Vision photopique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’optique image illustrant la biologie
Cet article est une ébauche concernant l’optique et la biologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La vision photopique (du grec ancien φωτός, phôtós, génitif singulier de φῶς, phỗs, signifiant « lumière ») est la vision diurne, c'est-à-dire la forme particulière que prend la vision le jour ou en conditions d'éclairage important. Le domaine photopique est le domaine de la photométrie pour lequel les surfaces observées ont des luminances lumineuses comprises entre quelques candelas par mètre carré et quelques milliers de candelas par mètre carré[1]. En deçà, on entre dans le domaine mésopique (vision crépusculaire) ; au-delà, on entre dans le domaine de l'éblouissement.

La vision photopique est essentiellement assurée par les cônes de la rétine de l'œil. Ces cellules sont bien moins nombreuses que les bâtonnets (environ 5 millions de cônes par œil, à comparer aux 120 millions de bâtonnets) et elles sont moins larges et moins longues, elles nécessitent donc plus de lumière. Contrairement aux bâtonnets il existe trois types de cônes, ce qui permet une vision en couleurs[2].

La sensibilité de l'œil en vision photopique n'est pas la même pour toutes les longueurs d'onde, elle est décrite par la fonction d'efficacité lumineuse spectrale photopique. Le maximum de sensibilité de l'œil est obtenu pour une longueur d'onde de 555 nanomètres correspondant à un vert-jaune. Elle est supérieure à 1 % de ce maximum de 475 nanomètres à 685 nanomètres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon les applications une valeur comprise entre 3 et 10 cd⋅m-2 constitue la limite basse du domaine photopique : ceci nécessite pour un diffuseur parfait un éclairement lumineux minimum d'environ 100 lux (Robert Sève 2009, p. 25-26).
  2. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ (ISBN 2-9519607-5-1), p. 25-26

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]