Walt Whitman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Walt Whitman
Walt Whitman - George Collins Cox.jpg
Walt Whitman en 1887.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Harleigh Cemetery (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Walter WhitmanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domiciles
99 Ryerson Street (d) (-), maison de Walt Whitman à Camden (en) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
The Brooklyn Daily Eagle, Brooklyn Times-Union (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Religion
Influencé par
Distinction
Archives conservées par
Œuvres principales
signature de Walt Whitman
signature

Walter Whitman, plus connu sous le nom de Walt Whitman, né le à West Hills, New York (en) (Long Island) et mort le à Camden, est un poète, romancier, journaliste, éditeur américain. Son recueil de poèmes Feuilles d'herbe (Leaves of Grass) est considéré comme son chef-d'œuvre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Whitman nait le dans une ferme de West Hills, New York (en)[1],[2] près de l'actuelle South Huntington (en), à Long Island, second des neuf enfants de Louisa Van Velsor, d'origine néerlandaise, et de Walter Whitman, Sr., d'origine anglaise. Sa famille déménage à Brooklyn en 1823. Après six ans de scolarité primaire, il entre comme apprenti dans un atelier d'imprimerie. Autodidacte, il lut alors Homère, Dante et Shakespeare[3],[4].

Après deux ans d'apprentissage, Whitman se rendit à New York pour y travailler dans différents ateliers d'imprimerie.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après l'incendie de son imprimerie, il commence une carrière en tant qu'instituteur dans une classe unique à Long Island de 1836 à 1841[5]. Parallèlement, il fonde et édite le journal The Long-Islander (devenu le Long Islander News[6]) dans la ville de Huntington en 1838 et 1839. En 1841, il quitte l'enseignement pour embrasser une carrière de journaliste et d'éditeur à plein temps à New York. Il rédige en outre des articles pour des magazines populaires et des quotidiens et écrit des discours politiques. En 1840, il participe à la campagne de réélection du président des États-Unis Martin Van Buren qui est battu par William Henry Harrison[7].

Les discours politiques écrits par Whitman attirèrent alors l'attention de la société du Tammany Hall, qui lui confie la rédaction de nombreux journaux, parmi lesquels aucun ne devait jouir d'une longue publication. Pendant deux ans, il est rédacteur pour l'influent Brooklyn Daily Eagle[8] en pleine guerre d'Annexion du Texas, il y écrivit : « Oui, le Mexique doit être sévèrement châtié. Que nos armes soient désormais portées de manière à apprendre au monde entier que, bien que nous n'aimions pas les querelles, l'Amérique sait comment frapper et connaît les moyens de s'étendre. ») ; toutefois, à la suite d'une scission au sein du Parti démocrate, il fut relevé de ses fonctions pour avoir soutenu le Parti du sol libre, parti opposé à l'extension de l'esclavage à l'Ouest. Après l'échec de ses tentatives pour fonder un journal Free Soil, il fut ballotté d'un emploi à l'autre. Entre 1841 et 1859, Walt Whitman édita un journal (The Crescent) à La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, deux à New York et quatre autres à Long Island. À La Nouvelle-Orléans, il découvrit le marché aux esclaves qui se tenait régulièrement dans cette ville à cette époque. C'est là qu'il se mit à écrire des poèmes et bientôt cette activité supplanta toutes les autres. Les années 1840 virent les premiers fruits de son long travail sur les mots, avec la publication d'un certain nombre de nouvelles à partir de 1841 et du roman Franklin Evans publié à New York un an plus tard, qui faisait partie du mouvement en faveur de la tempérance. Mais c'est surtout la nouvelle The Child's Champion qui fut publiée en 1842 et souvent republiée depuis et qui est à présent considérée comme le plus important de ses premiers ouvrages. Elle établit le fondement théologique d'un thème qui tiendra à cœur à Whitman toute sa vie, à savoir le profond pouvoir rédempteur de l'amour.

La première édition de Feuilles d'herbe fut auto-publiée en 1855, l'année même où le père de Whitman mourut. À cette époque, le recueil se composait de douze longs poèmes sans titre. Il n'y eut pas, ou presque, de réaction du public ni de critique. Un an plus tard, Whitman publia une seconde édition qui comprenait une lettre de félicitations de Ralph Waldo Emerson et vingt poèmes supplémentaires. Emerson appelait depuis longtemps à l'émergence d'une poésie américaine, affranchie de l'influence européenne ; Leaves of Grass le comblait.

Après la guerre de Sécession, Walt Whitman fut engagé au département de l'Intérieur (ministère chargé de la gestion des terres fédérales) en tant que clerc. Toutefois, lorsque James Harlan, le secrétaire de l'Intérieur (ministre), découvrit que Whitman était l'auteur du scandaleux Leaves of Grass, il le congédia sur-le-champ.

À sa sixième édition en 1881, le recueil de poèmes s'était épaissi. Whitman jouissait alors d'une réputation plus importante et l'édition fut vendue à un grand nombre d'exemplaires, ce qui permit à Whitman d'acheter une demeure à Camden, dans le New Jersey.

Opinion politique[modifier | modifier le code]

Whitman pendant toute sa vie sera un démocrate convaincu, il fut le secrétaire général du Parti démocrate de New York, opposé à l'esclavage, il quitte le Parti démocrate pour adhérer au Parti du sol libre[9],[10].

La fin[modifier | modifier le code]

Whitman décède des suites d'une pneumonie le , après avoir achevé la révision de Feuilles d'herbe (Leaves of Grass)[11],[12]. Parmi les causes de sa mort, est incriminé un régime basé sur des produits laitiers, notamment le punch au lait, à l'époque le lait était souvent trafiqué avec du plâtre, et la santé des vaches laitières n'était pas vérifiée, ainsi, il semblerait que Walt Whitman ait consommé du lait issu de vaches atteintes de tuberculose[13].

Whitman repose au Harleigh Cemetery (en), à Camden dans le New Jersey[14], aux côtés de membres de sa famille dans une crypte à flanc de colline qu'il avait conçue[15],[16].

Divers[modifier | modifier le code]

En 1916, des membres du Walt Whitman Club de Bon Echo, ont financé des tailleurs de pierre pour qu'ils gravent sur le flanc d'un rocher du parc provincial Bon Écho en Ontario, au Canada ces trois vers d'un de ses poèmes[17],[18],[19] :

My foothold is tenon'd and mortis'd in granite;
I laugh at what you call dissolution;
And I know the amplitude of time.
Mes deux pieds sont tenonnés et mortaisés dans le granit
Je ris de ce que vous appelez dissolution
Et je connais l'amplitude du temps.

Poésie et influence[modifier | modifier le code]

Pour beaucoup, Walt Whitman et Emily Dickinson sont les deux piliers de la poésie américaine du XIXe siècle. Plus particulièrement, la poésie de Whitman paraît intrinsèquement américaine. Le poète évoque une Amérique ordinaire d'une voix résolument américaine (cf. usage du vers libre). La force de sa poésie semble procéder des émotions vives qu'il suscite grâce à l'intelligence de son verbe. Whitman recourt à la répétition pour susciter un caractère hypnotique dans ses textes : cette répétition crée la force de sa poésie, qui inspire plutôt qu'elle informe. Ainsi vaut-il mieux lire sa poésie à haute voix pour en sentir tout le message. Ses qualités poétiques tirent en partie leur ascendance de discours et écrits religieux ou quasi religieux tels que ceux du poète James Weldon Johnson (l'influence de ce dernier fut encore plus forte à Jacmel, en Haïti).

Les poètes américains du XXe siècle (et maintenant du XXIe siècle) ne peuvent ignorer Whitman en ce sens que celui-ci a fondamentalement défini le langage poétique de l'Amérique démocratique.

En France, Walt Whitman a eu une grande influence sur les poètes symbolistes et sur les écrivains unanimistes.

Il fut traduit par le poète français Jules Laforgue, sous le titre Feuilles d'herbe.

Whitman et l’homosexualité[modifier | modifier le code]

Walt Whitman et Bill Duckett

Un élément qu'on ne peut passer sous silence au sujet de la vie et de l'œuvre de Walt Whitman est son homosexualité, que trahit son admiration pour les idéaux de camaraderie virile du XIXe siècle ou plus crûment ses descriptions quasi masturbatoires du corps masculin (Song of Myself, c'est-à-dire Ballade de moi-même). Tout cela entre en complète contradiction avec l'indignation dont faisait montre Whitman lorsqu'il était confronté à ce genre de texte, alors qu'il louait la chasteté et stigmatisait la masturbation. Toutefois, la critique récente est encline à croire que ses poèmes reflétaient les vrais sentiments de Whitman envers son sexe, alors qu'il s'efforçait plus ou moins de préserver sa réputation. À titre d'exemple, dans Once I Pass'd Through a Populous City, il fit du « bien-aimé » une « bien-aimée » avant la publication. Il alla jusqu'à s'inventer six enfants naturels pour corriger sa réputation.

Pendant la Guerre de Sécession, la camaraderie intense qui régnait sur les lignes de front en Virginie, où Whitman se rendit en qualité d'infirmier, nourrit ses idées sur la convergence de l'homosexualité et de la démocratie[20]. Dans Democratic Vistas, il fit pour la première fois la distinction entre l’amative love (qui serait en fait l'amour hétérosexuel) et l’adhesive love (qui serait l'amour homosexuel), en s'appuyant sur les résultats d'une pseudo-science, la phrénologie. Il y voit « l'amour adhésif » comme une éventuelle colonne vertébrale d'une meilleure forme de démocratie, comme « un contre-poids et un recalage dans notre démocratie d'Amérique, matérialiste et vulgaire ».

Il a fait partie avec John Franklin Gray (en), Charles Kingsley et d'autres personnalités d'un groupe d'homosexuels qu'il a nommé la Fred Gray Association[21],[22], groupe qui se réunissait régulièrement dans le restaurant Pfaff, au sein du Coleman House Hotel à Manhattan ; Whitman s'y est souvent rendu avec son amant Fred Vaughn[23].

À partir des années 1970, le mouvement d'émancipation homosexuel puis les organisations américaines LGBT firent de Whitman et d'Emily Dickinson des figures de proue[24],[25]. Les poèmes du recueil Calamus (poems) (en) notamment, rédigés à la suite d'une relation brisée (vraisemblablement homosexuelle), contiennent des passages qui furent interprétés comme un subtil « coming out » à l'adresse de ses lecteurs homosexuels[26]. Le titre seul de ces poèmes trahit déjà leur connotations homosexuelles aux initiés, puisque la Calamus est une plante qui tient son nom du dieu Calamos, qui selon la mythologie grecque dut endurer la mort de son jeune amant Carpos.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Feuilles d'herbe (1855-1891)
  • Comme un oiseau puissant sur ses libres ailes et autres poèmes (1872)
  • Deux ruisseaux (1876)
  • Poèmes et proses inédits (1921)
  • Ô Capitaine, mon capitaine!
  • Chanson sur moi

Prose[modifier | modifier le code]

  • Franklin Evans ou l'Alcoolique, roman, (1842)
  • Vie et aventures de Jack Engle (Life and Adventures of Jack Engle), roman, (1852)
  • Départ à Paumanok (1855)
  • Perspectives démocratiques (1871)
  • Echantillons de jours et recueils (1882-1883)
  • Rameaux de novembre (1888)
  • Voyage au Canada (1904)
  • Correspondance avec Anne Gilchrist (1918)
  • La Moisson des forces (1920)
  • L'Atelier de Walt Whitman (1928)
  • Je m'assois et regarde (1932)
  • Texte sur la guerre civile (1933)

Postérité[modifier | modifier le code]

Stuart Williamson sculptant Walt Whitman
  • Le compositeur britannique Gustav Holst (1874-1934) a écrit une Ouverture Walt Whitman en 1899.
  • Le poète portugais, Fernando Pessoa, écrit en 1915, sous l'hétéronyme « Alavaro de Campos », un poème intitulé Salut à Walt Whitman, rendant hommage à son « frère jumeau de tous les élans. »
  • Dans le film Down by Law (1986) de Jim Jarmusch, le personnage joué par Roberto Benigni fait référence à Walt Whitman.
  • Dans la série Beverly Hills 90210 (1992 - Saison 3 Épisode 7) de Aaron Spelling, Andréa Zuckerman, le personnage interprété par Gabrielle Carteris, fait référence à Walt Whitman dans une discussion avec Gil Meyers, prof d'anglais et qui s'occupe également du journal du lycée, interprété par Mark Kiely.
  • Leaves of Grass: A Choral Symphony (1992) de Robert Strassburg, Est une composition musicale pour Mezzo-Soprano, Tenor, Chorus, Orchestre et Narrateur écrit aux poèmes Feuilles d'herbe par Walt Whitman.
  • O Captain! My Captain! est l'un des poèmes les plus célèbres de Walt Whitman, écrit en réaction à l'assassinat d'Abraham Lincoln après la guerre de Sécession. C'est le poème emblématique du film Le Cercle des poètes disparus.
  • Dans Revenants[27], deuxième livre de la Trilogie new-yorkaise de Paul Auster, Noir dit à Bleu déguisé en clochard qu'il ressemble à Walt Whitman et lui raconte une anecdote au sujet d'une autopsie du cerveau de ce poète considéré comme un génie.
  • Le groupe finlandais Nightwish rend hommage à Walt Whitman dans l'album Imaginaerum en intitulant une de leurs chansons Song of Myself, qui dure 13:38.
  • Dans le film Bad Lieutenant (1992) d'Abel Ferrara, avec Harvey Keitel (son meilleur rôle d'après nombre de « ciné critiques »[réf. nécessaire]), Whitman est évoqué à l'heure pile du film
  • Le sculpteur britannique Stuart Williamson réalise une sculpture à son effigie.
  • Tuomas Holopainen, le leader du groupe, est un fan de Whitman.
  • Durant la saison 3 de la série télévisée Breaking Bad, le chimiste Gale Boetticher récite au personnage principal, le dealer Walter White, le poème When I heard the learned astronomer et lui offre un exemplaire de Feuilles d'herbe. D'autres références aux poèmes de Whitman sont glissées au cours des saisons 4 et 5 et les initiales similaires W.W. du héros avec le poète sera la source de la découverte de son activité par la police.
  • Walt Withman, incarné par l'acteur britannique Donald Moffat, est le personnage invité de l'épisode 21, saison 5, de la série Docteur Quinn, femme médecin, le titre de l'épisode étant celui d'un de ses poèmes Le Corps électrique.
  • Dans Bull Durham, le personnage d'Annie (Susan Sarandon) cite Walt Whitman.
  • En 2014, Apple utilise une partie du poème O Me! O Life! pour une de ses publicités.
  • Rip Torn incarne Walt Whitman, aux côtés de Colm Feore, dans le film Beautiful Dreamers (1990) de John Kent Harrison
  • Dans l'huile sur panneau de 1960 The third love painting (Tate, Londres), David Hockney inclut les quatre derniers vers de When I Heard at the Close of the Day.
  • Dans La Face cachée de Margo (VO Paper Town) de John Green, le personnage de Margot possède un exemplaire de Feuilles d'herbe et un passage de Chanson à moi-même est utilisée parmi les indices pour retrouver Margot.
  • Dans Docteur Patch (VO Patch Adams) de Tom Shadyac, Patch Adams récite les premiers vers de Song of The Open Road à Carin après avoir mentionné que Whitman avait été infirmier dans l'armée.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) Spencer Rumsey, « Walt Whitman's Long Island Roots », sur Long Island News from the Long Island Press, (consulté le 5 janvier 2020)
  2. (en-US) « The History of the Walt Whitman Birthplace Association » (consulté le 5 janvier 2020)
  3. (en) « Walt Whitman | Biography, Poems, Leaves of Grass, & Facts », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 5 janvier 2020)
  4. « Walt Whitman | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 5 janvier 2020)
  5. (en-US) « About Walt Whitman | Academy of American Poets », sur Academy of American Poets (consulté le 5 janvier 2020)
  6. (en-US) « About Us », sur Long Islander News (consulté le 5 janvier 2020)
  7. (en-US) Matthew Wills, « Walt Whitman the... Politician? », sur JSTOR Daily, (consulté le 5 janvier 2020)
  8. (en-GB) « Walt Whitman Biography | », sur Biography Online (consulté le 5 janvier 2020)
  9. (en-US) Ed Simon, « Why We Need Walt Whitman in 2020 | History News Network », sur historynewsnetwork.org, (consulté le 5 janvier 2020)
  10. (en-US) « Martin Klammer, "Free Soil Party" (Criticism) - The Walt Whitman Archive », sur whitmanarchive.org (consulté le 5 janvier 2020)
  11. (en-US) Rhys Griffiths, « Death of Walt Whitman | History Today », sur www.historytoday.com (consulté le 5 janvier 2020)
  12. (en-US) Tina Jordan, « When Walt Whitman Was Dying, It Was Front-Page News — for Months », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 5 janvier 2020)
  13. (en-US) Caleb Johnson, « What Really Killed Walt Whitman? », sur The Paris Review, (consulté le 5 janvier 2020)
  14. (en-US) « Walt Whitman », sur Find a Grave Memorial
  15. (en-US) Kevin C. Shelly, « Walt Whitman's final resting place: a hillside crypt in Camden he designed », sur www.phillyvoice.com (consulté le 5 janvier 2020)
  16. (en-US) « Walt Whitman's Grave », sur Atlas Obscura (consulté le 5 janvier 2020)
  17. « Section 20 | IWP WhitmanWeb », sur iwp.uiowa.edu (consulté le 5 janvier 2020)
  18. (en) « "Song of Myself" marathon reading at Bon Echo », sur Walt Whitman Initiative (consulté le 5 janvier 2020)
  19. (en) « Walt Whitman Monument », sur Atlas Obscura (consulté le 5 janvier 2020)
  20. (en-US) « Walt Whitman », sur Poetry Foundation, (consulté le 5 janvier 2020)
  21. (en-US) « The Fred Gray Association | The Vault at Pfaff's », sur pfaffs.web.lehigh.edu (consulté le 5 janvier 2020)
  22. (en-US) Edward Renehan, « Mannahatta — Walt Whitman in New York », sur Medium, (consulté le 5 janvier 2020)
  23. (en-US) « Pfaff's », sur NYC LGBT Historic Sites Project (consulté le 5 janvier 2020)
  24. (en-US) Jeremy Lybarger, « Walt Whitman’s Boys », sur Boston Review, (consulté le 5 janvier 2020)
  25. (en-US) « LGBT History Month: Emily Dickinson and Walt Whitman - English | Colorado State University » (consulté le 5 janvier 2020)
  26. (en-US) « Walt Whitman - Gender and Sexuality Student Services - UIS », sur www.uis.edu (consulté le 5 janvier 2020)
  27. Paul Auster (trad. Pierre Furlan), Trilogie New-Yorkaise. 2 - Revenants, Actes Sud (pour la traduction française), , 122 p. (ISBN 2-253-13519-4), p. 79 à 81

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]