Livre des Nombres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Les Nombres
Image illustrative de l'article Livre des Nombres
Plaie des Israélistes quand ils mangèrent des cailles (illustration des Figures de la Bible)

Titre dans le Tanakh Bəmidbar (Dans le désert)
Auteur traditionnel Moïse
Auteur(s) selon l'exégèse Plusieurs auteurs anonymes
Datation traditionnelle XVIe-XIIe siècle av. J.-C.
Datation historique VIIIe-VIe siècle av. J.-C.
Plus ancien manuscrit Qumrân 2 et 4
Nombre de chapitres 36
Classification
Tanakh Torah
Canon chrétien Pentateuque

Le Livre des Nombres (traduit du grec de la Septante Αριθμοί Arithmoí, en hébreu במדבר Bəmidbar, dans le désert[1]) est le quatrième livre de la Bible. Ce livre regroupe tous les éléments qui ont pris place entre la sortie d'Égypte et l'arrivée en terre promise.

Il doit son titre aux nombreux dénombrements ou recensements des Israélites qu'il comporte, mais cela ne représente pas l'essentiel de l'ouvrage. Ce texte aborde des thèmes variés et on y trouve des récits, des textes de lois, des prophéties et des listes généalogiques. Il relate l'histoire du voyage d'Israël depuis le mont Sinaï jusqu'aux plaines de Moab à la frontière de Canaan. Un de ses enseignements les plus importants est que le peuple de Dieu doit agir selon la foi, faisant confiance à ses promesses, s'il veut continuer avec succès. Il raconte le châtiment infligé par Dieu à Israël pour sa désobéissance et donne des renseignements sur les lois israélites.

La tradition attribue son écriture à Moïse, mais les tensions et contradictions internes du livre, ainsi que le vocabulaire employé et les allusions à des événements historiques, incitent la recherche moderne à situer plutôt son écriture entre le VIIIe siècle av. J.-C. et le VIe siècle av. J.-C..

Il est peu commenté par la tradition et peu travaillé par les chercheurs modernes, si bien qu'il fait figure de parent pauvre dans l'exégèse de l'Ancien Testament[2]. Origène, père de l'exégèse biblique qui attribue facilement un sens allégorique aux Écritures, estime que la lecture de ce livre est rejetée « comme des nourritures lourdes et indigestes » (Homélies sur les Nombres, vers 239-242)[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

Les chapitres 1 à 10 parlent des préparatifs d'Israël pour le départ du Sinaï. Les chapitres 11 à 14 décrivent la marche proprement dite, l'envoi des espions en Canaan et le refus d'Israël d'entrer dans la terre promise. Les chapitres 15 à 19 notent diverses lois et divers événements historiques. Les chapitres 20 à 36 sont l'histoire de la dernière année du peuple dans le désert.

Les exégètes comme Dennis T. Olson, R. K. Harrison (en) ou Dennis R. Cole structurent le livre en deux à sept parties[4]. Selon le bibliste coréen Won Lee, la structure bipartite se fonde sur les chapitres 1 à 10 qui concluent le séjour du peuple au Sinaï qui a commencé dans le Livre de l'Exode (chap.19). Les chapitres 11 à 36 forment un grand récit de migration qui intégrerait des éléments de récits de conquête et de pèlerinage.

Les chercheurs peinent à saisir un fil conducteur dans cet amalgame de prescriptions cultuelles, de listes et de narrations (récits de rébellions, de révoltes, de punitions divines)[2].

Composition[modifier | modifier le code]

Les tensions et contradictions du livre des Nombres incitent les exégètes à penser que le texte est constitué de plusieurs couches rédactionnelles. La présence de textes de type sacerdotal, rédigé très probablement à l'époque perse, fait consensus. Ces textes qui se retrouvent entre autres dans les chapitres 15, 18-19, 26-31 et 34-36, reflètent des tensions et des luttes de pouvoir et révèlent les différentes perspectives théologiques ou idéologiques du milieu de cette époque[5].

Différents textes non sacerdotaux, qui ne proviennent pas forcément du même milieu, sont aussi présents dans le livre. Il s'agit notamment des chapitres 11-25 (sauf quelques exceptions) et du chapitre 33. Les récits de ces chapitres peuvent provenir de sources plus anciennes et avoir été transmis indépendamment. Par exemple, le récit de Balaam qui est contenu dans les chapitres 22-24, semble provenir de sources pouvant remonter au VIIIe siècle av. J.-C. et avoir été transmis indépendamment du reste du livre[6].

Selon Thomas Römer, il se présente comme un « complément » à la Loi révélée au Sinaï et est le dernier livre du Pentateuque à avoir pris forme[7].

Les nombres[modifier | modifier le code]

Le texte contient différents exemples de nombres qui sont souvent divisibles, par exemple :

  • « les familles des Rubénites : ceux dont on fit le dénombrement furent quarante-trois mille sept cent trente » : 43730
  • les familles des fils de Gad : quarante mille cinq cents: 40500 = 20*25*81
  • les familles de Juda : soixante-seize mille cinq cents: 76500 = 20*25*9*17
  • les familles de Manassé : cinquante-deux mille sept cents: 52700 = 100*17*31.
  • Chapitre 31 :
    • Le butin (...) était de six cent soixante-quinze mille brebis, soixante-douze mille bœufs, soixante et un mille ânes : 675000, 72000, 61000
    • La moitié, (...) trois cent trente-sept mille cinq cents brebis, (dont six cent soixante-quinze pour le tribut à l'Éternel) : 337500,675
    • trente-six mille bœufs, (dont soixante-douze pour le tribut à l'Éternel) : 36000, 72

Note : 675000=1000*25*9*3 ou 60*90*25*5.

  • Chapitre 7 :
  • deux mille quatre cents sicles : 2400 = 60 * 40 = 5*4*3 * 5*8.
  • Chapitre 16 :
    • quatorze mille sept cents personnes : 14700 = 49*25*4* 3 = 60 * 49 * 5.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En hébreu, ce livre est désigné, selon l'usage, par un de ses premiers mots significatifs, le cinquième du premier verset en l'occurrence. Cf. (en) Ronald B. Allen, The Expositor's Bible Commentary. Numbers, HarperCollins Christian Publishing, , p. 137.
  2. a et b Thomas Römer, Jean-Daniel Macchi, Christophe Nihan, Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, , p. 279.
  3. André Méhat, Homélies sur les Nombres, Éditions du Cerf, , p. 513.
  4. (en) Won W. Lee, Punishment and Forgiveness in Israel's Migratory Campaign, Wm. B. Eerdmans Publishing, (lire en ligne), p. 4.
  5. Thomas Römer (éd.), Jean-Daniel Macchi (éd.) et Christophe Nihan (éd.), Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, 2009, p=286-288
  6. Thomas Römer (éd.), Jean-Daniel Macchi (éd.) et Christophe Nihan (éd.), Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, 2009, p=288-290
  7. Thomas Römer, Jean-Daniel Macchi, Christophe Nihan, Introduction à l'Ancien Testament, Labor et Fides, , p. 290.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Dennis R. Cole, Numbers. An Exegetical and Theological Exposition of Holy Scripture, B&H Publishing Group, , 352 p. (lire en ligne)
  • (en) Timothy R. Ashley, The Books of Numbers, Wm. B. Eerdmans Publishing, , 667 p. (lire en ligne)
  • (de) Ludwig Schmidt, Das 4. Buch Mose Numeri. Kapitel 10,11-36, Vandenhoeck & Ruprecht, , 224 p. (lire en ligne)
  • (en) Dennis T. Olson, The death of the old and the birth of the new: the framework of the Book of Numbers and the Pentateuch, Scholars Press, , 253 p.
  • Horst Seebass (de), Numeri, Parties 1 à 2, … 22 à 36, publications de 1993 à 2007

Articles connexes[modifier | modifier le code]