Uchentein

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Uchentein
Uchentein
Église Saint-Étienne d'Uchentein.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Saint-Girons
Canton Couserans Ouest
Intercommunalité Couserans - Pyrénées
Statut Commune déléguée
Maire délégué Roland Bernie
2017-2020
Code postal 09800
Code commune 09317
Démographie
Gentilé Uchenteinois
Population 20 hab. (2014 en diminution de -31.03 % par rapport à 2009)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 53′ 21″ nord, 1° 00′ 06″ est
Altitude Min. 640 m
Max. 1 360 m
Superficie 4,02 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Bordes-Uchentein
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 15.svg
Uchentein

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 15.svg
Uchentein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Uchentein

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Uchentein

Uchentein était une petite commune française située dans le département de l'Ariège, en région Occitanie. Depuis le 1er janvier 2007, elle a été fusionnée avec Les Bordes-sur-Lez pour constituer la commune de Bordes-Uchentein.

Ses habitants sont appelés les Uchenteinois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village situé en soulane dans les Pyrénées centrales en Couserans, dans la vallée du Biros et le périmètre du parc naturel régional des Pyrénées ariégeoises.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Uchentein[1]
Salsein
Balacet Uchentein Les Bordes-sur-Lez
(Bordes-Uchentein)
Bonac-Irazein

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

Hameaux rattachés : les Arts, Esperris, Seps, Lafajole.

Histoire[modifier | modifier le code]

Ensemble d'éléments de parure découvert en 1880 conservé au musée Saint-Raymond

Le site était occupé dès la préhistoire.

Un menhir de deux mètres de haut, situé au lieu-dit les Arz, a été signalé en 1882 par Félix Pasquier, archiviste de l'Ariège à Foix et membre de la Société ariégeoise des sciences, lettres et arts[2].

L'abbé Cau-Durban signale la découverte d'ossements humains, des fragments de poterie et 27 objets de bronze datés de l’âge du fer, ces derniers outils été trouvés en 1880 au lieu dit Grotte / Garrides de Bacher ou encore Garricks de Bacher[3],[4].

Le cadastre napoléonien a regroupé sous ce nom toutes les parcelles entre Uchentein et Esperris.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Roland Bernie DVG Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 20 habitants, en diminution de -31,03 % par rapport à 2009 (Ariège : 0,95 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
298 295 378 298 418 408 386 380 370
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
368 380 384 385 363 336 346 323 307
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
295 282 229 176 166 137 122 73 66
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
46 38 40 18 21 26 35 24 20
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Uchentein est un village en soulane, c'est-à-dire particulièrement bien exposé, il offre un belvédère depuis le village et tout au long de la route plane conduisant à Balacet, commune proche. Ce parcours est adapté aux personnes ayant des difficultés à randonner, aux jeunes enfants...

Un sentier de randonnée balisé offre une immersion dans les vestiges des carrières du lieu. Un marbre beige teinté de rosé, veiné de vert ou de rouge appelé l’Escalette[9],[10] en était extrait jusqu'en 1977. Destiné à l'export vers les Etats-Unis, il fut également en France l'apparat de bâtiments notamment à la Défense, Lyon, Bordeaux, Tours... Si Raymond Lizop (1879-1969), professeur à l'Université de Toulouse et membre de la Société française des fouilles archéologiques a démontré que les marbres de la haute vallée du Lez ont été exploités dans l'Antiquité, ni le baron de Dietrich, ni Louis Marrot[11] ne font état de l'existence de carrières à Uchentein du XVIIIe siècle au début du XIXe. Ils ne signalent pas non plus une quelconque tradition antérieure. L'exploitation n'en est du reste documentée qu'à partir de 1920.

Ces carrières de marbre, d'accès difficile, sont situées à 1215m d'altitude. Il en était extrait des blocs taillés avec des câbles d'acier, pesant jusqu'à 14 tonnes. Descendus sur un chariot retenu par un câble, ils étaient ensuite transportés dans l'Hérault pour y être débités et polis.

L'église Saint Étienne a été construite par le curé Étienne Dones, mort en 1753.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Bulletin de la Société ariégeoise des sciences, lettres et arts, Octobre 1882, p. 154
  3. Jean-Marie Escudé-Quillet, Catherine Jacquart-Maissant, "Carte archéologique de la Gaule; 09 Ariège", 1996, Directeur de publication Robert Sablayrolles, CAG p 171. [1]
  4. [2]
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. 7 avril 2016, Auzat, maison des patrimoines-Le Barri, conférence. Trop longtemps oubliés, les célèbres marbres d'Ariège – Par Didier Fert, géologue, Président des Amis du Musée du Marbre de Bagnères de Bigorre https://www.ladepeche.fr/article/2016/04/06/2318855-conference-sur-les-marbres-d-ariege.html
  10. http://www.oustal-de-treville.com/2016/08/16/les-marbres-dariege/
  11. L. MARROT, «Mémoire sur les marbres du département de l’Ariège», Journal d’Agriculture et des Arts du Département de l’Ariège, 1830

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :