Alexandra Boulat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alexandra Boulat

Naissance 2 mai 1962
Paris
Décès 5 octobre 2007 (à 45 ans)
Paris
Nationalité Flag of France.svg Française
Profession photographe, photojournaliste
Distinctions

Alexandra Boulat (née le 2 mai 1962 à Paris et morte le 5 octobre 2007 (à 45 ans) dans la même ville) est une photographe française connue pour son travail sur les zones de guerre. Photojournaliste de réputation internationale, elle a couvert la plupart des conflits des vingt dernières années, en ex-Yougoslavie, en Irak, en Afghanistan ou en Palestine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alexandra Boulat est la fille du photographe français Pierre Boulat, qui travailla longtemps pour le magazine américain Life et de la fondatrice et directrice de l'agence Cosmos, Annie Boulat. Elle fait des études de dessin et d'histoire de l'art à l'École des beaux-arts de Paris.

En septembre 2001, elle cofonde avec six autres photographes — parmi lesquels l'ancien photographe de Magnum James Nachtwey — l'Agence VII. Avant cela, elle était représentée par l'agence Sipa Press et par l'agence de sa mère, Cosmos

Son travail a été publié dans de nombreux magazines, parmi lesquels : Time, Newsweek, Paris-Match, Géo et le National Geographic Magazine.

En 2002, à l'occasion de la publication de son livre Éclats de guerre, Alexandra Boulat expose dans une galerie du quartier du Marais à Paris, une centaine de ses photographies, dans le cadre du Mois de la Photo à Paris.

Alexandra Boulat a été récompensée par de nombreux prix, dont celui du Visa d'or pour l'image du Festival de photojournalisme Visa pour l'image de Perpignan en 1998 et le Grand Prix Paris Match du photojournalisme la même année pour ses reportages sur le Kosovo, le World Press en 2003, ou encore le Prix de la meilleure femme photographe aux Oscars Bevento (Italie) en 2006.

En 1999, elle obtient le prix Infinity Award du photojournalisme, décerné annuellement depuis 1985 par l'International Center of Photography de New York.

Installée à Ramallah depuis 2006, elle a particulièrement couvert la situation dans la bande de Gaza et le conflit inter-palestinien.

Au mois de juin 2007, alors qu’elle était en reportage pour Paris-Match à Ramallah en Cisjordanie, elle fut victime d'une rupture d'anévrisme[1] et passa trois semaines à l'hôpital en Israël, dans un coma médicalement provoqué. Elle fut rapatriée en France, toujours dans le coma[2]. Alexandra est morte sans avoir repris connaissance le 5 octobre 2007 à Paris[3].

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Biographie d'Alexandra Boulat sur le site officiel de l'Agence photo VII
  2. (fr) Dépêche de l'agence France-Presse reprise par le site internet du quotidien Le Monde
  3. (fr) Compte-rendu du livre et de l'exposition d'Alexandra Boulat Éclats de guerre publié le 11.11.2002 par Le Figaro

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Photojournalist Alexandra Boulat Suffers Brain Aneurysm, Communiqué du 22.06.2007 sur le site pdnonline.com
  2. Alexandra Boulat remains in coma in Paris Information publiée le 17.07.2007 sur le site officiel de la National Press Photographers Association
  3. French photojournalist Alexandra Boulat, known for her work in war zones, dies at 45 Dépêche de l'Associated Press reprise le 05.10.2007 sur le site pr-inside.com

Source de la traduction[modifier | modifier le code]