George Moore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
George Moore
Image dans Infobox.
George Moore, peint par Édouard Manet.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Ballyglass (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
PimlicoVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
George Henry Moore (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
Influencé par
Archives conservées par
Bibliothèque Beinecke de livres rares et manuscrits[1]
University of Victoria Special Collections and University Archives (d) (SC266)[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Confessions of a Young Man (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

George Augustus Moore ( - ) est un romancier, poète, auteur dramatique et critique d'art irlandais.

Biographie[modifier | modifier le code]

George Moore est le fils aîné des quatre enfants de George Henry Moore de Moore Hall, dans le comté de Mayo, et de Mary Blake de Ballinafad, comté de Galway ; son frère cadet, Maurice George Moore, suit une carrière militaire puis politique.

Né dans une famille catholique[3], et désirant tôt devenir un artiste, George Moore étudia l'art à Paris durant les années 1870, où il se lia avec d'autres artistes français de l'époque, comme Manet.

George Moore dans le jardin de l'artiste
Édouard Manet, vers 1879
National Gallery of Art (Washington)

En 1879 celui-ci fit son portrait dans son jardin; cette œuvre appartint vers 1966 à la collection des époux Paul Mellon ou à celle de Mrs Mellon Bruce (reprod. sous le no 43 du catalogue de l'exposition French Paintings - Washington, National Gallery of Art, 1966)[4].

Il fréquentait le salon littéraire de Geneviève Halévy ou l'on croisait Réjane, Lucien Guitry, Paul Bourget ou le peintre Edgar Degas.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Fleurs de passion (titre original : Flowers of Passion, 1878);
  • La Femme du cabotin (titre original : A Mummer's Wife, 1885);
  • Un drame en mousseline (titre original : A Drama in Muslin, 1886);
  • Confessions d'un jeune anglais (titre original : Confessions of a Young Man 1888)[5]
  • Esther Waters (publié en anglais en 1894);
  • Reminiscences of the Impressionists Painters, Dublin [1906], London [1914];
  • Mémoires de ma vie morte (titre original : Memoirs of my dead life of galanteries meditations and remembrances soliloquies or advice to lovers, 1921);
  • Vaine Fortune (publié dans La Revue hebdomadaire en 1903. Traduit par J.-H. Rosny [6].)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]