Thérésien Cadet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cadet.
Thérésien CADET
Description de cette image, également commentée ci-après
Thérésien Cadet en 1985
Naissance
Au Tévelave (Commune des Avirons) île de La Réunion (France)
Décès (à 49 ans)
Saint-Denis (La Réunion) (France)
Nationalité Drapeau : France Française
Domaines Botanique (Expertise et enseignement)
Institutions Education nationale (Université de La Réunion)
Diplôme Agrégation de Sciences naturelles (1961) et Doctorat ès Sciences (1977)
Renommé pour Flore des Mascareignes
L'amphithéâtre Thérésien Cadet sur le campus du Moufia, à La Réunion.

Thérésien Cadet est un botaniste réunionnais né le au Tévelave dans les Hauts de la commune des Avirons et mort le [1].

Il fut professeur de biologie végétale à l'université de La Réunion, spécialiste et théoricien des formations végétales des îles Mascareignes. Il est l'un des auteurs principaux de la Flore des Mascareignes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thérésien Cadet est issu d'une modeste famille de milieu rural. Élève brillant remarqué par ses professeurs, il quitte pour la première fois son île natale après son baccalauréat obtenu en biologie en 1956 et entre en classe préparatoire scientifique au lycée Chaptal de Paris.

Il réussit le concours de l'institut de préparation aux enseignements de second degré et poursuit ses études à la Faculté des sciences biologique de Paris en tant qu'élève-professeur. C'est au cours de ses études parisiennes qu'il se pique de passion pour la botanique. Il obtient en 1961 l'agrégation de sciences naturelles.

De retour dans son île, il enseigne à l'École normale et crée le Laboratoire de sciences naturelles, participant au démarrage de l'enseignement scientifique universitaire à La Réunion.

Par ailleurs, il se rend dans les îles de l'océan Indien ainsi qu'au Kenya pour mener des prospections botaniques comparatives. Mais surtout il parcourt inlassablement le terrain à La Réunion où il herborise, collecte échantillons de plantes et témoignages, observe les différents milieux naturels et leur fonctionnement. Il entreprend ainsi de constituer à neuf un herbier auquel il contribue souvent seul et apporte personnellement plus de 7 000 échantillons, l'herbier universitaire de La Réunion[2].

En 1963, il assure l'intérim du conservateur du Muséum d'histoire naturelle de La Réunion. En 1966, il rejoint le tout nouveau Centre d'enseignement supérieur scientifique de La Réunion où il crée le laboratoire de biologie végétale.

Il entretient des correspondances et communique des échantillons à de nombreux correspondants scientifiques dont notamment les Jardins botaniques royaux de Kew et le Muséum national d'histoire naturelle de Paris. Avec le soutien de ces derniers et avec celui de l'ORSTOM et d'un institut d'agronomie mauricien, il débute la rédaction de la vaste œuvre collective de la Flore des Mascareignes, appelée à combler une longue attente car le précédent ouvrage de référence, la Flore de l’île de La Réunion de Cordemoy, avait été publié près de quatre-vingts ans plus tôt.

Parallèlement, la préparation de sa thèse La végétation de l'île de La Réunion l'amène à une réflexion plus axée sur l'écologie et la phytosociologie. Il s'attache en particulier à décrire les différents habitats naturels de l'île de La Réunion, à comprendre leur fonctionnement et à resituer les dynamiques de la végétation dans le contexte d'une île géologiquement jeune et isolée, souvent remaniée par les phénomènes de volcanisme et d'érosion et soumise à une grande variété de micro-climats. Il délimite et nomme les grandes unités de végétation qui demeurent aujourd'hui les références fondatrices de l'écologie réunionnaise. Sa thèse est soutenue en 1977 et publiée en 1980 [3].

Tout en poursuivant ses travaux d'enseignement, d'herborisation et de rédaction, il s'engage plus avant dans la vie locale et la sensibilisation à la protection de l'environnement. Il publie quelques ouvrages de vulgarisation botanique, apporte son expertise à de nombreux organismes (CAUE, ONF, Conseil économique et social régional, etc.), participe (avec Yves Gomy, Harry Gruchet, Auguste et Christian de Villèle et Paul Nougier) à la fondation de la Société réunionnaise pour l'étude et la protection de la nature (SREPEN)[4]. Toujours soucieux de la place et de l'épanouissement de l'homme, conscient de la nécessité des compromis dans l'utilisation des territoires, il n'en défend pas moins avec beaucoup de conviction et d'obstination la préservation des forêts naturelles, soutenant la création de réserves, en particulier la réserve naturelle de la forêt de Mare-Longue à Saint-Philippe.

Il bénéficie au quotidien du soutien précieux de son épouse Janine qui fut aussi son élève et son assistante. C'est elle qui réalise, dans la tradition iconographique scientifique, des aquarelles d'orchidées dont une première série de 66 planches Les orchidées de La Réunion a été publiée en 1989.

Thérésien Cadet décède subitement d'une crise cardiaque le 2 février 1987.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Outre de nombreux articles de botanique et d'écologie relatifs principalement aux Mascareignes et outre sa collaboration majeure à la réalisation de la Flore des Mascareignes, Thérésien Cadet a produit la thèse qui a fondé la compréhension moderne de la végétation de La Réunion :

  • La végétation de l'île de La Réunion, étude phytoécologique et phytosociologique, 1977, Doctorat ès Sciences. Aix-Marseille III, Aix-en-Provence, rééditée par imprimerie Cazal, Saint-Denis de La Réunion, 1980.

Il a également écrit quelques ouvrages de vulgarisation :

  • À la découverte de La Réunion, tome 4, la flore (I), 1980 et tome 5, la flore (II), 1981,
  • Fleurs et plantes de La Réunion et de l'île Maurice, 1981 et 1987, éditions du Pacifique,
  • Plantes rares ou remarquables des Mascareignes, Agence de coopération culturelle et technique, Paris, 1984.

Publications sur Thérésien Cadet[modifier | modifier le code]

  • Serge Chesne et Claire Micheneau, Thérésien Cadet, botaniste et écologiste, le scientifique aux pieds nus, éditions Orphie, Saint-Denis-de-la-Réunion, juin 2007.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Réunionnais du Monde, « Cadet Thérésien », sur www.reunionnaisdumonde.com, (consulté le 2 juin 2019)
  2. Muséum national d'histoire naturelle, « REU Herbier universitaire de la Réunion », sur www.mnhn.fr (consulté le 2 juin 2019)
  3. "La végétation de l'île de La Réunion" étude phytoécologique et phytosociologique, 1977, Doctorat ès Sciences. Aix-Marseille III, Aix-en-Provence, rééditée par l'imprimerie Cazal, Saint-Denis-de-La Réunion, 1980
  4. Info-Nature, île de La Réunion (octobre 2009): numéro spécial hors série sur la Roche Écrite.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cadet est l’abréviation botanique standard de Thérésien Cadet.

Consulter la liste des abréviations d'auteur ou la liste des plantes assignées à cet auteur par l'IPNI