t411

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Logo de T411
Logo de t411

Adresse www.t411.al
Description Annuaire de torrents
Tracker BitTorrent privé
Slogan Les pages jaunes du torrent
Commercial Attribution de ressources aux utilisateurs selon paiement[1]
Publicité Oui
Type de site Annuaire de torrents et tracker BitTorrent
Langue Français
Inscription Oui
Nombre d'inscrits Plus de 5,6 millions
Siège social Huddinge[2]
Drapeau de la Suède Suède
Lancement 2006[3]
Fermeture 26 juin 2017
Revenus Publicités et dons
Classement Alexa [1] N’est plus classé sur Alexa (dernier mois de recensement du trafic : mars 2018)
État actuel Hors ligne

t411 ou Torrent411 était un annuaire de torrents et un tracker BitTorrent semi-privé créé en 2006, fermé en 2017.

Le , le site est fermé par la police suédoise sur demande des autorités françaises qui enquêtaient depuis plusieurs mois à la suite de plaintes de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) et de plusieurs membres de l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA). Deux personnes d'origine ukrainienne sont interpellées en Suède ainsi que des modérateurs en France et plusieurs serveurs sont saisis à Huddinge (près de Stockholm).

Historique[modifier | modifier le code]

En 2006, le tracker BitTorrent québécois QuebecTorrent est fondé[3],[4],[5].

En , QuebecTorrent est fermé par la justice canadienne en raison de la loi sur le droit d'auteur[6],[7]. Peu après, Torrent411 est lancé, un clone de QuebecTorrent qui en reprend le site web, les torrents, les membres, ainsi qu'une partie de l'équipe[8],[4],[9]. Le slogan du site est alors « Les pages jaunes du torrent »[10], 411 étant le numéro téléphonique des Pages Jaunes au Canada[11].

En [Note 1], Torrent411.com[8] devient t411.me, ce qui lui permet d'éviter une éventuelle censure par VeriSign, l'entreprise américaine qui gère le domaine de premier niveau .com.

En , t411 dépasse le cap des 5 millions de membres, confirmant ainsi sa position de premier tracker francophone[Note 2].

Fin , le site est victime d’une attaque DDoS massive[12].

Le , t411 augmente le ratio minimum de 0,75 à 1[13].

Le , t411 compte plus de 730 000 torrents répartis dans 8 catégories :

  • Audio (115 000)
  • eBook (105 000)
  • Emulation (500)
  • Jeu vidéo (28 000)
  • GPS (1 200)
  • Applications (18 000)
  • Film/Vidéo (393 000)
  • xXx (72 000).

Blocage en France[modifier | modifier le code]

Le , t411.me devient t411.io, en réponse à une menace de blocage du nom de domaine[14].

Le , la justice française demande le blocage « du site T411 » aux fournisseurs d'accès, à la suite d'une plainte de la SCPP[15],[16]. Le jugement, calqué sur celui donné à the Pirate Bay quelques mois plus tôt[17], ordonne la mise en œuvre de « toutes mesures propres à empêcher l'accès, à partir du territoire français [...] par tout moyen efficace et notamment par le blocage du nom de domaine t411.me »[18].

La plupart des fournisseurs d'accès ont alors l'approche minimaliste de filtrer uniquement les requêtes DNS vers t411.me, qui ne constitue qu'une redirection vers t411.io[19]. Début , la justice rend donc un second jugement, citant explicitement le nouveau nom de domaine, mis en application successivement par Orange, SFR, Free puis Bouygues Telecom à compter du [19],[20].

L'efficacité du filtrage DNS mis en place se limite à la condition que l'utilisateur n'utilise pas de résolveur tiers[21].

Le , t411 change de nom de domaine de t411.io vers t411.in pour échapper à nouveau aux DNS menteurs[22], puis de t411.in à t411.ch le [23].

Le , le tracker t411 choisit de transférer son nom de domaine de t411.ch vers t411.li pour contrer un temps le déréférencement de Google[24].

Le , t411 annonce un changement de nom de domaine, et choisit de le transférer sur l'île d'Anguilla, ce qui donnera t411.ai[25]. Le changement fut effectué le .

Le , le site est passé du domaine de premier niveau .ai à .al pour l'adresse du site web et celle du tracker[26].

Fermeture[modifier | modifier le code]

Le , le site est fermé par la police suédoise sur demande des autorités françaises qui enquêtaient depuis plusieurs mois à la suite de plaintes de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) et de plusieurs membres de l'Association de lutte contre la piraterie audiovisuelle (ALPA)[27]. Deux personnes d'origine ukrainienne sont interpellées en Suède[27] ainsi que des modérateurs en France[28] et plusieurs serveurs sont saisis à Huddinge (près de Stockholm)[29].

Le , les autorités françaises font fermer le site de téléchargement T411 et six personnes sont arrêtées par la police[30],[31]. Alors que cette décision est saluée par les ayants droit, elle est critiquée par d'autres. Charlie Hebdo dénonce par exemple la disparition d'une partie du « patrimoine de l’humanité  », en référence au risque de disparitions de nombreuses œuvres rares partagées grâce à t411[32]. Après la fermeture du site, plusieurs clones ont fait leur apparition[33],[34], comme la plateforme utilisant des trackers publics t411.si « créée par des amateurs qui veulent rebondir sur l’immense chagrin des pirates »[35]. Les clones reprennent le nom et la charte graphique de t411 mais ne disposent pas de son catalogue de fichiers ni des anciens comptes utilisateurs, certains peuvent être malveillants.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

À l’instar de la plupart des trackers BitTorrent privés et semi-privés, t411 requiert de maintenir un certain ratio entre les quantités de données émises et de données reçues par le client pair-à-pair. Depuis , ce ratio est de 1, c’est-à-dire que l’utilisateur doit envoyer plus ou autant de données qu’il en a reçues[36] ; le compteur de données envoyées étant initialisé à 10 Go[37].

t411 est un tracker dit semi-privé du fait que télécharger ou partager nécessite une inscription, mais que celle-ci est libre et non contrôlée[38].

Le contenu partagé est soumis au vote des membres après sa mise en ligne[39].

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Fin 2016, le frontal web ainsi que le tracker sont hébergés derrière Cloudflare, ce qui ne rend pas public le prestataire d'hébergement réel[40]. Le serveur IRC est quant à lui hébergé par Hetzner (en) en Allemagne[41]. En , le frontal web pointe vers des plages d'adresses appartenant à différents hébergeurs, en Allemagne, aux Pays-Bas, aux États-Unis ou encore en Ukraine[42]. De 2014 à 2015, le tracker pointe vers un serveur de Portlane en Suède[43], un prestataire de The Pirate Bay dans le passé[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir le whois de t411.me
  2. D'après les statistiques du site T411

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Méthode de Donation », sur t411.al (consulté le 28 septembre 2015)
  2. « Article t411 » (consulté le 21 janvier 2018).
  3. a et b « T411 fête ses 10 ans avec un freeleech de 10 jours ! », sur Nextwarez.com, mis en ligne le 21 juin 2016 (Consulté le 16 août 2017)
  4. a et b « QuebecTorrent devient Torrent411 », sur branchez-vous.com, archivé par l’Internet Archive
  5. « J'ai dix ans : Free leech de JUILLET », le sur t411.ch (archivé par l’Internet Archive)
  6. QuebecTorrent ferme boutique, « QuebecTorrent ferme boutique », sur Droit Inc., (consulté le 28 novembre 2016)
  7. « « QuebecTorrent.com n'est plu »] sur [[Zataz]] » (consulté le 15 septembre 2018)
  8. a et b « Torrent411 : le clone de QuebecTorrent maintenant ouvert » • sur adviso.ca
  9. « QuebecTorrent renaît de ses cendres » • sur leblogueduql.org
  10. « Torrent411.com - Les Pages Jaunes du Torrent! », (consulté le 15 septembre 2018)
  11. « Nouveau Canada 411 », sur Canada 411 (consulté le 15 septembre 2018)
  12. « Maintenance du tracker », sur t411.ch, (consulté le 1er novembre 2014)
  13. Magnificence (modérateur), « RATIO A 1 », (consulté le 8 septembre 2015)
  14. Julien L., « T411 change de nom de domaine », Numerama, (consulté le 21 février 2015)
  15. Marc Rees, « Pourquoi les producteurs de disques veulent bloquer t411.me », Next INpact, (consulté le 7 avril 2015)
  16. Julien L., « BitTorrent : T411 sera bloqué en France », Numerama, (consulté le 7 avril 2015)
  17. Marc Rees, « Télécharger en PDF le jugement sur le blocage de The Pirate Bay », Next INpact, (consulté le 27 juillet 2015)
  18. Marc Rees, « Blocage de T411.me : le jugement et son explication », Next INpact, (consulté le 27 juillet 2015)
  19. a et b Marc Rees, « La justice étend le blocage de T411.me à T411.io », Next INpact, (consulté le 28 juillet 2015)
  20. Julien L., « Orange bloque T411 par DNS menteur », Numerama, (consulté le 28 juillet 2015)
  21. « T411 livre 7 solutions pour contourner son blocage », sur Numerama (consulté le 24 août 2015)
  22. « T411 change encore de nom de domaine », sur Numerama, (consulté le 24 septembre 2015)
  23. « Le site va une nouvelle fois changer d'adresse. », sur t411.ch, (consulté le 26 février 2016)
  24. « Leech-tenstein », sur t411,
  25. « Anguille sous roche, on déménage », sur t411,
  26. Julien Lausson, « Le site de torrents T411 déménage à nouveau », sur Numerama.com, mis en ligne le 3 mai 2017 (consulté le 4 mai 2017)
  27. a et b « Les autorités françaises font fermer le site de téléchargement T411 » sur Lemonde.fr (Consulté le 27 juin 2017)
  28. (en) « T411, France’s Most-Visited Torrent Site, Has Been Shut Down » sur torrentfreak.com (Consulté le 27 juin 2017)
  29. « T411 : on sait pourquoi le site est bloqué, attention aux copies ! » sur L'internaute.com (Consulté le 27 juin 2017)
  30. Morgane Tual et Martin Untersinger, « Les autorités françaises font fermer le site de téléchargement T411 », sur LeMonde.fr, mis en ligne et consulté le 27 juin 2017
  31. Emmanuek Ghesquier, « Torrent : T411 ne fonctionne plus, pourquoi mieux vaut-il éviter ce genre de sites à l’avenir ? », sur PresseCitron.net, mis en ligne et consulté le 28 juin 2017
  32. Nicolas Gary, « Charlie Hebdo salue T411, “patrimoine de l'humanité” abattu par des vandales », sur actualitte.com,
  33. « T411 : ça y est, c'est donc (déjà) le grand retour du site pirate ? » (consulté le 15 septembre 2018)
  34. Lausson, « T411 : la police ferme le site de liens BitTorrent - Pop culture - Numerama », (consulté le 15 septembre 2018)
  35. « Non, le site T411 n’est pas de retour », sur www.20minutes.fr (consulté le 15 septembre 2018)
  36. « F.A.Q : Comment fonctionne le Ratio ? », sur t411.ch (consulté le 28 septembre 2015)
  37. « F.A.Q : Pourquoi n'ai-je pas encore de ratio affiché ? », sur t411.ch (consulté le 28 septembre 2015)
  38. « F.A.Q : Qu'est-ce qu'un Tracker ? », sur t411.ch (consulté le 28 septembre 2015)
  39. « F.A.Q : C'est quoi le système de vote des Torrents et les exemptions ? », sur t411.ch (consulté le 28 septembre 2015)
  40. « t411.li domain information », sur VirusTotal (consulté le 3 décembre 2016)
  41. « irc.t411.li domain information », sur VirusTotal (consulté le 3 décembre 2016)
  42. « www.t411.in domain information », sur VirusTotal (consulté le 3 décembre 2016)
  43. « tracker.t411.me domain information », sur VirusTotal (consulté le 3 décembre 2016)
  44. (en) « Pirate Bay Bandwidth Supplier Disconnected, But The Ship Sails On », sur TorrentFreak, (consulté le 3 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]