à la cléaltération constitutive.

Il convient de remarquer qu'une note altérée est nommée avant son altération, mais est notée après. Par exemple, un do affecté d'un dièse sera appelé « do dièse», mais, sur la partition, le dièse sera écrit avant le do — « dièse do», en somme —, ceci, afin d'éviter de jouer par erreur un do avant de réaliser que c'était en fait un do dièse qu'il aurait fallu jouer.

Altérations accidentelles[modifier | modifier le code]

Une altération accidentelle — appelée plus simplement accident — intervient dans le courant du morceau, et concerne toutes les notes de même nom et de même hauteur qui se trouvent après elle dans la même mesure. L'effet de l'altération accidentelle est donc temporaire et prévaut sur toute altération précédente affectant la note.

Exemple :
Valeur des altérations accidentelles
Dans l'exemple ci-dessus, le premier dièse accidentel affecte les notes n°2, 3 et n°4, le deuxième dièse accidentel affecte la note n°6, le troisième dièse accidentel affecte les notes n°8 et 9 et le bécarre accidentel affecte la note n°5.

Altérations de précaution[modifier | modifier le code]

  • En principe, on peut donc considérer que la barre de mesure annule l'effet de tous les accidents qui ont précédé.
Certains compositeurs (arrangeurs, éditeurs, copistes, graveurs) toutefois, pour éviter toute ambiguïté et sachant par expérience que « deux précautions valent mieux qu'une », rajoutent, après la barre de mesure et devant la note concernée, l'altération (entre parenthèses ou non) rétablissant la hauteur initiale d'une note donnée qui avait été modifiée accidentellement au cours d'une mesure précédente. Une telle altération accidentelle, qui n'est pas absolument indispensable, est alors appelée « altération de précaution », justement.
  • Cette règle comporte une petite exception toutefois. Lorsque deux notes, de même hauteur et affectées du même accident, sont réunies par une liaison de prolongation, et qu'une barre de mesure passe entre les deux notes en question, on n'écrit pas l'altération devant la seconde note. Si la même note est écrite dans cette deuxième mesure, elle reste altérée jusqu'à la prochaine barre de mesure (sauf indication contraire). Exemple :
Accident et liaison de prolongation

Altérations constitutives[modifier | modifier le code]

Une altération constitutive est valable durant toute la portée, pour toutes les notes de même nom — même de hauteur différente, cette fois —, sauf bien sûr, si entre temps intervient un accident modifiant la hauteur de la note en question.

  • Exemple :
Valeur des altérations constitutives
Dans l'exemple ci-dessus, le mi \flat (bémol constitutif) affecte toutes les notes sauf les notes n°4, n°5 et n°6 à cause du bécarre accidentel.
  • Placées au début de la portée, juste après la clé, les altérations constitutives forment ce qu'on appelle une armature, ou armure.

Altérations relatives[modifier | modifier le code]

Tandis qu'en solfège moderne, le signe d'altération exprime une hauteur absolue dans le système musical, jusqu'au XVIIIe siècle elle n'avait de valeur que relative : le cas le plus courant, dans la musique ancienne, est celui des pièces ayant un bémol à la clef (le si \flat), dans lesquelles un dièse devant un si désigne un si naturel – et non un si dièse, qui n'a guère de sens à cette époque !

Il convient de noter également que dans les partitions anciennes, l'altération accidentelle n'est généralement valable que pour la note qu'elle précède, et non pour toute la mesure.

De plus, l'éditeur moderne d'une partition ancienne peut ajouter au-dessus de la portée, et vis-à-vis d'une note particulière, une altération de « suggestion » (entre parenthèses ou non), c'est-à-dire que l'éditeur propose à l'exécutant une note altérée, alors que cette altération manque dans le texte original (oubli, négligence, etc.).

Notes intermédiaires[modifier | modifier le code]

Une note intermédiaire est, dans chaque ton de l'échelle diatonique de base, un son ajouté au moyen d'une altération qui divise ce ton en deux demi-tons : c'est ainsi que l'échelle diatonique devient échelle chromatique, que l'on peut définir comme « l'échelle diatonique amplifiée par les notes intermédiaires » :

Echelle diatonique et notes intermédiaires

Remarquons que contrairement à l'échelle diatonique qui ne contient que des tons et demi-tons diatoniques, l'échelle chromatique est exclusivement composée de demi-tons — demi-tons chromatiques, mais aussi, demi-tons diatoniques.

  • Exemple, dans l'octave do/do :
Gamme chromatique

Altérations microtonales[modifier | modifier le code]

Avec le développement de musiques microtonales – et, notamment, en quarts-de-tons –, de nouvelles formes d'altérations ont été créées. Cependant, il n'existe pas de norme universellement acceptée[1].

Altérations quart-de-tonales[modifier | modifier le code]

Les quarts-de-tons sont parfois simplement indiqués par des flèches (vers le haut ou vers le bas), par rapport à l'altération conventionnelle en demi-tons. Le schéma suivant indique les formes d'altérations quart-de-tonales qui semblent les plus répandues aujourd'hui.

Altérations en quarts-de-tons
Altérations.jpg

Cependant, si celles correspondant aux demi-dièse et dièse-et-demi semblent bien acceptées, on trouve, parmi les compositeurs, une plus grande variété de formes pour écrire le demi-bémol et le bémol-et-demi.

Altérations barrées[modifier | modifier le code]

  • Le bémol barré représente le demi-bémol, utilisé pour baisser la note d'un quart de ton.

Cette forme de demi-bémol semble être consacrée par l'usage, depuis le XXe siècle, dans la notation des maqâmat des musiques arabes.

  • Le dièse barré représente le demi-dièse, utilisé pour élever la note d'un quart de ton.

Autres altérations microtonales[modifier | modifier le code]

On trouve de multiples systèmes d'altérations microtonales :

  • Ohana note simplement l'altération d'un tiers-de-ton ascendant par « / » devant la note ; de deux tiers-de-ton par « // ».
  • Dans un contexte d'intonation pure, « / » et « // », mais aussi « \ » et « \\ » peuvent indiquer une altération d'un ou de deux (etc.) comma(s) syntonique(s), vers le haut ou vers le bas (par rapport à un référentiel pythagoricien)[2].
  • À partir de ses altérations quarts-de-tonales, Wyschnegradky conçoit un système cohérent d'altérations au 12e de ton (en rajoutant à chacune « / » ou « // » pour les hausser d'un ou de deux douzième(s) de ton[3].
  • Cette même échelle (tempérament égal divisant l'octave en 72) a vu récemment fleurir la notation « sagittale »[4].
  • Ligeti note les harmoniques naturels des cors, par des altérations fléchées (indiquant, de manière approximative, l'éloignement d'avec la note du tempérament égal).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. le tableau des altérations microtonales, in Franck Jedrzejewski, Dictionnaire des musiques microtonales, article « Notations », éd. L'Harmattan, 2004 (ISBN 978-2747555760)
  2. Zarlino
  3. http://users.bigpond.net.au/d.keenan/sagittal/gift/Image6.gif
  4. Sagittal microtonal notation

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]