Salon doré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le salon doré
Bureau Salon Doré.JPG

Le Salon doré est une pièce du palais de l'Élysée, siège officiel de la présidence de la République française, situé dans le huitième arrondissement de Paris. Il accueille le bureau officiel du président français depuis Charles de Gaulle, exception faite de Valéry Giscard d'Estaing et d'Emmanuel Macron[1].

Origine[modifier | modifier le code]

À l'origine grand salon de Madame de Pompadour, vaste pièce située au centre du bâtiment avec vue sur le parc, le Salon doré est décoré en 1861 par Ovide Savreux (sculpture) et Jean-Louis Godon (peintures) pour l’impératrice Eugénie. Il est notamment orné de tapisseries des Gobelins, dont surtout celle des Muses et d'un lustre Second Empire à 56 lumières en bronze doré et cristaux. On y accède par quatre portes, chacune située dans un angle. Le bureau possède trois grandes fenêtres qui donnent sur un balcon.

Il fut la chambre de l'impératrice Eugénie sous le Second Empire.

Bureau du général de Gaulle[modifier | modifier le code]

Charles de Gaulle, une fois devenu président de la République, choisit cette vaste pièce pour en faire son bureau et y fait notamment installer le mobilier actuel qui comprend le bureau de style Louis XV en bois de violette, chef-d'œuvre réalisé au XVIIIe siècle par l'ébéniste et sculpteur Charles Cressent, trois fauteuils, un canapé, six chaises Empire issues de l'ancien salon de Joséphine de Beauharnais au Palais des Tuileries, une grande table ronde en acajou et deux consoles de style Louis XVI et le tapis Louis XIV de la Manufacture de la Savonnerie ayant pour thème principal « L'Amour ».

Lieu de réunion pour Valéry Giscard d'Estaing[modifier | modifier le code]

Valéry Giscard d'Estaing préféra comme bureau l'ancienne « chambre de la Reine », située à l'angle sud-est de l'étage, jusque-là dévolue au directeur de cabinet. Le Salon doré devint, pendant son septennat, un lieu de réunion du Président de la République et de ses collaborateurs.

Changement de mobilier par François Mitterrand[modifier | modifier le code]

Salon Doré 3.JPG

Le mobilier n'a connu une transformation qu'entre 1988 et 1995 à l'instigation de François Mitterrand : celui-ci confia cette tâche en décembre 1983 au designer Pierre Paulin, déjà auteur de la transformation de trois pièces du rez-de-chaussée de l'aile est, dans les appartements privés, pour Georges Pompidou en 1971-1972. L'ensemble alors réalisé comprenait 21 meubles au ton dominant bleu avec des liserés en aluminium rouge : un bureau plat et sa console technique, une table basse, un salon de six fauteuils et un canapé, un siège de travail, quatre fauteuils visiteurs, trois tables guéridons, un meuble bas d'environ trois mètres de long, un chevalet et un meuble de télévision.

Avant son départ de la présidence en 1995, François Mitterrand fit remettre en place le mobilier d'origine et versa l'ensemble Paulin au Mobilier national.

Présidence d'Emmanuel Macron[modifier | modifier le code]

Emmanuel Macron délaisse à nouveau le Salon doré au profit de la « chambre de la Reine »[2]. Il continue toutefois d'y recevoir des hôtes de marque et déplace le bureau sous les fenêtres. Son portrait officiel y a été réalisé[3].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Anne-Laure Dagnet, « Le brief politique. Emmanuel Macron délaisse le salon Doré et choisit pour bureau "le salon qui rend fou" », francetvinfo.fr, 9 juin 2017.
  2. Marcelo Wesfreid, « Comment Emmanuel Macron bouscule les traditions à l'Élysée », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne)
  3. Mariana Grépinet et Olivier Royant, « Une semaine particulière avec Emmanuel Macron », Paris Match n°3574, semaine du 16 au 22 novembre 2017, pages 54-71.