Sonate K. 519

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Sonate K.519
fa mineur3
8
, Allegro assai, 171 mes.
K.518 ← K.519 → K.520
L.85 ← L.86 → L.87
P.444 ← P.445 → P.446
XIII 5 ← Venise XIII 6 → XIII 7
XV 5 ← Parme XV 6 → XV 7
I 61Münster I 62 → I 63

La sonate K. 519 (F.464/L.86) en fa mineur est une œuvre pour clavier du compositeur italien Domenico Scarlatti.

Présentation[modifier | modifier le code]

La sonate en fa mineur, K. 519, notée Allegro assai, est la seconde d'un couple avec la sonate précédente dans la tonalité relative majeur ; cependant, la K. 519 se termine en majeur elle aussi (voir sonate K. 552 pour le même procédé). Ici abondent les octaves[1] et « l'écho lointain des cors de chasse », comme dans les sonates K. 477 et 494[2].



\version "2.18.2"
\header {
  tagline = ##f
}

%% les petites notes
trillDesq = { \tag #'print { des8\prall } \tag #'midi { ees32 des ees des } }

upper = \relative c'' {
  \clef treble 
  \key f \minor
  \time 3/8
  \tempo 4. = 86
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord"
  \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f

     s8*0^\markup{Allegretto}
     f4 ees8 | \trillDesq c < bes des > | << { c8 bes c | bes aes bes | aes g aes | bes c des | c bes aes | g aes bes | f'4 ees8 | \trillDesq c < bes des > | } \\ { aes4. | g | s4. | s4 e8 | f4.~ f4 e8 } >> |
     % ms. 11
     << { c'8 bes c | bes aes bes | aes g aes } \\ { aes4. | g } >> | < g bes >8 aes < g bes > | < aes c > < g bes > < aes c > |
     % ms. 16
     < bes des >8 c < bes des > | << { \repeat unfold 2 { aes'4 g8 | f ees des | ees4. | ees } | c8 des < bes ees > | f'4 ees8 } \\ { \repeat unfold 2 { aes,4. | aes | des8 c des | c des ees } | } >>
     % m. 27
     \repeat unfold 2 { << { bes'4 aes8 | ges8 f ees | f4. | f8 ees f } \\ { bes,4. | bes | ees8 des ees | des } >> } |
     % ms. 35
     

}

lower = \relative c' {
  \clef bass
  \key f \minor
  \time 3/8
  \set Staff.midiInstrument = #"harpsichord"
  \override TupletBracket.bracket-visibility = ##f

    % **************************************
      \repeat unfold 14 { f8 } ees8 | des c bes | aes g f |
      % ms. 8
      bes c c, | \repeat unfold 12 { f'8 } | f4 ees8 | des ees des | c des c |
      % ms. 16
      bes8 c bes | \repeat unfold 2 { << { aes bes c | des ees f | g aes g | aes g ees } \\ { \mergeDifferentlyDottedOn \repeat unfold 4 { aes,4. } } >> } |   \clef treble 
      % ms. 25
      aes'4 ges8 | f g a | \repeat unfold 2 { << { bes,8 c des  | ees f ges | a bes a | bes a f } \\ { \repeat unfold 4 { bes,4. } } >> }

}

thePianoStaff = \new PianoStaff <<
    \set PianoStaff.instrumentName = #"Clav."
    \new Staff = "upper" \upper
    \new Staff = "lower" \lower
  >>

\score {
  \keepWithTag #'print \thePianoStaff
  \layout {
      #(layout-set-staff-size 17)
    \context {
      \Score
     \override SpacingSpanner.common-shortest-duration = #(ly:make-moment 1/2)
      \remove "Metronome_mark_engraver"
    }
  }
}

\score {
  \keepWithTag #'midi \thePianoStaff
  \midi { }
}
Premières mesures de la sonate en fa mineur K.519, de Domenico Scarlatti.


Le manuscrit principal est le numéro 6 du volume XIII de Venise (1757), copié pour Maria Barbara ; les autres sont Parme XV 6, Münster I 62 et Vienne C 43[3].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Interprètes[modifier | modifier le code]

La sonate K. 519 est défendue au piano, notamment par Marcelle Meyer (1946 et 1954, EMI), Clara Haskil (1950, Westminster Records/DG), András Schiff (1977, Hungaroton), Mikhaïl Pletnev (1994, Virgin), Beatrice Long (1996, Naxos, vol. 4), Mūza Rubackytė (2000, Lyrinx), Christian Zacharias (2002, MDG), Marcela Roggeri (2006, Transart), Daria van den Bercken (2017, Sony).

Au clavecin, elle est enregistrée par Wanda Landowska (1934), George Malcolm (1954, Archiv), Zuzana Růžičková (1976, Supraphon), Rafael Puyana (1984, Harmonia Mundi), Scott Ross (Erato, 1985[4], Trevor Pinnock (1987, Archiv), Richard Lester (2004 Nimbus, vol. 5) et Justin Taylor (2018, Alpha).

Par ailleurs, David Schrader l'a interprétée au piano-forte (1997, Cedille) tandis qu'à l'accordéon la jouent Janne Rättyä (Ondine) et Mie Miki (1997, Challenge Classics/Brilliant Classics).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chambure 1985, p. 232.
  2. Kirkpatrick 1982, p. 227.
  3. Kirkpatrick 1982, p. 473.
  4. Victor Tribot Laspière, « Au Château d’Assas, sur les traces de Scott Ross et de Scarlatti », sur France Musique, (consulté le 18 septembre 2019)

Sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Liens externes[modifier | modifier le code]