Technicentre Est Européen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aperçu du technicentre, depuis un train passant à proximité.

Le Technicentre Est européen est le centre de maintenance de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), construit en 2005 pour les TGV destinés à circuler sur la LGV Est européenne, mise en service sur un premier tronçon le . Avant cette date, le centre est dédié aux trains de grandes lignes classiques.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Pour le TGV Est, la SNCF a choisi de transformer l'Établissement de Maintenance du Matériel de l’Ourcq (EMM), dédié aux voitures Corail et situé à proximité de la gare de Paris-Est, sur les communes de Pantin et Bobigny (Seine-Saint-Denis), en centre de maintenance des rames TGV Est. Deux cent quarante millions d'euros ont été investis en quatre ans dans ce cadre.

Matériel en maintenance[modifier | modifier le code]

Ce nouvel atelier a connu une montée en puissance rapide : pour la première fois à la SNCF, les rames lui ont été livrées de manière groupée et non à l'unité.

Les rames TGV ont fait l'objet d'évolutions techniques importantes. Leur vitesse commerciale atteint 320 km/h contre 300 précédemment (excepté sur une courte section de la LGV Méditerranée). Pour permettre au TGV Est européen de desservir l'Allemagne et la Suisse, le technicentre a accueilli de 2006 à 2012 les rames POS (désormais cédées à Lyria, qui a recentré ses départs et arrivées à Paris-Gare-de-Lyon du fait de l'ouverture de la LGV Rhin-Rhône en 2011), depuis remplacées par un contingent plus important de rames 2N2. Contrairement aux rames Réseau bicourant également hébergées, les TGV POS et 2N2 sont à leur mise en service de nouveaux types de rames, ayant la particularité d'être interopérables.

Le parc en gérance est à l'origine, en 2007, constitué de[1] :

Au , le technicentre gère 50 rames TGV, dont 27 rames Réseau bicourant et 23 rames 2N2 3UA[2].

Au cours de 2017, l'atelier reçoit 19 automotrices Coradia Liner, afin de remplacer les voitures Corail, âgées d'environ 40 ans, de la liaison Paris-Est – Troyes – Belfort assurée par des trains Intercités[3],[4]. Il s'agit d'automotrices bimodes, pouvant rouler en mode électrique ou en mode thermique, nécessaires pour ce type de liaison.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le Technicentre Est européen, un atelier de nouvelle génération » [PDF], document du , sur ingenieur-ferroviaire.net (consulté le ).
  2. Rail Passion no 236 () : « L'état annuel du matériel moteur SNCF » ; cf. la p. 55 pour le parc des TGV.
  3. Florence Guernalec, « Alstom fait la promotion de son Coradia Liner », sur mobilicites.com, (consulté le 6 juin 2017).
  4. « Mise en service des nouveaux trains Intercités », sur sncf.com, article du , mis à jour le (consulté le 6 juin 2017) : « La desserte Paris – Troyes - Belfort sera la première ligne INTERCITÉS équipée de 19 rames de ce nouveau matériel, dont la mise en service se fera progressivement de février à août 2017 ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]