Ville-le-Marclet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ville-le-Marclet
Ville-le-Marclet
L'église Saint-Nicolas et la place.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Flixecourt
Intercommunalité Communauté de communes Nièvre et Somme
Maire
Mandat
Didier Leblanc
2014-2020
Code postal 80420
Code commune 80795
Démographie
Population
municipale
475 hab. (2016 en diminution de 6,86 % par rapport à 2011)
Densité 53 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 24″ nord, 2° 05′ 22″ est
Altitude Min. 17 m
Max. 113 m
Superficie 8,93 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Ville-le-Marclet

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Ville-le-Marclet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ville-le-Marclet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ville-le-Marclet

Ville-le-Marclet est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ville-le-Marclet est arrosée par la Nièvre, affluent de la Somme.

La commune comporte quatre écarts : le Marclet, Bois Riquier, Réderie et la Cavée[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Vauchelles-lès-Domart Surcamps Saint-Léger-lès-Domart Rose des vents
Mouflers N Saint-Ouen
O    Ville-le-Marclet    E
S
L'Étoile Flixecourt

Transports[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne de bus no 17 , Amiens-Flixecourt-Abbeville, et la ligne no 28 (Saint-Léger - Flixecourt - Amiens) du réseau interurbain Trans'80, chaque jour de la semaine, sauf le dimanche[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Jusqu'au 28 février 1899, le village se nomme Ville-Saint-Ouen[1].

Viile-le-Marclet provient du latin villa, maison de campagne, propriété rurale, et du mot marché[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le milieu du XIXe siècle est marqué par l'arrivée de l'activité textile due à la société Saint-Frères[1].

Dans la nuit du , six résistants sont fusillés dans le parc du château par les Allemands[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Robert Saint    
mars 1965 juin 1995 René Régnier PCF Conseiller général du canton de Picquigny
(1970-1982) et (1986-1994)
juin 1995 mars 2014 Bernard Defrancois PCF-COM  
mars 2014[3] En cours
(au 6 mai 2014)
Didier Leblanc    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 475 habitants[Note 1], en diminution de 6,86 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
200212229247296307323325323
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
310333436462515510631745681
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
687732776623575518558521517
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
472485556512508511479492482
2016 - - - - - - - -
475--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En 2017, l'école à deux classes bénéficie d'un service de cantine et de garderie[8].

Loisirs[modifier | modifier le code]

La commune gère un étang de pêche. Des rempoissonnement ont lieu régulièrement en rotengles et gardons, effectués par la société de pêche La Sardine[9].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Nicolas.
  • Chapelle Saint-Lambert. Cet édifice est situé à l'emplacement d'une chapelle mentionnée dès le XIIIe siècle. Elle était réputée contenir une relique du saint, gardée par un ermite jusqu'en 1830. Reconstruite en 1868, elle change plusieurs fois de propriétaire avant d'être désaffectée et de devenir une habitation[10].
  • Château. Le château primitif a été détruit en 1912. Il a appartenu au seigneur local, le baron de Tournon. Robert Saint, maire du village, sera propriétaire du château reconstruit. Il est ensuite affecté à un institut médico-éducatif (IME)[1].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Germain Obry, À travers le passé de Ville-le-Marclet, 1978, 28 pages, club Léo Lagrange, M. D. J. Ville-le-Marclet.
  • Joron, (1899), Notice Géographique et historique sur la commune de Ville-le-Marclet, G. Delarue, Libraire-éditeur, 5, rue des Grands-Augustins, Paris.
  • Régnier, R. (1989), Le village de Ville-Saint-Ouen, paroisse de Saint-Nicolas en 1789, réalisation Mairie de Ville-le-Marclet.
  • Régnier, R. (1999), Ville-le-Marclet Centenaire !, réalisation de la mairie de Ville-le-Marclet.
  • Régnier, R. (2006), Ville-le-Marclet en 1936, mise en page et Impression : Demazure Imprimerie, Dreuil-lès-Amiens.
  • Régnier, R. (2006), Ville-le-Marclet et Saint-Lambert, mise en page et impression : Imprimerie Demazure, Dreuil-lès-Amiens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Germain Obry, À travers le passé de Ville-le-Marclet, 1978, 28 pages, lire en ligne. .
  2. « Trans80, Abbeville », sur trans80.hautsdefrance.fr.
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Site communal.
  9. « L'étang communal rempoissonné » (L'étang communal a été rempoissonné par la société de pêche La sardine pour un poids de 120 kg de gardons et rotengles), Courrier picard,‎ , p. 10.
  10. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 144-145 (ASIN B000WR15W8).