Vyvyan Holland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vyvyan Holland
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Fratrie
Enfant
Autres informations
Membre de
Arme
Conflit
Distinction

Vyvyan Holland (3 novembre 188610 octobre 1967), né à Londres sous le nom de Vyvyan Oscar Beresford Wilde, est un auteur et un traducteur britannique. Frère cadet de Cyril, il est le second fils d’Oscar Wilde et de Constance Lloyd.

C'est à la suite de l'emprisonnement d'Oscar Wilde, que Constance Lloyd-Wilde, son épouse, changea en « Holland » son nom et celui de leurs fils[1], alors qu'elle vivait en Suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éduqué dans un collège anglais situé en Allemagne, Vyvyan n’y était pas heureux et, comme on voulait le mettre plus en sécurité, sa mère l'inscrivit dans une école de jésuites à Monaco. Il se convertit au catholicisme et alla ensuite étudier au Stonyhurst College, dirigé également par des jésuites. Néanmoins, son frère Cyril continua ses études en Allemagne[2]. Après la mort de Constance en 1898, les membres de sa famille demandèrent l'aide de la justice pour ôter à Oscar Wilde la possibilité de revoir ses enfants.

Vyvyan Holland étudia au Stonyhurst College. Par hostilité envers son père, on refusa de l'admettre à l'Université d'Oxford[3] et, à partir de 1905, il étudia le droit à Trinity Hall, qui fait partie de l'Université de Cambridge ; cependant, lassé de ses études, il les abandonna en 1907[4]. Le 20 juillet 1909, il accompagna le vieil ami de son père, Robert Ross, au transfert des restes de son père du cimetière parisien de Bagneux à celui du Père-Lachaise à Paris. À l’âge de 22 ans, il reprit ses études de droit et devint avocat en 1912. Il commença à écrire de la poésie et des nouvelles[5]. En 1913 il épousa sa première femme, Craigie Violet. Au début de la Première Guerre mondiale en 1914, il fut d’abord affecté comme sous-lieutenant dans le corps des interprètes, mais par la suite transféré au 114e bataillon, XXVe brigade de la Royal Field Artillery. Son frère aîné, Cyril, officier de carrière, fut tué à la bataille de Neuve-Chapelle en mai 1915.

Démobilisé le 27 juillet 1919, Vyvyan Holland fut fait officier de l’ordre de l’Empire britannique. Il devint ensuite auteur et traducteur.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, on lui offrit un poste de traducteur et de rédacteur pour la BBC, poste qu’il devait occuper pendant six ans. En septembre 1943, il épousa sa seconde femme, Dorothy Thelma Helen Besant, une esthéticienne (née à Melbourne en Australie le 19 juin 1910, morte le 1er mars 1995 à Londres[6]), arrière-petite-nièce de la théosophe Annie Besant[4].

En 1947, il partit avec sa femme pour l’Australie et la Nouvelle-Zélande, où Mme Holland avait été invitée à donner des conférences sur la mode vestimentaire dans l’Australie du XIXe siècle[7].

Leur seul enfant, Merlin Holland, devint éditeur, commerçant en verres et céramiques, et écrivain. À ce dernier titre il publia plusieurs ouvrages sur son grand-père. Lucian, son fils, naquit en 1979.

Vyvyan Holland mourut à Londres en 1967, âgé de 80 ans.

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

  • Oscar Wilde, Hachette, 1962
  • Fils d'Oscar Wilde, Flammarion
  • Goya, Hachette, 1963

Notes[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]