Collège international de philosophie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Collège international de philosophie (CIPh), fondé en 1983 sous l'impulsion de François Châtelet, Jacques Derrida, Jean-Pierre Faye et Dominique Lecourt, est un organisme de recherche et de formation à la recherche ouvert au public.

Situé à Paris, au numéro 1 de la rue Descartes, il fonctionne sur le modèle des universités ouvertes, dont il se distingue par le souci de donner accès à la recherche en mouvement[Quoi ?], plutôt qu'à un savoir constitué. Il organise tout au long de l'année des séminaires, colloques, conférences, journées d'étude, débats ou forums de réflexion.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'assemblée collégiale est constituée non de professeurs, mais de « directeurs de programme », titre voulu par Jacques Derrida afin de marquer une différence avec l'université. Ceux-ci sont élus, par compétition ouverte, pour une durée de six ans non renouvelable, sur présentation d'un programme spécifique qui forme ainsi le programme de leur « chaire ». Leur nombre est limité à cinquante. Aucune condition statutaire n'est requise pour devenir directeur de programme, la sélection s'effectuant sur la seule base des programmes présentés ; aussi le CIPh accueille-t-il des chercheurs issus de l'université, mais aussi de l'enseignement secondaire ou de classe préparatoire, ainsi que des philosophes "non-professionnels" (artistes, médecins, chercheurs issus d'autres disciplines...). La limitation dans le temps des directions de programme permet de renouveler régulièrement les orientations philosophiques de l'assemblée collégiale[1].

La revue publiée par le Collège se nomme Rue Descartes. Depuis le n°71, celle-ci est devenue une revue numérique[2].

L'assemblée collégiale est présidée par l'un des directeurs de programme dont aucun depuis la fondation n'a exercé la fonction plus de trois années.

Le président de l'assemblée collégiale est actuellement Diogo Sardinha.

Le Collège International de Philosophie est juridiquement constitué sous forme associative. Les Ministères de l'Enseignement supérieur et de la Recherche et de l'Éducation nationale concourent à son financement. Les chercheurs qui y interviennent ne sont pas rétribués pour leur participation.

En le situant en marge des institutions académiques, les fondateurs du Collège international de philosophie ont souhaité en faire un lieu où puissent être interrogées les limites de celles-ci. Ainsi Jacques Derrida déclarait-il en 1983 : "le Collège restera une institution paradoxale et singulière: absence de chaire, présence d’étrangers dans les instances de réflexion et de décision aussi bien que dans les groupes de travail; sélection rigoureuse des projets de recherche dans un lieu qui pourtant ne deviendrait pas un «centre d’études avancées» aristocratique et fermé, ni même un centre d’enseignement supérieur; ouverture aux performances techniques et artistiques; recrutement sans considération de titre académique; intérêt constant pour les problèmes de l’enseignement primaire et secondaire qui seront traités aussi par les premiers intéressés, etc."[3]. Pour autant, les fondateurs du Collège international de philosophie ont également indiqué ne pas vouloir instaurer, entre ce lieu et l'université, une forme "d’extériorité, encore moins de rivalité", mais créer "un instrument supplémentaire à la disposition d’autres institutions (universités, lycées, collèges, EHESS, Hautes Études, Collège de France, CNRS, etc.), comme de ceux qui travaillent hors institution, bref un lieu ouvert aux essais, aux explorations, aux rencontres et aux débats."[4]

Toutefois, perçue comme une possible « alternative » à l’université « classique », l'existence de cette institution a régulièrement été contestée par une partie de la communauté philosophique, et soulevé des objections touchant à la fois à la position du Collège international de philosophie dans le paysage institutionnel et aux orientations intellectuelles des travaux qui s'y trouvent menés. Ainsi, la création du Collège international de philosophie est-elle pour le philosophe Jacques Bouveresse, par exemple, la cause d’une certaine perplexité : «De ce point de vue, la création du Collège international de philosophie me semble représenter, avant toute autre chose, un clou de plus enfoncé dans le cercueil de l’université, déjà bien mal en point et à qui il importerait justement de donner les moyens matériels et intellectuels de constituer réellement l’« espace de liberté » qu’elle est supposée être et qu’elle peut être, au lieu de le chercher partout ailleurs. »[5]

Anciens présidents successifs de 1983 à 2013[modifier | modifier le code]

Quelques anciens directeurs de programme[modifier | modifier le code]

Assemblée collégiale actuelle[modifier | modifier le code]

Directeurs de programme en France

  • Salim Abdelmadjid
  • Isabelle Alfandary
  • Gilles Barroux
  • Christophe Beal
  • Ali Benmakhlouf
  • Philippe Büttgen
  • Julien Copin
  • Luigi Delia
  • Ghislain Deslandes
  • David Dubois
  • Safaa Fathy
  • Anoush Ganjipour
  • Marie Gil
  • Éric Guichard
  • Julie Henry
  • Franck Jedrzejewski
  • Nadia Yala Kisukidi
  • Christian Laval
  • Jérôme Lèbre
  • Anne Lefebvre
  • Carlos Lobo
  • Seloua Luste Boulbina
  • Joëlle Marelli
  • Laura Odello
  • Claire Pagès
  • Luca Paltrinieri
  • Xavier Papaïs
  • Marc Pavlopoulos
  • Stéphane Pujol
  • Barbara Safarova
  • Emmanuel Salanskis
  • Guillaume Sibertin-Blanc
  • Ferhat Taylan
  • Bruno Verrecchia

Directeurs de programme à l'étranger

  • Marie-Claire Caloz-Tschopp
  • Filippo Del Lucchese
  • Andrew Feenberg
  • Dandan Jiang
  • Luc Ngowet
  • Roberto Nigro
  • Soraya Nour Sckell
  • Yuji Nishiyama
  • Andrea Pinotti
  • Paolo Quintili
  • Gabriel Rockhill
  • Margit Ruffing
  • Fernando Santoro
  • Diogo Sardinha
  • Ashley Thompson

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Châtelet, Jacques Derrida, Jean-Pierre Faye et Dominique Lecourt, Le Rapport bleu. Les sources historiques et théoriques du Collège International de Philosophie, Paris, PUF, coll. « Bibliothèque du Collège international de philosophie », 1998.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site du CIPh http://www.ciph.org/college.php?rub=partenaires]
  2. disponible sur son site http://ruedescartes.org ainsi que sur le portail http://www.cairn.info
  3. J.Derrida, entretien avec Jean-Loup Thébaut, paru sous le titre «Derrida, philosophe au Collège», dans Libération, le 11 août 1983. article complet sur le site Derrida en castellano, consulté le 13 juillet 2012.
  4. ibid.
  5. Citation complète : « La seule chose qui me paraît claire est le caractère proprement désastreux de la solution adoptée habituellement en France, qui consiste à multiplier les institutions extra-universitaires dans lesquelles les étudiants sont supposés pouvoir entendre parler de toutes les choses nouvelles et importantes dont il est entendu que l’on ne peut pas parler dans les départements de philosophie universitaires – qui, comme chacun sait, ne peuvent tolérer et enseigner que les choses les plus classiques et les plus traditionnelles et sont condamnés par définition au conformisme et à l’immobilisme. (De ce point de vue, la création du Collège international de philosophie me semble représenter, avant toute autre chose, un clou de plus enfoncé dans le cercueil de l’université, déjà bien mal en point et à qui il importerait justement de donner les moyens matériels et intellectuels de constituer réellement l’« espace de liberté » qu’elle est supposée être et qu’elle peut être, au lieu de le chercher partout ailleurs.) », Jacques Bouveresse, « VII-Sur quelques conséquences indésirables du pragmatisme », in Essais IV. Pourquoi pas des philosophes ?, Marseille, Agone (« Banc d'essais »), 2004, Mis en ligne le 09 mars 2009, Article complet sur le site de la revue Agone, consulté le 18 mai 2012

Liens externes[modifier | modifier le code]