Saint-Gonlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Gonlay
L'église
L'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Ille-et-Vilaine
Arrondissement Rennes
Canton Montfort-sur-Meu
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Montfort
Maire
Mandat
Jean Bouvet
2014-2020
Code postal 35750
Code commune 35277
Démographie
Gentilé Gonlaisien
Population
municipale
348 hab. (2012)
Densité 38 hab./km2
Population
aire urbaine
21 956 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 50″ N 2° 03′ 53″ O / 48.1138888889, -2.0647222222248° 06′ 50″ Nord 2° 03′ 53″ Ouest / 48.1138888889, -2.06472222222
Altitude 74 m (min. : 38 m) (max. : 95 m)
Superficie 9,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte administrative d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Gonlay

Géolocalisation sur la carte : Ille-et-Vilaine

Voir sur la carte topographique d'Ille-et-Vilaine
City locator 14.svg
Saint-Gonlay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Gonlay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Gonlay

Saint-Gonlay est une commune française située dans le département d'Ille-et-Vilaine en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville est bordée au nord par le Meu et son affluent le ruisseau de Comper, à l'est par le ruisseau du Boutavent puis au sud par la forêt de Paimpont (assimilée à Brocéliande).

Saint-Gonlay compte 280 habitants, elle est d'une superficie de 926 hectares. Les points culminants sont le Châtel (91 mètres) et le Lorinou (83 mètres).

La commune fait partie du canton de Montfort-sur-Meu et dépend de l'arrondissement de Rennes.

Communes limitrophes de Saint-Gonlay
Saint-Maugan Iffendic
Bléruais Saint-Gonlay
Saint-Malon-sur-Mel
Carte de la commune de Saint-Gonlay.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Meu est le principal cours d’eau de la commune.

Ruisseaux :

  • le Comper
  • le Hélouin
  • le Boutavent
  • la Planchette

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les formes anciennes sont : Sancto Gonleio (1265), Saint Gouley (1325), Sancto Gonlay (XVIe siècle), Saint Goulay (1709)[1].

Le nom de la commune traduit en breton est Sant-Gonlei[1]. En gallo, le nom s’écrit Saent-Gólei[2].

La prononciation locale est « Saint Gonlâ »[réf. souhaitée].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • La Ville Men
  • Le Vilou
  • La Ville Menu
  • La Gicquelais
  • La Ville es Dahiers
  • Le Châtel
  • La Ville Bouesnou
  • Le Hil du Mou
  • La Ville es Chevalier
  • La Ville es Longresme
  • La Ville Allard
  • La Ville es Rouault
  • Le Pont Jean
  • Le Genetay
  • Le Gué Martin
  • La Ville Even
  • La Ville l'Outre
  • La Ville Guérin
  • Le Champ des œufs
  • Les His
  • Les Rochettes
  • Le Bas Plessis
  • La Noué
  • La Changée
  • La Jossais
  • La Ville es Chevaliers
  • La Fontaine
  • Le Vau Roulet
  • La Lammerais
  • La Coutancière
  • Trécien
  • Fretonnay
  • Le Vaurichard
  • Le Tertre
  • La Levrette
  • La Rousselais
  • Le Val
  • Le Patis des Grippiaux
  • la Touchette

Histoire[modifier | modifier le code]

Saint-Gonlay résulte de la division de l'ancienne paroisse d'Iffendic.

Sa naissance est probablement due à la fondation d'une église au XIIIe, par deux prêtres de Montfort-sur-Meu.

Un prieuré va également être édifié et il dépendra de l'Abbaye Saint-Jacques de Montfort.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

La gestion du tourisme de Saint-Gonlay est confiée par Montfort Communauté à l'office de tourisme du pays de Montfort.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Louis Ruellan    
1895 1912 Poignand    
1912 1939 Chevalier    
1939 1983 Louis Fortin[3]    
1983 2014 Bernard Collet    
2014 en cours
(au 20 avril 2014)
Jean Bouvet[4]   Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 348 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
640 671 614 851 664 648 649 622 669
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
621 659 634 589 605 608 603 605 624
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
589 566 572 479 488 495 469 430 453
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
376 329 304 296 280 274 313 325 349
2012 - - - - - - - -
348 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

La commune ne compte aucun monument historique protégé mais possède un important patrimoine bâti avec de nombreux édifices inventoriés[7],[8].

  • Église Saint-Guillaume[9],[10], entourée de son cimetière[11],[12], elle est datée des XVIe et XVIIe siècles. Elle était dédiée semble-t-il à Saint Gundlée, roi de Glamorgan. On peut remarquer sur le mur de la façade extérieure deux figures se faisant face : un confesseur et un confessé.
  • Maison noble du Vilou[13],[14] date du XVIIIe. Elle était considérée à l'époque comme étant une maison de notable. En effet, à cette époque, un sous-préfet de Montfort-sur-Meu y habitait.
  • Le Château de la Châsse date du XVIIe siècle. Il fut détruit en 1595 durant les Guerres de la Ligue, puis reconstruit.
  • La Maison d'école[17] est l'ancienne école publique de Saint-Gonlay. Autrefois, c'était une école dynamique du Pays de Montfort. Aujourd'hui l'école a été transformée en petit musée et présente une classe des années 50-60. Elle expose également des photos et présente les souvenirs des anciens écoliers, les jeux de cours, etc.
  • Pont Hervil sur le Comper
  • Pont Jean sur le Meu
  • La Rousselais sur le Meu

Lieux[modifier | modifier le code]

  • Le Chemin des écoliers dont le départ se fait sur la parking près de l'église et de la Mairie. Le balisage du circuit est bleu. Le parcours fait 9 km et sillonne la commune de Saint-Gonlay et ses villages, en campagne. La randonnée dure 2h15, longe le Meu et offre de nombreux panoramas à divers endroits du circuit. On peut alors voir le bourg d'Iffendic, la forêt de Brocéliande, etc.

Événements[modifier | modifier le code]

  • Fête communale le 2e ou 3e dimanche de septembre :
    • courses cyclistes
    • courses de chevaux
    • courses en sacs
    • course aux œufs
    • mât de cocagne
    • casses pots
    • tir à la corde
    • palets
    • piteauls
    • cheval à deux
    • galettes saucisses/bolées
    • commerces divers
    • feu d'artifices
    • bal
  • Comices agricoles
  • Procession de la mi-août
  • Dictée annuelle, organisée dans l'ancienne école du bourg
  • Les Bancs de bois, muséographie sur l'école du village:
    • reconstitution d'une classe d'école en 1950.
    • évolution de l'école depuis 1900.
    • témoignages d'instituteurs et d'élèves

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Résultats concernant « Saint-Gonlay » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le 20 novembre 2012).
  2. Fiche descriptive de la ville de Saint-Gonlay sur Geobreizh.
  3. (décédé le 01/02/87), maire honoraire le 30/06/83
  4. « L'annuaire des élus 2014 d'Ille-et-Vilaine », Dimanche Ouest-France, 20 avril 2014
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  7. « Présentation de la commune de saint-Gonlay », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Présentation de la commune de saint-Gonlay, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  9. « prieuré Saint-Guillaume (prieuré cure), église paroissiale », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. Prieuré (prieuré cure) puis église paroissiale Saint-Guillaume, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  11. « Cimetière », base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. Cimetière, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  13. « Maison de notable », base Mérimée, ministère français de la Culture
  14. Maison de notable, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  15. « Manoir », base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Manoir, sur Gertrude, base du service de l’Inventaire du patrimoine de la région Bretagne.
  17. La maison d'école en Pays Gallo sur www.paysdemontfort.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]