Issachar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Issachar (en hébreu : יִשָּׂשׁכָר, « homme de la récompense ») est le neuvième fils de Jacob et le cinquième des sept enfants que Léa eut à פדן ארם (Paddan-Aram). Il est le cinquième des six fils de Jacob et Léa dans le récit de la Genèse.

L'homme du salaire[modifier | modifier le code]

Le nom d'Issachar est expliqué ainsi dans le texte de Genèse 30, après l'épisode des mandragores : 16 Et Jacob vint des champs sur le soir, et Léa sortit à sa rencontre, et dit: C’est vers moi que tu viendras, car je t’ai loué (שָׂכֹר שְׂכַרְתִּיךָ, SKR SKRTYK, Sakor Sekartikha) pour les mandragores de mon fils. Et il coucha avec elle cette nuit-là. 17 Et Dieu entendit Léa, et elle conçut, et enfanta à Jacob un cinquième fils. 18 Et Léa dit: Dieu m’a donné mon salaire (שְׂכָרִי, SKRY, Sekari), parce que j’ai donné ma servante à mon mari. Et elle appela son nom Issacar (יִשָּׂשכָר, YSSKR, Yisaskar).

Commentaire d’Elie Munk (La Voix de la Torah) : Le nom « Issacar » (יששכר, YSSKR) fait allusion à cette récompense (שכרי, SKRY) et, en même temps, à la « location » (שָׂכֹר שְׂכַרְתִּיךָ, SKR SKRTYK, Sakor Sekartikha) mentionnée au verset 16.

Ce que Rachel évite, en détournant les mandragores, c’est que Ruben, qui les avait offertes à sa mère, n’aille commettre un épouvantable inceste avec elle !

Ce nom, "homme du salaire" est à l'origine du surnom "Iscariote" donné à Judas Iscariote : pour saint Jérôme, Judas Iscariote tira son nom « soit du bourg où il est né, soit de la tribu d'Issachar, si bien qu'il est né en quelque sorte sous le présage de sa condamnation. En effet, Issachar signifie "salaire" pour indiquer la rémunération du traître »[1].


Dans la bénédiction de Jacob mourant à ses fils, Issachar est associé à l'âne. Vu la mauvaise réputation de celui-ci en Occident, celui-ci est en général remplacé par l'ours. [réf. nécessaire][2]

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Sur Saint-Matthieu", 10, 4. Cité par Pierre-Emmanuel Dauzat, Judas. De l'Évangile à l'Holocauste, Bayard, 2006, p. 54.
  2. Les Juifs lorrains, du ghetto à la nation: 1721-1871 : exposition, Association mosellane pour la conservation du patrimoine juif, , 134 p. (lire en ligne), p. 60