Trémilly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Trémilly
Trémilly
Vue générale.
Blason de Trémilly
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Haute-Marne
Arrondissement Saint-Dizier
Intercommunalité Communauté de communes du bassin de Joinville en Champagne
Maire
Mandat
François Martinet
2020-2026
Code postal 52110
Code commune 52495
Démographie
Population
municipale
85 hab. (2018 en augmentation de 3,66 % par rapport à 2013)
Densité hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 59″ nord, 4° 46′ 55″ est
Altitude Min. 154 m
Max. 206 m
Superficie 28,53 km2
Élections
Départementales Canton de Joinville
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Trémilly
Géolocalisation sur la carte : Haute-Marne
Voir sur la carte topographique de la Haute-Marne
City locator 14.svg
Trémilly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trémilly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trémilly

Trémilly (prononcé /trέ:mi‘ji/) est une commune française située dans le département de la Haute-Marne, en région Grand Est.

On peut y découvrir le château, la rivière le Ceffondet, l'église dédiée à Saint Martin, l'ancien lavoir du XVIIe siècle reconverti en salle de convivialité (des fêtes). 9 km à l'ouest du chef-lieu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Trémilly est située à 40 km de Chaumont sur les rives du Ceffondet. Les habitants sont les Noblots et la superficie est de 2 853 hectares (28,5 km2) dont 891 de bois.

Communes limitrophes de Trémilly
Ceffonds Thilleux Sommevoire
Soulaines-Dhuys
Aube
Trémilly Nully
Thil
Aube

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village portait le nom de Trémilliacum puis Tremilléium.

Histoire[modifier | modifier le code]

Principales pages de son histoire :

  • Trémilly a un passé gallo-romain.
  • Première mention de Trémilly au XIe.
  • Seigneurie de Nully mentionnée au XIIe, érigée en baronnie au XIVe.
  • Village incendié en 1594.
  • L'érudit Jacques Amyot s'y retira pour travailler à sa traduction de Plutarque.
  • Assiégé et pris deux fois par les ligueurs au XVIe.
  • Fut un haut lieu du protestantisme
  • Il y avait à Trémilly, un moulin à vent détruit par un incendie en 1820.
  • La plus vieille maison date maintenant du XIXe.
  • Fusion des deux communes, Nully et Trémilly le sous le nom de Nully-Trémilly.
  • Le château fut incendié en 2002
  • Séparation des deux communes le .
  • La maternelle ferma en 2006.
  • Le livre d’un ancien instituteur fut publié « journal d’un instituteur de campagne ».
  • Sans oublier, le FC Nully-Trémilly qui fut championne de Haute-Marne.

En 1027, Étienne de Vaux (sur Saint-Urbain bâtisseur du château de Joinville) se marie à Renaud de Broyes, le frère de celle-ci lui octroie une partie de l'avouerie de la vallée de la Blaise, dont Trémilly, qu'il devait protéger ; il en profita pour faire augmenter les impôts et accapara les biens de l'église (il dut les rendre par la suite).

La fusion des deux communes, Nully et Trémilly a eu lieu en 1972. De nos jours, les deux communes associées ont mis fin à leur coopération en 2005. Les deux communes ont défusionné. Le maire délégué de Trémilly, Gérard Boussel devient, après de nouvelles élections communales, le maire de Trémilly.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 mars 2014 Gérard Boussel SE  
mars 2014 En cours Mauricette Poinot    

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[1]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[2].

En 2018, la commune comptait 85 habitants[Note 1], en augmentation de 3,66 % par rapport à 2013 (Haute-Marne : −4,11 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
272276308225290282278297297
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
275250221202192215210189223
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
172157134118109131119116114
1962 1968 2010 2015 2018 - - - -
119133888385----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Exploitation bovine.
Exploitation agricole.

Elle compte 69 actifs (taux de chômage de 4 %).

  • Agriculture : 3 agriculteurs : GAEC de la Belle Épine...
  • Artisanat, entreprises et industries.
  • Commerçant : Champagne EARL JD Thieblemont.
  • Maçonnerie : Entreprise Boussel.
  • Manifestation : Fête patronale le deuxième week-end de juin.
  • Associations : Comité des fêtes de Trémilly, organise des manifestations sportives, s'occupe du fleurissement du village. La Société de Chasse.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Château de Trémilly rebâti en 1713 (MH) : tours rondes ; le « Puits de Moïse » Renaissance, dans le parc.
  • Mairie.
  • Lavoir public.
  • Mausolée d'Hippolyte Rozierre, daté de 1874, à l'ouest de la commune, le long de la D 960.
  • La commune de Trémilly entreprend depuis plusieurs années quelques travaux afin de rendre un caractère authentique à cette commune. Le puits de la commune, situé sur la place du village, a été enfin terminé d'après d'anciens plans retrouvés dans les archives en 2007, un puits à toits couronné d’un enfant sur une oie et des maisons délabrées sont restaurées.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le château de Trémilly[modifier | modifier le code]

  • Superficie protégée (ha) : 17,08
  • Date de protection :
  • Site inscrit : SI030

Le château de Trémilly et son parc constituent un ensemble de qualité, chargé d'histoire : si le château actuel ne date que du XVIIIe siècle, les textes historiques citent Trémilly dès 1027.

Au début des guerres de religion, vers 1540, le château appartint à Jacques Menisson, propagandiste protestant, il servait de refuge aux « Réformés ». Pour cela, le village fut assiégé deux fois par les partisans de la Ligue, les combats furent violents. Le célèbre Amyot s'y réfugia en 1557 pour fuir la colère de la mère de son élève Charles IX, Catherine de Médicis. Précepteur des enfants d'Henri II, l'évêque d'Auxerre trouve refuge à Trémilly et traduit les dernières biographies de l'œuvre de Plutarque : Vie des hommes illustres.

Château de Trémilly brulé.

Le château actuel construit vers 1715 sur les plans de l'architecte Girardon ne conserve que peu d'éléments de l'ancienne demeure. Il présente une façade principale d'une quarantaine de mètres, composée d'une partie centrale large de sept travées et de deux avant-corps latéraux. Plusieurs lucarnes s'ouvrent au niveau des combles. À l'ouest, le bâtiment s'appuie sur les deux tours rondes de l'ancien château médiéval.

Par contre le parc qui l'entoure, clos de murs conserve des ensembles intéressants qu'il faut protéger. Le château entouré de ses douves est disposé de telle façon que l'une de ses façades ouvre sur une vaste pelouse plantée, tandis que l'autre regarde vers une terrasse, cantonnée de bastions maçonnés aux angles. Un escalier monumental permet d'atteindre ce qui fut jadis un jardin potager, puisqu'on y retrouve une ancienne orangeraie. De ce jardin clos de murs, on accède directement dans le parc. Ainsi, les communs, le puits Renaissance, les portes monumentales qui ouvrent sur les allées du parc, font partie intégrante de l'ensemble pour constituer un site de grande qualité.

Un nouveau château est construit en 1713, sur les bases d'une demeure féodale, c'est le château actuel de Trémilly. Dans le parc, un grand portique surmonté d'une statue du Cavalier Gérome, et un puits de Moïse en pierre, avec cadrans solaires, surmonté d'une statue ayant perdu la tête à la Révolution. L'histoire du château de Trémilly nous indique que c'est par le testament de la duchesse de Broglie, que ce village vint en la possession de monsieur de Maisoncelle, officier de mérite, de la guerre de Hanovre.

Le château est partiellement détruit par un incendie en 2002 (le toit et une partie de l’arrière de la façade). Reconstruction prévue en 2012, le propriétaire étant Jean-François Darcier.

Architecture sacrée[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin (MH) de Trémilly ; église-halle gothique flamboyant XVIe, sans clocher il aurait été détruit par la foudre en 1664 : portail Renaissance 1559, voûtes d'ogives à liernes et tiercerons ; vitraux* 16e sur la légende de saint Martin et saint Michel.
  • Chapelle Saint-Evre 1820 sur l'emplacement d'un ancien ermitage (pèlerinage) dans un pré.
  • Deux croix en pierre aux petites entrées du village de Trémilly.
  • Croix en Métal sur la « route de Thil » et une autre au nord du village.

Église Saint-Martin : architecture gothique flamboyant (classée Monument Historique) : calvaire se détachant sur un ciel étoilé (étoiles montées en « chef-d'œuvre »). Comporte le célèbre vitrail du Christ en croix entouré du Bon et du Mauvais Larron.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sites[modifier | modifier le code]

  • Forêts : chênes, charmes (lieu de pêche et de chasse).
  • Rives du Ceffondet.
  • Pâturages, polyculture.
  • Bovins,ovins.
  • Exploitation forestière.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Savinien Petit (1815-1878) est né à Trémilly le . Il s'est illustré par la décoration de la chapelle des princes de Broglie (Eure) dans leur château du même nom, qui sera son chef-d'œuvre, en 1854. Il a fait ses études à l'école des Beaux-Arts de Dijon dans les années 1830. En 1845 il est envoyé par le gouvernement en mission dans les catacombes. Il y reste cinq ans, faisant preuve d'une intense activité. Il se marie à Saint-Pierre de Rome le .C'est en faisant la connaissance du Prince Albert de Broglie, premier secrétaire de l'ambassade, à Rome qu'il obtient le privilège d'effectuer cette œuvre. Pendant plus de dix ans il effectuera sa mission puisque l'inauguration eu lieu le .

Blason[modifier | modifier le code]

Description du blason
Blason ville fr Nully-Trémilly (Haute-Marne).svg Blason De sable fretté d'argent de six pièces
Statut Statut officiel à déterminer…

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]