Salvador (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Salvador

Réalisation Oliver Stone
Scénario Oliver Stone
Richard Boyle
Musique Georges Delerue
Acteurs principaux
Sociétés de production Hemdale Film
Pays de production Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 122 minutes
Sortie 1986

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Salvador est un film américain réalisé par Oliver Stone et sorti en 1986. Il revient sur le parcours d'un journaliste américain durant la guerre civile du Salvador. Il s'inspire de l'expérience de Richard Boyle (en), qui coécrit le scénario avec le réalisateur.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Après divers problèmes personnels et professionnels, l'expérimenté photojournaliste américain Richard Boyle quitte son pays avec un ami disc jockey, Doctor Rock. Ils se rendent au Salvador, un pays marqué par le récent assassinat de l'archevêque Mgr Romero (1980) et alors en pleine dictature militaire.

En formant une alliance avec des guérilleros, il va découvrir l'horreur d'une guerre civile, conflit ignoré par les médias, qui oppose le FMLN à la dictature militaire. Il est assisté du photographe John Cassady. Tout en travaillant dans ce contexte difficile, Richard va essayer de trouver une manière de protéger sa petite amie salvadorienne María en la faisant faire sortir du pays.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Icône signalant une information Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Oliver Stone avait rencontré Richard Boyle (en) quelques années avant alors que ce dernier vivait dans sa voiture[3]. Ils écrivent ensemble le scénario, d'après l'expérience de Robert Boyle. Oliver Stone avoue s'être par ailleurs inspiré du travail de Hunter S. Thompson et son journalisme gonzo[3].

Oliver Stone a eu beaucoup de mal à obtenir le financement du film et a été contraint de prendre une deuxième hypothèque sur sa maison. Il trouvera finalement du soutien auprès du producteur britannique John Daly. Le budget n'est que de 5 millions de dollars[3].

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Marlon Brando était le premier choix d'Oliver Stone pour le rôle principal. Il le proposera sans succès à Paul Newman et Lee Marvin. Paul Newman aimait le projet mais était trop pris par d'autres projets, alors que Lee Marvin s'estimait trop vieux pour le rôle et ne voulait pas trop en raison de ses problèmes de santé. Il décèdera un an après la sortie du film[3].

Martin Sheen est initialement choisi pour incarner Richard Boyle. James Woods, qui s'était à l'origine vu offrir le rôle de Docteur Rock, convainc Oliver Stone qu'il serait mieux dans le rôle principal. Martin Sheen, finalement peu à l'aise avec le projet, préfère se retirer et le rôle revient à James Woods[3].

John Savage incarne John Cassady, un personnage apparemment inspiré d'Olivier Rebbot[3].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage a lieu au Mexique, notamment à Mexico et dans l'État de Morelos. Quelques scènes sont tournées au Nevada ainsi qu'en Californie (dans le comté d'Alameda et à San Francisco)[4].

James Woods et Jim Belushi se sont souvent opposés durant le tournage. Cette rivalité aurait été secrètement encouragée Oliver Stone[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Le film reçoit des critiques globalement positives. Sur l'agrégateur américain Rotten Tomatoes, il récolte 89% d'opinions favorables pour 28 critiques et une note moyenne de 7,710[5]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 69100 pour 17 critiques[6].

Salvador est bien accueilli par la presse américaine à sa sortie. Roger Ebert, célèbre critique du Chicago Sun-Times, lui donne la note de 3 sur 4. Il écrit notamment : « Le film a un fond de sérieux, et il n'est pas content du chaos que nous aidons à subventionner. Mais fondamentalement, c'est une étude de personnage – un portrait d'un couple de pigistes épuisés essayant de garder la tête hors de l'eau[7]. »

Walter Goodman du New York Times écrit cependant une critique négative. Il remarque que, malgré quelques qualités, le film met en scène des « personnes improbables faisant des choses invraisemblables [...] pour rehausser le drame et marteler le point politique[8]. »

Le film est peu rentable au box-office. Il ne récolte que 1 500 000 $[2]. En France, il n'attire que 167 481 spectateurs en salles[9].

Salvador fait partie de l'ouvrage 1 001 films à voir avant de mourir[3].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Source : Internet Movie Database[10]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Commentaire[modifier | modifier le code]

Salvador s'inscrit dans une volonté de l'époque de faire des films mettant en scène des reporters de guerre et/ou photographes : Under Fire (1983), L'Année de tous les dangers (1982), Cry Freedom (1987), Deadline (1987), Le Faussaire (1981) ou encore La Déchirure (1984)[11],[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Release Info - IMDb
  2. a et b (en) « Salvador », sur Box Office Mojo (consulté le )
  3. a b c d e f g h et i (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  4. (en) Locations sur l’Internet Movie Database
  5. (en) « Salvador (1986) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le )
  6. (en) « Salvador Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le )
  7. (en) Roger Ebert, « Salvador », sur Roger Ebert.com, (consulté le )
  8. (en) Walter Goodman, « Screen: 'Salvador' By Stone », sur The New York Times, (consulté le )
  9. « Salvador », sur JP's box-office (consulté le )
  10. (en) Awards sur l’Internet Movie Database
  11. Salvador - Plans américains

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]