Saint-Just (Eure)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Just.
Saint-Just
La mairie de Saint-Just.
La mairie de Saint-Just.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Eure
Arrondissement Évreux
Canton Pacy-sur-Eure
Intercommunalité Seine Normandie Agglomération
Statut Commune déléguée
Maire délégué Yvette Alriquet
2017-2020
Code postal 27950
Code commune 27554
Démographie
Gentilé Saint Justins
Population 1 306 hab. (2014)
Densité 294 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 06′ 29″ nord, 1° 26′ 31″ est
Altitude Min. 13 m – Max. 139 m
Superficie 4,44 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration La Chapelle-Longueville
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte administrative de l'Eure
City locator 15.svg
Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : Eure

Voir sur la carte topographique de l'Eure
City locator 15.svg
Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Just

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Just

Saint-Just est une ancienne commune française située dans le département de l'Eure en région Normandie à cinq kilomètres de Vernon.

Depuis le , elle est une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de La Chapelle-Longueville[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première mention du village est attestée vers 1025 sous le nom de Sancti Justi vers 1025 [2], puis en 1293, sous celui de Saint-Just-de-Longueville en 1293 [3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vers 1020, le duc Richard confirme aux moines de Jumièges les églises de Saint-Marcel et de Saint-Just ; le patronage dut passer plus tard à l'abbaye de Fécamp.

Avec la commune voisine de Saint-Marcel, Saint-Just formait le territoire de Longueville, étendu le long de la Seine et réputé pour ses vignes ; les actes anciens comportent de nombreuses mentions de vignes et de muids de vins. Les autres ressources sont apportées par les céréales, les arbres fruitiers et deux moulins.

Du XVe siècle au XVIIe siècle, la seigneurie de Saint-Just appartient à la famille de Croismare ; au XVIIIe siècle, la famille de Savary devient propriétaire du château. Au XIXe siècle, le domaine passe dans le patrimoine de la famille d'Albufera. Les deux autres fiefs sont ceux de Cornehaut et de La Harelle.

Saint-Just est traversé par la route médiévale de Saint-Pierre-d'Autils à Saint-Marcel, autrefois dénommée chemin royal, puis au XVIIIe siècle chemin des Chartreux. En 1830, Charles-Ambroise Choderlos de Laclos, fils de l'auteur des Liaisons dangereuses, devient maire de la commune.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1830   Charles-Ambroise
Choderlos de Laclos
   
         
mars 2001 mars 2008 Roger Plançon    
mars 2008 2014 Pierre Rougeot
(décédé en janvier 2014)
   
mars 2014 31/12/2016 Yvette Alriquet SE Retraitée Fonction publique

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 306 habitants, en diminution de -2,54 % par rapport à 2009 (Eure : 2,59 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
340 338 348 316 299 332 329 303 301
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
290 269 264 253 264 276 300 279 292
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
269 261 253 292 306 291 309 414 501
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
444 506 756 840 855 1 292 1 333 1 292 1 306
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église de Saint-Just

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Recueil des actes administratifs de l'Eure, voir page 11 », (consulté le 18 janvier 2017).
  2. Ernest Nègre - Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1553
  3. François de Beaurepaire - Les noms des communes et anciennes paroisses de l'Eure - Page 178
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .