Victoire Tuaillon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Victoire Tuaillon
Victoire Tuaillon.png
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (31 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Lycée Grandmont (d)
Institut d'études politiques de Paris (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Victoire Tuaillon est une journaliste française née le à Paris.

Elle a créé et anime le podcast Les couilles sur la table qui s’intéresse aux masculinités d’un point de vue féministe sur Binge Audio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et études[modifier | modifier le code]

Victoire Tuaillon née le à Paris. Elle a trois frères et trois sœurs[1]. Fille d’une guide touristique et d’un médecin, elle est scolarisée dans une école aux « méthodes pédagogiques avancées, [...] inspirée des méthodes Montessori mais à la sauce catholique[2]. »

Elle passe son bac économique et social avec mention très bien au lycée Grandmont à Tours et découvre le manifeste féministe King Kong Théorie de Virginie Despentes sur les conseils de sa sœur aînée[3]. Elle entre ensuite à l'Institut d'études politiques de Paris et part faire sa troisième année aux États-Unis, à vingt ans. Elle étudie la photographie et l’écriture de fiction à l’université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Elle vit alors en colocation avec cinq filles à Carrboro, ville qu’elle qualifie de « repaire de hippies ». En , elle rentre en France pour intégrer l’école de journalisme de Sciences Po en master. Elle travaille en apprentissage à France Télévisions en 2011 pour deux ans[4],[1].

Après ses études, désespérée de ne rien savoir faire de ses mains, elle part élever des chèvres en Andalousie, au sein d'une communauté autogérée de 200 personnes. « Je me levais à 5h45., je mettais ma combinaison bleue et mes bottes et j'allais traire une cinquantaine de chèvres », raconte-t-elle. Elle y reste pendant un an[1]. Puis pour des raisons familiales, elle revient en France, devient professeure d’histoire-géo en anglais au lycée Saint-Cyr de Nevers et serveuse[4],[1].

Carrière journalistique[modifier | modifier le code]

Elle commence sa carrière journalistique en au quotidien La Montagne avant de décrocher en un CDI à La Grande librairie sur France 5. Elle en part en pour développer des projets plus personnels[4].

Victoire Tuaillon se fait rapidement remarquer par Et là, c'est le drame, diffusé sur Arte Radio où elle enquête sur la façon de parler des journalistes à la télévision. Elle y raconte les difficultés rencontrées par les étudiants pour « trouver leur voix de JT » et questionne Pascal Doucet-Bon, ex-rédacteur en chef du 20 heures de France 2 sur le formatage journalistique[5].

Elle est repérée par Joël Ronez, cofondateur de Binge Audio et lance Les couilles sur la table en [6].

Emilie Grangeray, dans le quotidien Le Monde, qualifie Les couilles sur la table de « crème de la crème des podcasts féministes » avec La Poudre de Lauren Bastide sur Nouvelles écoutes et Un podcast à soi de Charlotte Bienaimé sur Arte Radio[7].

D’ à , elle anime la série de podcasts La Bonne Graine, produite par Binge Audio et l'université Paris-Saclay. En trois saisons de huit épisodes chacune, elle « part à la rencontre d’étudiant·e·s de masters qui préparent l’avenir et le monde de demain »[8]. Le programme est réalisé sous la direction éditoriale de Julien Cernobori, créateur de la série Superhéros et directeur artistique de la plateforme de podcast[9].

Elle anime également le podcast Du sport, série de huit épisodes coproduite par le Syndicat national de l’éducation physique (Snep-FSU).

En , elle publie Les couilles sur la table qui synthétise les 50 épisodes du podcast. Elle « montre dans le livre qu'être un homme est d’abord une construction, qu'ensuite c'est un ensemble de privilèges, que c'est une exploitation et enfin, c'est aussi l'usage légitime de la violence »[10].

Publication[modifier | modifier le code]

  • Victoire Tuaillon, Les couilles sur la table, , Binge Audio, 256 pages (ISBN 978-2491260002)

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Grand Prix Nova 2019 de la fiction radio – Médaille d'Argent pour Mental FM
  • Prix du podcast de conversation au Paris Podcast Festival 2018[7].
  • Prix de l'essai féministe de Causette - Prix du Public

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Robin Andraca, « Victoire Tuaillon, mâles aux oreilles », Libération,‎ (lire en ligne)
  2. « Victoire Tuaillon, l'ange du mâle », Stratégies,‎ (lire en ligne)
  3. « “Les couilles sur la table”, une émission qui met le viril sur le gril », sur Télérama.fr (consulté le 16 mai 2020)
  4. a b et c « Avec son podcast, Victoire Tuaillon pose “Les Couilles sur la table” », Cheek Magazine,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Camille Poirier, « “Et là, c'est le drame” : mais qui apprend aux journalistes à parler sur ce ton ? », Télérama,‎ (lire en ligne)
  6. Cyril Lacarrière, « Victoire Tuaillon, podcasteuse qui met ses « couilles sur la table » », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2019)
  7. a et b Emilie Grangeray, « Victoire Tuaillon, féministe d’utilité publique », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  8. « Histoires Vraies – La bonne graine », sur Binge Audio (consulté le 27 novembre 2019)
  9. Brulhatour, « Binge Audio : lancement du podcast "La bonne graine" », sur La Lettre Pro de la Radio & des Médias - La Puissance du Média Radio (consulté le 27 novembre 2019)
  10. « Victoire Tuaillon, du podcast "Les couilles sur la table" : "Être un homme est d'abord une construction" », Europe 1,‎ (lire en ligne)
  11. « Pourquoi les journalistes parlent-ils tous de la même façon dans les JT ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 2 novembre 2019)