Mode mineur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le mode mineur est dérivé de l'ancien mode de la dont il est l'exacte réplique si l'on fait abstraction des degrés mobiles. La gamme de la mineur est donc l'archétype de ce mode. Le mode mineur peut revêtir trois formes :

  • naturelle,
  • harmonique,
  • mélodique.

Mode mineur naturel[modifier | modifier le code]

Le mode mineur naturel (ou forme ancienne du mode mineur) est parfaitement conforme à l'échelle diatonique naturelle — ou à l'une de ses transpositions. Il correspond au mode mineur mélodique descendant, ayant les mêmes altérations. En musique classique, ce mode est très peu utilisé tel quel, à cause de son VIIe degré ( sous-tonique ).

  • Exemple, la gamme de la mineur naturel :
Gamme de la mineur naturel

Mode mineur harmonique[modifier | modifier le code]

Le mode mineur harmonique, appelé ainsi parce que sa structure sert à constituer les accords du système tonal, est le mode mineur classique. Sa principale caractéristique est que son VIIe degré est affecté d'une altération accidentelle afin que celui-ci devienne une sensible.

  • Exemple, la gamme de la mineur harmonique :
Gamme de la mineur harmonique

Mode mineur mélodique[modifier | modifier le code]

Le mode mineur mélodique est une forme particulière du mode mineur classique, à laquelle on a recours pour des raisons mélodiques, ce qui explique son nom.

  • On peut remarquer qu'entre le VIe et le VIIe degré du mineur harmonique apparaît une seconde augmentée, intervalle inattendu, et difficile d'intonation. Afin d'éviter de faire entendre cet intervalle surprenant, on procède aux corrections suivantes.
    • En montant, c'est-à-dire en allant vers la tonique — la sensible est donc indispensable, et ne peut être modifiée —, on affecte une altération ascendante au VIe degré — c'est la forme ascendante du mode mineur mélodique.
    • En descendant, on renonce à la sensible — celle-ci n'est nécessaire que lorsqu'elle monte vers la tonique — : le mode mineur redevient alors la copie conforme du mode mineur naturel, calqué sur l'échelle diatonique — c'est la forme descendante du mode mineur mélodique.
  • Ce double aménagement permet d'éviter l'intervalle mélodique de seconde augmentée tout en conservant à ce mode son caractère tonal. Exemple, la gamme de la mineur mélodique :
Gamme de la mineur mélodique

Degrés mobiles[modifier | modifier le code]

Les VIe et le VIIe degrés du mode mineur sont appelés degrés mobiles, ou notes mobiles, parce que leur hauteur est susceptible d'être modifiée. Le VIe degré élevé (dans le mineur mélodique ascendant) et la sous-tonique (dans le mineur mélodique descendant) doivent être analysés comme des degrés secondaires, le plus souvent, des notes de passage, sans incidence sur l'harmonie. Par ailleurs, la sensible ainsi que le VIe degré élevé sont ordinairement des notes accidentelles, parce qu'étrangères à la constitution de l'échelle diatonique.

Le mineur mélodique et le mineur harmonique ne doivent pas être opposés — ils sont d'ailleurs généralement utilisés simultanément. Il convient au contraire de les considérer comme les « deux formes complémentaires » — l'une, horizontale, l'autre, verticale — du « mode mineur du Système Tonal ».