Vénus Khoury-Ghata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Khoury et Ghata.
Vénus Khoury-Ghata
Venus Khoury-Ghata - Atlantide 2017.jpg
Vénus Khoury-Ghata à Atlantide - Festival des littératures au Lieu unique à Nantes en mars 2017
Biographie
Naissance
Nationalité
Domicile
Activités
Enfant
Autres informations
Domaine
Distinctions
Archives conservées par

Vénus Khoury-Ghata, née à Bcharré (Liban) le , est une femme de lettres française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vénus Khoury naît au Liban, près de Beyrouth, dans une famille maronite. Fille d’un militaire parlant le français et d’une mère paysanne, elle se souvient de son enfance passée à Bcharré, le village de montagne du poète Khalil Gibran[1],[2]. Elle est la sœur aînée de May Menassa[3],[4].

En 1957, elle se marie à un homme d’affaires[2]. Elle entreprend des études littéraires à l'École supérieure de lettres de Beyrouth. Elle publie son premier recueil de poésie Les Visages inachevés en 1966 et, en 1967, Terres stagnantes, chez Seghers[1]. Elle s’installe à Paris en 1972 pour fuir la guerre au Liban[5],[6], elle épouse le médecin et chercheur français Jean Ghata[7]. Elle publie son premier roman en 1971, Les Inadaptés[1].

Dans ses romans, la femme est au centre de tout en tant que personnage principal tandis que l'homme est souvent connoté péjorativement[7]. Elle le montre comme responsable du péché original, du Mal qui engloutit la femme[7].

Vénus Khoury-Ghata obtient le grand prix de poésie de l'Académie française en 2009 et le prix Goncourt de la poésie en 2011 pour Où vont les arbres[1].

En 2018, elle intègre le Parlement des écrivaines francophones aux côtés de Sedef Ecer, Paula Jacques et Khadi Hane en autres[8].

Elle a publié une quarantaine de romans et de recueils de poésie traduits en 15 langues[9].

Sa fille, Yasmine Ghata, est également écrivaine[10].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Les Visages inachevés, 1966
  • Les Inadaptés, roman, Le Rocher, 1971
  • Au Sud du silence, poèmes, Saint Germain des Prés, 1975
  • Terres stagnantes, poèmes, Seghers
  • Dialogue à propos d’un Christ ou d’un acrobate, roman, Les Éditeurs Français Réunis, 1975
  • Alma, cousue main ou Le Voyage immobile, R. Deforges, 1977
  • Les Ombres et leurs cris, poèmes, Belfond, 1979
  • Qui parle au nom du jasmin ?, Les Éditeurs Français Réunis, 1980
  • Le Fils empaillé, Belfond, 1980
  • Un faux pas du soleil, poèmes, Belfond, 1982
  • Vacarme pour une lune morte, roman, Flammarion, 1983
  • Les morts n’ont pas d’ombre, roman, Flammarion, 1984
  • Mortemaison, roman, Flammarion, 1986
  • Monologue du mort, poèmes, Belfond, 1986
  • Leçon d’arithmétique au grillon, poèmes pour enfants, Milan, 1987
  • Bayarmine, roman, Flammarion, 1988
  • Les Fugues d’Olympia, roman, Régine Deforges/Ramsay, 1989
  • Fables pour un peuple d’argile, suivi de Un lieu sous la voûte et de Sommeil blanc, poèmes, Belfond, 1992
  • La Maîtresse du notable, roman, Seghers, 1992
  • Les Fiancées du Cap Ténès, roman, Lattès, Lattès 1995
  • Qui parle au nom du jasmin ?, Éditions des Moires, 1995
  • Anthologie personnelle, Poèmes, Actes Sud, 1997, rééd. 2009
  • La Maestra, roman, Actes Sud, 1996, collection Babel, 2001
  • Une maison au bord des larmes, roman, Balland, 1998, Babel 2005
  • Privilège des morts, roman, Balland, 2001
  • Elle dit, suivi de Les sept brins de chèvrefeuille de la sagesse, poèmes, Balland, 1999
  • La Voix des arbres, poèmes pour enfants, Cherche-Midi, 1999
  • Compassion des pierres, poèmes, La Différence, 2001
  • Zarifé la folle, nouvelles, François Jannaud, 2001
  • Alphabets de sable, poèmes, illustrés par Matta, tirage limité, Maeght, 2000
  • Le Fleuve, suivi de Du seul fait d’exister, avec Paul Chanel Malenfant, Trait d’Union, 2000.
  • Ils, poèmes, illustrés par Matta, tirage limité, Amis du musée d’art moderne, 1993
  • Version des oiseaux, poèmes, illustrés par Velikovic, François Jannaud, 2000
  • Le Moine, l’ottoman et la femme du grand argentier, roman, Actes Sud, 2003
  • Quelle est la nuit parmi les nuits, Mercure de France, 2004
  • Six poèmes nomades, avec Diane de Bournazel, Al Manar, 2005
  • La Maison aux orties, Actes Sud, 2006
  • Stèle pour l'absent, Al Manar, 2006
  • Sept pierres pour la femme adultère, roman, Mercure de France, 2007
  • Les Obscurcis, poèmes, Mercure de France, 2008
  • À quoi sert la neige ?, poèmes pour enfants, Le Cherche Midi, 2009
  • La Revenante, roman, L'Archipel, 2009
  • Où vont les arbres ?, poèmes, Mercure de France, 2011
  • Orties, poèmes, Al Manar, 2011
  • La fiancée était à dos d’âne, roman, Mercure de France, 2013
  • La Dame de Syros, poèmes, éditions Invenit, 2013
  • Le Livre des suppliques, poèmes, Mercure de France, 2015
  • La femme qui ne savait pas garder les hommes, roman, Mercure de France, 2015
  • Les Derniers Jours de Mandelstam, roman, Mercure de France, 2016
  • Marina Tsvétaïéva, mourir à Elabouga, roman, Mercure de France, 2019

Distinctions et prix[modifier | modifier le code]

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Légion d’honneur (15 décembre 2000)
  • Officier de la Légion d’honneur (13 juillet 2010)[11]
  • Commandeur de la Légion d'honneur (13 juin 2017)[12]

Prix littéraires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Vénus Khoury-Ghata : son actualité sur France Inter », sur France Inter, (consulté le 5 mars 2017).
  2. a et b « Vénus Khoury-Ghata », sur Maison des écrivains et de la littérature (consulté le 26 février 2019)
  3. Stéphanie Baz-Hatem, Liban : Debout malgré tout : L'Âme des peuples, Nevicata, (lire en ligne)
  4. Alexandre Najjar, Dictionnaire amoureux du Liban, Place des éditeurs, (lire en ligne)
  5. Valérie Marin la Meslée, « Vénus est son prénom », sur Le Point, (consulté le 26 février 2019)
  6. « Littérature. Rencontre avec Vénus Khoury-Ghata », sur Le Telegramme, (consulté le 26 février 2019)
  7. a b c d et e Colette Juilliard Beaudan, « Vénus Khoury-Ghata sous le signe du plein et du vide », Les Cahiers de l'Orient, vol. 1, no 89,‎ , pp. 153-158 (lire en ligne)
  8. « La ville d'Orléans accueille le parlement des écrivaines francophones », France 3 Centre Val de Loire,‎ (lire en ligne)
  9. a et b « Vous m'en direz des nouvelles ! - Vénus Khoury-Ghata, le miroir de l'eau », sur RFI, (consulté le 26 février 2019)
  10. Valérie Marin la Meslée, « Mère et fille, écrivaines dans leur temps », sur Le Point, (consulté le 26 février 2019)
  11. Décret du 13 juillet 2010 portant promotion et nomination.
  12. Paris Match, « Vénus Khoury-Ghata : la verve, le Liban et la Légion d’Honneur », sur parismatch.com (consulté le 26 février 2019)
  13. Prix Baie des Anges / Ville de Nice sur prix-litteraires.net.
  14. [PDF] Le prix « Nice Baie des Anges » est devenu en 2010 le prix « Baie des Anges - Nice matin ».
  15. Voir sur le site de la Société des gens de lettres.
  16. Emmanuel KHOURY, « Quand Vénus Khoury-Ghata tutoie Marina Tsvétaïéva - Emmanuel KHOURY », sur L'Orient-Le Jour, (consulté le 26 février 2019)
  17. « Le Goncourt de la poésie attribué à Vénus Khoury-Ghata », sur magazine-litteraire.com, (consulté le 7 décembre 2011).
  18. « Vénus Khoury-Ghata remporte le prix Renaudot du poche », sur FIGARO, (consulté le 26 février 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • El Djamhouria Aït Saaba-Slimani, « Vénus Khoury Ghata », dans Christiane Chaulet Achour, avec la collaboration de Corinne Blanchaud [sous la dir. de], Dictionnaire des écrivains francophones classiques : Afrique subsaharienne, Caraïbe, Maghreb, Machrek, Océan Indien, Éd. H. Champion, Paris, 2010, p. 241-245 (ISBN 978-2-7453-2126-8)

Liens externes[modifier | modifier le code]