Salma Bennani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bennani.
Lalla Salma[1]
(ber)ⵍⴰⵍⵍⴰ ⵙⵍⵎⴰ
(ar) للا سلمى
Description de cette image, également commentée ci-après

Lalla Salma en 2012.

Titre

Princesse du Maroc

Depuis le
(14 ans 3 mois et 22 jours)

Prédécesseur Lalla Latifa
Biographie
Nom de naissance Salma Bennani
Naissance (38 ans)
Fès (Maroc)
Père Abdelhamid Bennani
Mère Naïma Bensouda
Conjoint Mohammed VI
Enfants Moulay El Hassan
Lalla Khadija
Religion Islam sunnite malékite

Lalla Salma[1] (en amazigh : ⵍⴰⵍⵍⴰ ⵙⵍⵎⴰ ; en arabe : للا سلمى), née Salma Bennani, le à Fès, est l'épouse du roi Mohammed VI du Maroc et la mère du prince héritier Moulay El Hassan et de la princesse Lalla Khadija. Elle a le titre de princesse[2] et est, de facto, la « Première dame[3] » du pays.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née d'un père professeur à l'École normale supérieure de Fès (hajj Abdelhamid Bennani) et d'une mère qui meurt trois ans après sa naissance (Naïma Bensouda), celle qui est nommée officiellement — dans la forme la plus courte — et usuellement Lalla Salma[1] depuis son mariage avec le roi du Maroc Mohammed VI, a une sœur aînée (Meryem, devenue médecin) et trois demi-sœurs issues du second mariage de son père[4].

Après la mort de sa mère, elle part avec sa sœur rejoindre sa grand-mère maternelle (hajja Fatma Abdellaoui Maâne[5]) à Rabat, dans un appartement sans prétention de la rue Qbibat, au seuil du quartier populaire d'Akkari[5]. Comme souvent dans la classe moyenne, elle fréquente une école privée, ce qui l'aide à avoir un très bon niveau de français. En 2000, après deux années de classes préparatoires (Maths-Sup et Maths-Spé) au lycée Moulay Youssef de Rabat, elle obtient un diplôme d'ingénieur d'État en génie informatique à l'École nationale supérieure d'informatique et d'analyse des systèmes (ENSIAS). Par la suite, elle travaille un temps au sein du groupe Omnium nord-africain (ONA), premier groupe privé du Maroc appartenant en partie à la famille royale marocaine.

En , elle se fiance[5] avec Mohammed VI qu'elle avait rencontré pour la première fois en 1999[5],[6]. Le , elle l'épouse[7]puis, par un dahir du [2], devient la première conjointe d'un monarque marocain à laquelle sont accordés un titre, celui de princesse, et la qualité[8] d'altesse royale. De cette union naissent deux enfants :

En 2005, le gouvernement espagnol l'élève au grade de grand-croix de l'ordre d'Isabelle la Catholique[9].

Statut et rôles officiels[modifier | modifier le code]

En plus d'être la première épouse d'un monarque marocain à porter le titre de princesse[10], ainsi que le prédicat honorifique d'altesse royale[11], Lalla Salma est la première épouse royale du pays à être présentée publiquement et à entreprendre des actions officielles largement couvertes par les médias nationaux. Aussi est-ce sous le règne de Mohammed VI que l'épouse royale, en plus d'être la « mère des princes », devient une « première dame », ce qui participe à la modernisation de la monarchie alaouite[12].

En 2006, elle crée l'association Lalla Salma pour la lutte contre le cancer (ALSC) dont elle est la présidente exécutive. L'année suivante, elle est nommée ambassadrice de bonne volonté auprès de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle est également au côté de son époux lors de certaines cérémonies officielles et représente le Maroc lors de nombreuses cérémonies du gotha comme le mariage du prince William et de Catherine Middleton, en 2011, et celui de Guillaume de Luxembourg et de Stéphanie de Lannoy, en 2012, ou encore la cérémonie d'intronisation de Willem-Alexander des Pays-Bas, en 2013.

Titulature[modifier | modifier le code]

  • -  : « Mademoiselle Salma Bennani ».
  • Depuis le  : « Son Altesse royale la princesse ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Cf., par exemple, les ressources bibliographiques du présent article.
  2. a et b Dahir du 12 juillet 2002
  3. http://www.maghress.com/fr/aujourdhui/10564
  4. « Le mystère Lalla Salma », Jeune Afrique, Paris,‎ (lire en ligne)
  5. a, b, c et d « Lalla Salma, une First Lady éclatante », Le Temps, Casablanca, no 255,‎ (lire en ligne)
  6. « Interview accordée par Sa Majesté le [r]oi Mohammed VI à "Paris Match" », sur Fondation Mohammed V pour la solidarité,‎ (consulté le 21 novembre 2014) : « En ce qui concerne ma fiancée, Salma Be[nn]ani, nous nous sommes rencontrés il y a un peu plus de deux ans. »
  7. « Histoire d'une bonne nouvelle », Aujourd'hui le Maroc, Casablanca,‎ (lire en ligne)
  8. Au Maroc, l'usage officiel est de parler de qualité pour désigner un prédicat honorifique. Cf. le dahir du 12 juillet 2002.
  9. Abdelkarim Chankou et EFE, « L’Espagne décore Mohammed VI et certains de ses proches collaborateurs », sur Lemag.ma,‎ (consulté le 22 novembre 2014)
  10. Lalla Salma porte le titre de princesse et non celui de princesse consort, qui n'existe pas au Maroc.
  11. Slimani 2013.
  12. Abdellah Tourabi et Mohammed Boudaram, « Famille royale : Un demi-siècle de mariages », Telquel, Casablanca, no 643,‎ , p. 20

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • « Dahir no 1-02-45 du 19 moharrem 1423 (3 avril 2002) accordant à l’épouse de Sa Majesté le [r]oi Lalla Salma la qualité d’Altesse Royale et le titre de [p]rincesse », Bulletin officiel du Royaume du Maroc, no 5020 bis,‎ , p. 725 (ISSN 0851-1217, lire en ligne [PDF]) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Youssef Zeghari et Marion Despouys, « Le style Lalla Salma », Le Temps, Casablanca,‎ (lire en ligne)
  • Leïla Slimani, « Maroc : Lalla Salma, la princesse aux pieds nus », Jeune Afrique, Paris,‎ (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Abdellah Tourabi et Mohammed Boudaram, « Mohammed VI et Lalla Salma : Une First Lady au Palais », Telquel, Casablanca, no 643,‎ , p. 26

Lien externe[modifier | modifier le code]