Weislingen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Weislingen
Weislingen
Blason de Weislingen
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Bas-Rhin
Arrondissement Saverne
Intercommunalité Communauté de communes de l'Alsace Bossue
Maire
Mandat
Marc Burger
2020-2026
Code postal 67290
Code commune 67522
Démographie
Gentilé Weislingeois
Population
municipale
546 hab. (2019 en diminution de 0,73 % par rapport à 2013)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 55′ 12″ nord, 7° 15′ 09″ est
Altitude Min. 245 m
Max. 374 m
Superficie 7,01 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton d'Ingwiller
Législatives Septième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Weislingen
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Weislingen
Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin
Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Weislingen
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Weislingen
Liens
Site web www.weislingen.fr

Weislingen (Wislínge en francique rhénan[1]) est une commune française située dans la circonscription administrative du Bas-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace ; elle fait également partie du parc naturel régional des Vosges du Nord.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la région naturelle de l'Alsace Bossue.

Communes limitrophes de Weislingen
Waldhambach Volksberg
Weislingen Puberg
Tieffenbach Frohmuhl

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Weislingen est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. La commune est en outre hors attraction des villes[5],[6].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,3 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (61,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,1 %), prairies (19,1 %), forêts (12 %), cultures permanentes (9,4 %), zones urbanisées (6,6 %), zones agricoles hétérogènes (2,7 %)[7].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du nom de Weislingen remonte vers 1600. Elle est attribuée au comte palatin Johann August von Lützelstein (Jean Auguste de La Petite-Pierre). Mais sur l'origine même du village deux explications coexistent, qui ne sont que légèrement divergentes.

Selon la première version, la région était une contrée sauvage, jusqu'au jour où un criminel fut chargé, pour purger sa peine, de défricher l'endroit. Le pénitent (Buesser en allemand) s'y installa définitivement et le lieu fut nommé Buesweiler. Par la suite, d'autres habitants s'y sont établis, certainement des fugitifs du village de Minre-Hagenbach, détruit par la guerre au Moyen Âge et situé au lieu-dit Pfaffenbrunnen, à 2 km à l'est de Hambach, l'actuel Waldhambach. Ils plantèrent des tilleuls tout autour de leurs fermes. Et c'est la couleur blanche de leurs fleurs qui aurait donné son nom au hameau : Weisser Lindenhof, la ferme aux tilleuls blancs.

La deuxième explication rejoint la première, sauf qu'à la place d'un pénitent, c'est un ermite, en quelque sorte un pénitent volontaire, qui aurait défriché la contrée.

Toujours est-il que selon la tradition orale, un pionnier - criminel ou ermite - se serait établi bien avant 1547 sur ce plateau sauvage à l'est de [Wald]Hambach. D'autres colons l'y rejoignirent, et c'est ainsi que se créa le village de Buesweiler. Il avait déjà une certaine importance à cette époque, car une transaction fut signée avec les villages voisins [Wald]Hambach et Volksberg en 1547.

À partir de 1550, le village de Buesweiler fut administré par le chevalier Eberhardt Flach von Schwarzenberg. Ses enfants en héritèrent après sa mort en 1585.

Par la suite, le comte Jean Auguste de La Petite-Pierre essaya de s'approprier le village, mais sa tentative échoua à la suite du refus des habitants. De dépit, il fit construire en 1600 un hameau à l'actuel Weislingerhof (sortie vers Volksberg). Ébloui par la blancheur éclatante des tilleuls en fleurs plantés dans les cours des fermes, il aurait donné le nom de Weisser Lindenhof à son hameau, qui se déforma en Wisslinge pour donner quelques années plus tard Weislingen.

Weislingen fut reconnue en 1604. À la même époque, le comte Jean Auguste entreprit des négociations avec les descendants des Flach von Schwarzenberg sur la restitution du fief de Buesweiler. Et c'est en 1613, après de longs pourparlers, que se fit cette restitution au successeur de Jean Auguste, le comte Georg Johann II de La Petite-Pierre, plus connu sous le nom familier de « Jerri Hans ».

Le village s'appellera désormais Buesweiler-Weislingen, et ceci jusqu'à la Révolution de 1789. À partir de cette date le nom de Buesweiler disparut définitivement et céda la place à Weislingen[9].

Héraldique[modifier | modifier le code]


Blason de Weislingen

Les armes de Weislingen se blasonnent ainsi :
« Parti : au premier coupé au I de gueules au chevron d'argent et au II d'or plain, au second d'argent au rameau de tilleul fruité de sinople. »[10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Roger Anthony DVD  
2014 2020 Alain Zimmermann    
mai 2020 2020 Raymond Wasbauer    
novembre 2020 En cours Marc Burger [11]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2019, la commune comptait 546 habitants[Note 2], en diminution de 0,73 % par rapport à 2013 (Bas-Rhin : +2,76 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
501498631823828856831768713
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
694714734714735689662621677
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
638681729654646683676656586
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
595652633605534582559568563
2014 2019 - - - - - - -
544546-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Événements et fêtes[modifier | modifier le code]

  • Le 1er dimanche après le  : kirb du village.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Geoplatt
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  8. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  9. Jean Jacques Schneider - Histoire de Weislingen (1937)
  10. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.labanquedublason2.com (consulté le ).
  11. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.