Sonate K. 461

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sonate K.461
ut majeur3
8
, Allegro, 134 mes.
K.460 ← K.461 → K.462
L.7 ← L.8 → L.9
P.323 ← P.324 → P.325
F.404 ← F.405 → F.406
XI 7 ← Venise XI 8 → XI 9
XIII 7 ← Parme XIII 8 → XIII 9
II 55Münster II 56 → II 57

La sonate K. 461 (F.405/L.8) en ut majeur est une œuvre pour clavier du compositeur italien Domenico Scarlatti.

Présentation[modifier | modifier le code]

La sonate en ut majeur, K. 461, notée Allegro, est virtuose. D'abord, elle apparaît comme un exercice digital sur les gammes en sens contraire. Mais au début de la seconde section, en mineur, tout change, sur une basse d'Alberti qui soutient pendant une quarantaine de mesures une mélodie à deux voix et « des harmonies enjôleuses »[1].

Ralph Kirkpatrick classe cette œuvre dans le type « sonate ouverte », puisque le matériel thématique de la première partie n'est pas réemployé pour la seconde. Il précise qu'elle est ouverte, mais également libre, c'est-à-dire que, tout en négligeant celui de l'ouverture, elle mélange son matériel thématique avec un nouveau[2], « donnant l'impression de faire croître la sonate sous nos yeux »[3].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

%% les petites notes
trillD = { \tag #'print { d4.\prall } \tag #'midi { e32 d e d e d~ d8. } }

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key c \major
  \time 3/8
  \tempo 4. = 82
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord"

   << { e8^\markup{Allegro} d e | \trillD } \\ { c b c | g4. } >> | R4.*2 | \repeat unfold 2 { R4. | r8 d''8 c }
   % ms. 9
   \repeat unfold 2 { g,16 a b  c d e | \appoggiatura g16 f4 e8 } | \repeat unfold 2 { e,16 fis gis a b c |
   % ms. 14
    \appoggiatura e16 d4 c8 } | c'16 d e  b a b | c g fis  g a e | 
   % ms. 19
   dis16 e fis  c b c | d a gis  a b f | e f g  d e' f | g d cis  d e bes | a bes c  g fis g | 
   % ms. 24
   a16 ees d g c, fis | bes, c d  a g g'~ | g a fis  d cis g'~ | g a fis  d cis'[ g'~] | g8 fis16 e d8 |
   % ms. 29

}

lower = \relative c' {
  \clef bass
  \key c \major
  \time 3/8
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord"

    % **************************************
      R4.*2 | << { e8 d e | \trillD } \\ { c b c | g4. } >> \repeat unfold 2 { < e c' >8 < f d' > < g e' > | << { f'4 e8 } \\ { a,8 b c } >> }
      % ms. 9
      \repeat unfold 2 { f16 e d c b a | g g, b d c8 } | \repeat unfold 2 { d'16 c b a gis fis | e e, gis b a8 } |   \clef treble a'''8 g fis e dis c | 
      % ms. 19
      b8 a gis | f e d | cis bes a | bes' a g f ees d | 
      % ms. 24
        \clef bass c8 bes a g f ees  | d4. | d, | d | 

}

thePianoStaff = \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"Clav."
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>

\score {
  \keepWithTag #'print \thePianoStaff
  \layout {
      #(layout-set-staff-size 17)
    \context {
      \Score
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
}

\score {
  \keepWithTag #'midi \thePianoStaff
  \midi { }
}
Premières mesures de la Sonate en ut majeur K.461, de Domenico Scarlatti.


partition manuscrite
Début de la sonate, extraite du volume XIII du manuscrit de Parme.

Le manuscrit principal est le numéro 8 du volume XI de Venise (1756), copié pour Maria Barbara ; les autres sont Parme XIII 8 (1756), Münster II 56[4].

Interprètes[modifier | modifier le code]

La sonate K. 461 est défendue au piano par Fou Ts'ong (1984, Meridian), Benjamin Frith (1999, Naxos vol. 5), Carlo Grante (Music & Arts, vol. 5), Michelangelo Carbonara (Brilliant Classics).

Au clavecin, elle est enregistrée par Scott Ross (Erato, 1985)[5] et notamment Blandine Verlet (1976), Trevor Pinnock (1987), Ton Koopman (1988, Capriccio), Andreas Staier (1992, DHM), Sophie Yates (1998, Chandos) et Christophe Rousset (1997).

Par ailleurs, Joanna Leach l'a jouée au piano-forte en 2006.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sacre 1998, p. 2430.
  2. Kirkpatrick 1982, p. 291–292.
  3. Kirkpatrick 1982, p. 302.
  4. Kirkpatrick 1982, p. 472.
  5. Victor Tribot Laspière, « Au Château d’Assas, sur les traces de Scott Ross et de Scarlatti », sur France Musique, (consulté le 18 septembre 2019)

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]