Uriah Heep (groupe)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Uriah Heep (personnage).
Uriah Heep
Description de cette image, également commentée ci-après
Uriah Heep en concert.
Informations générales
Autre(s) nom(s) The Stalkers, Spice
Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre musical Hard rock, rock progressif, heavy metal, rock classique
Années actives Depuis 1967
Labels Vertigo Records, Bronze Records, Island Records, Warner Bros. Records, Mercury Records, Chrysalis, Sanctuary Records, Castle Records, Frontiers Records
Site officiel www.uriah-heep.com
Composition du groupe
Membres Mick Box
Bernie Shaw
Phil Lanzon
Russell Gilbrook
Davey Rimmer
Anciens membres David Byron (†)
Lee Kerslake
Gary Thain (†)
Ken Hensley
John Lawton
Trevor Bolder (†)
John Wetton (†)

Uriah Heep (/jʊˈraɪə hiːp/) est un groupe de rock britannique, originaire de Londres, en Angleterre. Il est formé en 1967 initialement sous le nom de The Stalkers puis Spice, puis sous le nom de Uria Heep en 1969. Grâce à des albums au succès commercial notable, dans les années 1970, le groupe connaît le succès en Grande-Bretagne et en Europe continentale, mais moindre aux États-Unis. Ses morceaux les plus célèbres sont Gypsy, Lady in Black, July Morning, The Wizard, Easy Livin', Wonderworld, Return to Fantasy et Weep in Silence.

L'originalité du groupe consiste en l'alliance entre un guitariste au son hard (Mick Box), utilisant fréquemment la pédale wah-wah, un chanteur aux capacités étonnantes (David Byron), employant volontiers le vibrato, et un organiste-pianiste-guitariste (Ken Hensley), apportant une touche très subtile, mélodique, progressive ou folk, le tout enrichi par des orchestrations de chœurs.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1967–1971)[modifier | modifier le code]

Le titre de leur premier album, Very 'eavy... Very 'umble, est une référence à une phrase récurrente (« very 'umble ») de Uriah Heep, personnage du roman David Copperfield de Charles Dickens, dont le groupe a tiré son nom. La pochette du disque, avec un visage étrange couvert de toiles d'araignées, donne le ton. Gypsy, le morceau qui ouvre l'album avec son riff lourd et efficace, restera l'une des chansons préférées du public.

Le deuxième album, Salisbury, plus proche du rock progressif, contient une piste de 16 minutes et est accompagné d'un orchestre. Une des chansons de Salisbury est Lady in Black, probablement le titre le plus connu du groupe. On trouve Bird of Prey avec son tempo très heavy, The Park aux ambiances délicates, Time to Live au riff efficace, mais, aussi, High Priestess aux accents très proches de Yes, un autre groupe de rock britannique.

Look at Yourself, troisième album paru fin 1971, inclut le single July Morning. La pochette est amusante puisqu'on peut s'y mirer soi-même au recto, qui comporte un miroir. Le bassiste Paul Newton fait sa dernière apparition dans le groupe. Des membres importants sont recrutés. Lee Kerslake prend place derrière les fûts et Gary Thain, bassiste doué, complète la formation. La formation reste stable pendant quelques années. La musique et les couvertures sont de plus en plus proches du rock progressif, mais gardent cette touche électrique et heavy caractéristique.

Succès (1972–1976)[modifier | modifier le code]

En 1972 sort Demons and Wizards, avec le morceau Easy Livin', qui donnera naissance à un single et sera un hit. L'album se termine par un morceau de près de 15 minutes (avec ambiance « floydienne » et chœurs aériens) : Paradise/The Spell. Cette année 1972 est particulièrement prolifique, puisqu'un autre album est mis sur le marché : The Magician's Birthday. On retiendra les brillants Sunrise, Echoes in the Dark, Sweet Lorraine.

Les concerts du groupe sont enregistrés et, au tout début de l'année 1973, apparaît leur premier album live, Uriah Heep Live, avec sa couverture noire très sobre. Toujours en 1973, un nouvel album studio voit le jour : Sweet Freedom. Uriah Heep est toujours au sommet de sa forme.

1974 : un autre opus, Wonderworld, est enregistré.

Toutefois, un premier incident va obscurcir l'ascension du groupe. Gary Thain, le bassiste, s'électrise gravement durant un concert. Sa santé en sera considérablement altérée. Le , âgé de 27 ans, il est retrouvé mort chez lui, victime d'une surdose d'héroïne[1]. John Wetton, ancien membre de King Crimson, rejoint Uriah Heep. Le groupe enregistre deux albums qui marquent la fin de la première grande période : Return to Fantasy et High and Mighty, dont le premier titre, One Way or Another est chanté par John Wetton lui-même. High and Mighty est le dernier album de Uriah Heep avec David Byron, le chanteur d'origine, qui préfère ensuite voler de ses propres ailes.

Après le remplacement de David Byron, en 1976, par John Lawton, les compositions du groupe passent d'un univers fantasy à un hard rock plus classique. Trevor Bolder, qui a été le bassiste de David Bowie à l'époque de Spiders from Mars, rejoint la formation.

Période post-David Byron (1977–1986)[modifier | modifier le code]

Ken Hensley, à Chateau Neuf, le 1er avril 1977.

En 1977 sortent deux albums : Firefly et Innocent Victim. En 1978 est enregistré un autre disque : Fallen Angel, qui comprend une ballade, Come Back to Me. John Lawton est à son tour remplacé par John Sloman, en 1980.

Le groupe enregistre l'album Conquest, peu remarqué et pourtant non dépourvu d'intérêt. Chris Slade, qui connaîtra ses heures de gloire en tant que batteur d'AC/DC, se joint au groupe pour cet album. La couverture fait allusion à la célèbre photo de la bataille d'Iwo Jima, dans les îles du Pacifique, durant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les soldats sont remplacés par les musiciens du groupe. Puis Ken Hensley abandonne également son poste. Il préfère se consacrer à la spiritualité et au mysticisme. Toutefois, il ne délaisse pas tout à fait la musique, puisqu'il fera une apparition dans le groupe de rock sudiste Blackfoot. Ce départ aurait dû sonner le glas du groupe, car il en était non seulement l'organiste, le pianiste, le guitariste, mais aussi le principal compositeur.

Pourtant, en 1981, contre toute attente, le groupe se reforme. Peter Goalby remplace John Sloman au chant, Bob Daisley remplace à la guitare basse Trevor Bolder, et Lee Kerslake remplace Chris Slade à la batterie. Le groupe, ainsi composé, sort deux albums : Abominog (1982) et Head First (1983). Trevor Bolder réintègre le groupe en 1983[2]. Cette nouvelle formation devait s'appeler « Mick Box band », mais la maison de disques a tenu à ce que soit conservé le nom de Uriah Heep.

David Byron, le chanteur d'origine, meurt de maladie à l'âge de 38 ans, en février 1985.

Années suivantes (1987–2006)[modifier | modifier le code]

Mick Box et Bernie Shaw à Londres en 2001.

En 1985 sort l'album Equator, suivi de quatre autres albums, jusqu'en 1998, avec Sonic Origami. Entre 1986 et 2007, après l'entrée du chanteur Bernie Shaw, la composition du groupe reste inchangée, jusqu'à ce que le batteur Lee Kerslake quitte le groupe, en , pour raisons de santé[3], et est remplacé par Russell Gilbrook.

En 2008 parait l'album Wake the Sleeper. Le groupe retourne aux textes fantastiques. Ils utilisent la double batterie sur deux titres de Wake the Sleeper : Wake the Sleeper et Warchild. Beaucoup de critiques[Lesquels ?] aiment Wake the Sleeper et disent que c'est l'un des meilleurs albums du groupe.[réf. nécessaire]

Uriah Heep, qui joue dans plus de quarante pays à travers le monde, ne connaît pas un grand succès en France, où la critique le boude. Néanmoins, après près de 25 ans d'absence à Paris, il donne un concert remarqué, à l'Olympia, le 6 septembre 2009[4], avec Blue Öyster Cult.

Années 2010[modifier | modifier le code]

En 2011, Uriah Heep sort l'album Into the Wild, qui a un son plus massif et plus lourd que le précédent[réf. nécessaire]. En est issu le clip du single Nail on the Head. Trevor Bolder est décédé le 21 mai 2013 d'un cancer. En 2014 sort l'album Outsider[5].

En 2016, ils jouent quelques dates japon aises à la Legends Rock Cruise. Le 16 novembre 2017, Uriah Heep est annoncé pour un 25e album intitulé Living the Dream, avec le producteur Jay Ruston. L'album est attendu pour la fin 2018 et sera suivi d'une tournée[6].

Style musical[modifier | modifier le code]

Le style musical de Uriah Heep est catégorisé par la majeure partie de la spécialisée de heavy metal[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13]. Ils sont aussi catégorisé metal progressif[14], rock progressif et blues[15]. Le style vocal de David Byron a toujours été caractéristique du style musical de Uriah Heep[16],[17].

Membres[modifier | modifier le code]

Pour le tableau complet, voir l'article : Membres de Uriah Heep.

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Discographie de Uriah Heep.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Uriah Heep Story : February 1972 - February 1975 - Site officiel
  2. (en) riah-heep.com/newa/heepstory12.php Uriah Heep Story : May 1983 - November 1985 - Site officiel
  3. (en) Uriah Heep Story : January 2007 - Present Day - Site officiel
  4. Photo report : URIAH HEEP @ Olympia 06/09/2009 - Photos de Michel Monteils, Libération
  5. [PDF] (en) « Uriah Heep returns with powerful new release: Outsider », sur docs.google.com, (consulté le 6 juin 2014)
  6. (en) « Uriah Heep To Enter Studio With Producer Jay Ruston », sur Blabbermouth.net, (consulté le 17 novembre 2017).
  7. Weinstein, D., Heavy Metal: The Music And Its Culture, Perseus Books Group, (ISBN 9780786751037, lire en ligne), p. 17
  8. CMJ New Music Monthly, CMJ Network, Inc. (ISSN 1074-6978, lire en ligne), p. 98
  9. Munro, J.N., The Sensational Alex Harvey, Birlinn, (ISBN 9780857901521, lire en ligne)
  10. Hayward, K., Tin Pan Alley: The Rise of Elton John, Soundcheck Books, (ISBN 9780957144200, lire en ligne)
  11. Case, G., Led Zeppelin FAQ: All That's Left to Know About the Greatest Hard Rock Band of All Time, Backbeat Books, (ISBN 9781617130717, lire en ligne)
  12. Hecker, P., Hawkins, P.S. et Burns, P.L., Turkish Metal: Music, Meaning, and Morality in a Muslim Society, Ashgate Publishing Limited, (ISBN 9781409456575, lire en ligne)
  13. Talevski, N., Rock Obituaries - Knocking On Heaven's Door, Omnibus, (ISBN 9780857121172, lire en ligne), p. 644
  14. « Uriah Heep | Biography & History | AllMusic », allmusic.com (consulté le 3 février 2017)
  15. Metzer, G., Rock Band Name Origins: The Stories of 240 Groups and Performers, McFarland, Incorporated Publishers, (ISBN 9780786455317, lire en ligne), p. 207
  16. (en) Guinness Encyclopedia of Popular Music, « Uriah Heep biography », www.enotes.com, (consulté le 8 avril 2010)
  17. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Uriah Heep biography », allmusic.com (consulté le 8 avril 2010)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :