Vision mésopique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La vision mésopique (du grec ancien μέσος, mésos, signifiant « milieu ») est la vision crépusculaire, c'est-à-dire la forme particulière que prend la vision au crépuscule ou en conditions d'éclairage moyen[1],[2]. Le domaine mésopique est le domaine de la photométrie pour lequel les surfaces observées ont des luminances lumineuses comprises entre la millicandela par mètre carré[3] et quelques candelas par mètre carré[4]

La vision mésopique est assurée à la fois par les bâtonnets et les cônes de la rétine de l'œil. Une vision en couleurs est possible mais elle s'estompe progressivement pour les bas niveaux de lumière. Les couleurs rouges s'assombrissent et la sensibilité se décale vers le bleu provoquant l'effet Purkinje.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Sève, Science de la couleur : Aspects physiques et perceptifs, Marseille, Chalagam,‎ (ISBN 2-9519607-5-1), p. 25-26
  2. L'expression « entre chien et loup » exprime la sensation particulière liée à la vision crépusculaire.
  3. Cette valeur de luminance correspond à une nuit de plein lune. Pour un diffuseur parfait, il faudrait un éclairement lumineux d'environ 0,01 lx. Robert Sève 2009, p. 25-26.
  4. Selon les applications une valeur comprise entre 3 cd.m-2 et 10 cd.m-2 constitue la limite basse du domaine photopique : ceci nécessite pour un diffuseur parfait un éclairement lumineux minimum d'environ 100 lx. Robert Sève 2009, p. 25-26.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]