Élise Rivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rivet (homonymie).

Mère Marie Elisabeth de l’Eucharistie, de son vrai nom Élise Rivet, née le 19 janvier 1890 à Draria en Algérie et morte le 30 mars 1945 au camp de Ravensbrück, était une religieuse catholique et une résistante française durant la Seconde Guerre mondiale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élise Rivet était la fille d'un officier de la marine française. Elle rejoignit en 1913 le couvent Notre Dame de Compassion de Lyon composé de sœurs infirmières, prononça ses voeux en 1915, fut maîtresse des novices à partir de 1920. En 1933, elle devint la mère supérieure du couvent sous le nom de Mère Marie Élisabeth de l'Eucharistie.

Après la chute de la troisième république française face à l'Allemagne nazie, elle commença à cacher des réfugiés pour que ceux-ci échappent à la Gestapo. Elle utilisa aussi son couvent pour cacher des armes et des munitions en faveur du Mouvements unis de la Résistance. En liaison avec le cardinal Gerlier, elle participa au sauvetage d'enfants juifs, à partir de 1941.

Le 24 mars 1944, elle et son assistante furent arrêtées par la Gestapo et emprisonnées à la prison Montluc à Lyon. Elle fut ensuite emmenée à Romainville avant d'être transférée au camp de concentration de Ravensbrück près de Berlin en Allemagne. Elle fut soumise alors aux travaux forcés. Voyant la guerre mal tourner, les nazis commencèrent à exterminer de plus en plus rapidement de nombreuses personnes dans les chambres à gaz. Mère Marie Élisabeth de l'Eucharistie fut ainsi tuée quelques semaines avant la fin de la guerre le 30 mars 1945.

Hommages[modifier | modifier le code]

En 1961, le gouvernement français l'honora en créant un timbre postal à son effigie. En hommage, une rue de Brignais près de Lyon porte officiellement son nom depuis le 2 décembre 1979. En 1997, elle reçut à titre posthume la Médaille des Justes[1] et en 1999 la Salle Élise Rivet de l'Institut des Sciences de l'Homme de Lyon prit également son nom.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Campo-Flores Arian, « Les Justes de France », Yad Vashem (consulté le 06-02-2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]