Basse d'Alberti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En musique, la basse d'Alberti est un procédé d'accompagnement qui a été particulièrement utilisé pendant la période classique – on peut même la considérer comme un sceau de la musique de cette période. Elle doit son nom à Domenico Alberti (1710–1740), qui fut le premier à l'utiliser — et qui lui doit l'essentiel de sa notoriété.

La basse d'Alberti consiste à réaliser l'accompagnement de la mélodie, à la basse, par un motif répété, sorte d'accord brisé ou arpégé dans lequel la séquence est la suivante : note basse - note haute - note intermédiaire - note haute, chaque durée ayant la même valeur. (I-V-III-V)

Un exemple bien connu est fourni par le début de la sonate pour piano K.545 de Mozart, ci-dessous :


\new PianoStaff  <<
  \new Staff = "right" \with {
    midiInstrument = "acoustic grand"
  } \relative c'' {
    \tempo "Allegro"
    c2\p( e4 g) \noBreak
    b,4.( c16 d c4) r \noBreak
    a'2( g4 c) \noBreak
    g f8\trill( e16 f) e4-. r \noBreak
    s4
  }
  \new Staff = "left" \with {
    midiInstrument = "acoustic grand"
  } \relative c' {
    c8( g' e g c, g' e g)
    d( g f g c, g' e g)
    c,( a' f a c, g' e g)
    b,( g' d g c, g' e g)
    f4
  }
>>
\midi {
  \context {
    \Score
    tempoWholesPerMinute = #(ly:make-moment 120 4)
  }
}

La basse d'Alberti est un procédé rudimentaire par rapport à la basse chiffrée des périodes antérieures et par rapport au contrepoint qui prévalait avant son invention. Elle assure une double fonction : rythmique et harmonique. Elle consacre la primauté de l'écriture harmonique.

L'emploi le plus fréquent de la basse d'Alberti est dans les œuvres pour le piano, à la main gauche. Mais on la trouve aussi dans des morceaux pour formation instrumentale : Béla Bartók en offre un exemple vers la fin de son Quatuor à cordes no 5.