Brocéliande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour Brocéliande, voir Brocéliande (homonymie).
Merlin et Viviane dans Brocéliande, d'après une gravure de Gustave Doré.

Brocéliande est une forêt mythique citée dans plusieurs textes, liés pour la plupart à la légende arthurienne. Ces textes, datés du Moyen Âge pour les plus anciens, y mettent en scène Merlin, les fées Morgane et Viviane, ainsi que certains chevaliers de la table ronde. D'après ces récits, la forêt de Brocéliande héberge le val sans retour, où Morgane piège les hommes infidèles jusqu'à être déjouée par Lancelot du lac; et la fontaine de Barenton, réputée pour faire pleuvoir. Brocéliande serait aussi le lieu de la retraite, de l'emprisonnement ou de la mort de Merlin.

Le premier texte à la citer est le Roman de Rou, rédigé par le poète anglo-normand Robert Wace vers 1160. C’est dans les textes postérieurs que Brocéliande trouve son nom actuel et la plupart de ses attributions, sans que sa localisation physique ne soit évidente. La première revendication physique de cette forêt remonte au lorsque les Usemens et Coustumes de la foret de Brecilien sont écrits au château de Comper par un certain Lorence, chapelain du comte Guy XIV de Laval. Ces revendications physiques évoluent au fil des années. Au début du XIXe siècle, Brocéliande est assimilée à la Forêt de Lorge (dite forêt de Quintin). Depuis les années 1850, différents auteurs l'associent surtout à la forêt de Paimpont, au point que cette théorie devient la plus largement admise par la culture populaire. Seules les communes situées autour de la forêt de Paimpont utilisent le nom « Brocéliande »[1].

Depuis les années 1980, d'autres théories postulent sa localisation près de Huelgoat, de Dol, à Paule ou en Normandie, notamment près du Mont Saint-Michel.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie est incertaine[2]. La plus ancienne forme connue, Brecheliant, a fait supposer que le toponyme serait basé sur le celtique Brec'h (colline), suivi d'un nom d'homme[3]. Brecilien supposée comme forme ancienne celtique de Brécheliant est, elle, basée sur bre (colline ayant ici le sens de motte castrale) et le nom d'homme Silien ou plutôt Sulien, même si selon certains l'étymologie en *bré pourrait aussi désigner « le fauche » ou encore « la battu du désert », un point bas et marécageux[réf. souhaitée]. Chez les trouvères, « Bresilianda » désignait la Bretagne armoricaine en entier[4][réf. insuffisante]. Gwenc'hlan Le Scouëzec traduit Bresilien par « la Butte à l'anguille », ce qui d'après lui « a le mérite d'intégrer au nom de la forêt de Brocéliande les « fables » concernant les fées des eaux vives »[5].

La forme Brocéliande, plus tardive, pourrait être basée sur bro (signifiant pays en breton), mais la forme est suspecte et il faut attendre Chrétien de Troyes pour la trouver comme variante. D'après Jean-Yves Le Moing, « Brocéliande » est « une francisation récente » de la forme « Brécilien », « peut-être influencée par les termes gallo-romans brosse (buisson) et lande »[6]. Une étymologie populaire la décompose en « broce », forêt et « liande », lande[2].

Dans les romans arthuriens médiévaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Légende arthurienne.

Brocéliande est citée dès le XIIe siècle dans les romans de la matière de Bretagne, ce qui coïncide avec les premiers textes en langue vernaculaire[7]. D'après Philippe Walter, cette littérature atteste que « le mythe de Brocéliande n'est pas une invention récente »[7].

Wace cite les chevaliers bretons qui participent à la conquête de l'Angleterre, et parmi eux « Ceux de Brecheliant (sic) dont les Bretons disent maintes légendes… »[Note 1]. Il cite aussi la fontaine de Barenton, qui a des propriétés merveilleuses : « La fontaine de Berenton/sort d'une part lez le perron… »[8].

Il faut ensuite attendre Chrétien de Troyes qui, vingt ans plus tard et dans le Chevalier au lion, évoque Brocéliande comme une forêt merveilleuse dont la fontaine (qu'il ne nomme pas) est défendue par un chevalier invincible. Entre 1180 et 1230, Brocéliande est citée par divers auteurs : Huon de Mery, Guillaume Le Breton[Note 2], Giraud de Barri, Alexandre Neckam, Robert de Boron, et apparaît dans le roman occitan de Jauffré[9].

Les œuvres de la légende arthurienne qui mentionnent cette forêt sont Yvain ou le chevalier au lion[10], Brun de la Montagne[11], le Merlin en prose[12], Le Roman de Ponthus et Sidoine[13], et Claris et Laris[14].

Aucun auteur n'indique la position exacte de la forêt. Au mieux, comme on peut le constater à la lecture des sources, ils indiquent que la forêt se trouve en Bretagne armoricaine. Vers 1230, Robert de Boron est le premier à associer Merlin à Brocéliande.

Localisation[modifier | modifier le code]

La forêt de Brocéliande est couramment identifiée à la forêt de Paimpont à partir du milieu du XIIIe siècle. Selon Chrétien de Troyes, elle se situe outre-Manche.

Les auteurs anciens étant muets sur la localisation de Brocéliande, il existe plusieurs hypothèses de valeurs inégales pour la situer. L'historien Arthur de la Borderie mentionne trois Brecilien (ou Bressilien) en Bretagne[15]. Il s'agit de trois lieux nobles ayant possédé une motte féodale : le Brécilien de Paule, dans les Montagnes Noires[Note 3], le Brecilien près de Paimpont et Montfort, et le Bressilien de Priziac[16]. La forêt de Paimpont n'est pas nommée toute entière « Brécilien », mais compte un lieu-dit de ce nom[6]. Il existe aussi un lieu-dit Bercelien à Plouer-sur-Rance[6]. Aucune preuve historique ou archéologique n'atteste que ces différents lieux aient été jadis situé dans une même forêt[6], la grande forêt centrale armoricaine étant un mythe.

Pour Wace, Brocéliande se situe en Bretagne armoricaine alors que pour Chrétien de Troyes elle semble se situer en Grande-Bretagne. L'une de ces hypothèses serait que Brocéliande n'a jamais existé, et qu'il s'agirait d'un mythe relayé par Wace, puis repris par Chrétien de Troyes à partir du texte de ce dernier[17].

La première localisation de Brocéliande date de 1429 lorsque Jean d'Orronville rattache la forêt mythique à celle de Quintin[18]. Quelques années plus tard, le , la charte des « Usemens et Coustumes de la foret de Brecilien », est écrite au château de Comper, près de Paimpont, par un certain Lorence, chapelain du comte de Laval. Ce manuscrit reprend le texte de Wace jusque dans la description de la fontaine qui ferait pleuvoir : « […] il y a une fontayne nommée la fontayne de Bellenton, auprès de laquelle fontayne le bon chevalier Ponthus fist ses armes, ainsi que on peult le voir par le livre qui de ce fut composé ». L'auteur, une personne avertie, donne ses sources en citant le Roman du chevalier de Ponthus. Dans Hauts lieux de Brocéliande, Claudine Glot voit dans cette charte la plus ancienne localisation de Brocéliande identifiée aux terres de Guy de Laval, seigneur de Comper[19], bien avant la vague romantique du XIXe siècle.

À cette époque, les grandes familles bretonnes tentent d'appuyer leur gloire en revendiquant la possession de terres arthuriennes, ainsi, en 1475, les Rohan affirment descendre d'Arthur et posséder le château de la Joyeuse Garde « où le roi Arthur tenait sa cour ». Les Laval, reconnaissant en leur terre de Brecilien, le Brecheliant de Wace, inventent la « fontaine magique » et se proclament ainsi seigneurs de Brocéliande[20].

Aux XVIIIe et XIXe siècles, les auteurs romantiques défendent différentes localisations : l'abbé de La Rue évoque la forêt de Lorge près de Quintin[21], Châteaubriand l'identifie à Becherel, écrivant d'ailleurs : « Au XIIe siècle, les cantons de Fougères, Rennes, Bécherel, Dinan, Saint-Malo et Dol, étaient occupés par la forêt de Brécheliant ; elle avait servi de champ de bataille aux Francs et aux peuples de la Domnonée. Wace raconte qu'on y voyait l'homme sauvage, la fontaine de Berenton et un bassin d'or. »[22]. Certains auteurs, dont le plus imaginatif semble être Blanchard de la Musse, retrouvent la charte des Usemens de Brecilien datée de 1467, et placent le Tombeau de Merlin et le val sans retour dans les environs de Montfort et de Paimpont[23]. Dès la fin du XVIIIe siècle, « l'identification entre la forêt de Paimpont et Brocéliande constitue comme une sorte de vérité historique »[24] et en 1835, elle fait pratiquement l'unanimité. À partir de la désignation de ce site, différents éléments qui le composent (rochers, mégalithes, fontaines, étangs) sont nantis de légendes liées au cycle arthurien[25].

Impact culturel[modifier | modifier le code]

De nombreuses œuvres de fiction, romans, films, séries et recueils de contes, mentionnent Brocéliande.

Télévision et cinéma[modifier | modifier le code]

Un film d'horreur français de Doug Headline, tourné dans la forêt de Paimpont, est sorti en 2003. Ce film, intitulé Brocéliande, a reçu des critiques très négatives dès sa sortie. Il est classé 13e de la liste des pires films de tous les temps établie sur AlloCiné, avec une note moyenne de 1,1 ⁄5 attribuée par les spectateurs[26].

Marques[modifier | modifier le code]

En 2006, Brocéliande a donné son nom à une marque d'eau minérale, extraite du sous-sol de Paimpont.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « e cil devers Brecheliant/donc Breton vont sovent fablant/une forest mult longue e lee/qui en Bretaigne est mult loee »
  2. « Brecelianensis monstrum admirabile fontis »
  3. Ce Brecilien est associé à celui de Saint-Symphorien, voisin de quelques centaines de mètres, où l'on ne cesse de faire des découvertes archéologiques. Celui-ci est placé près d'une fontaine, émanant d'une nappe phréatique, et constituait le point de départ principal de l'aqueduc romain de Carhaix, consacré par une chapelle. Le ruisseau descend vers Brécilien / Bressillien. Il est donc possible d'y voir la racine celtique *bracu- qui désigne des lieux humides, et qui a donné ailleurs des toponymes en Bray, Bresse, etc., comme on peut y voir un 'bré' désignant la motte féodale jadis existante en ce lieu

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voir Le site web pays de Brocéliande, L'office de tourisme de Brocéliande ou encore Le centre arthurien à Comper-en-Brocéliande.
  2. a et b Philippe Barrier, Forêt légendaire: contes, légendes, coutumes, anecdotes sur les forêts de France, C. de Bartillat, , 254 p. (ISBN 2905563427 et 9782905563422), p. 39 ; 74.
  3. Albert Deshayes, Dictionnaire des noms de lieux bretons, Douarnenez, Le Chasse-Marée – Ar Men éd., .
  4. Joseph Anglade, Les Troubadours et les Bretons, Montpellier, Société des Langues Romanes, , p. 30.
  5. Gwenc'hlan Le Scouëzec, Arthur, Roi Des Bretons D'Armorique, Le Manoir du Tertre, , 670 p. (ISBN 291347800X et 9782913478008, lire en ligne), p. 329.
  6. a, b, c et d Jean-Yves Le Moing, Les noms de lieux bretons de Haute Bretagne, Coop Breizh, , p. 139.
  7. a et b Walter 2002, p. 10.
  8. Brocéliande, sources anciennes, consulté le 02-06-2010.
  9. Bellamy 1995.
  10. Chrétien de Troyes, Yvain ou le chevalier au lion.
  11. Brun de la Montagne, Paris, Firmin-Didot et Cie, Paul Meyer, .
  12. Merlin : roman en prose du XIIIe siècle, publ. avec la mise en prose du poème de Merlin de Robert de Boron d'après le manuscrit appartenant à Alfred H. Huth par Gaston Paris et Jacob Ulrich, Paris, Firmin-Didot, 1886.
  13. Le Roman de Ponthus et Sidoine, éd. critique de Marie-Claude de Crécy, Genève, Droz, 1997, (ISBN 2600001956).
  14. Claris et Laris, trad. en français moderne par Corinne Pierreville, Paris, H. Champion, Genève : diff. Slatkine, 2007, (ISBN 9782745315090).
  15. Arthur de la Borderie, Histoire de Bretagne, Joseph Floch, , p. 44-45.
  16. E. Faral l'identifiait à la Brocéliande des romans, cette petite commune du Morbihan semble avoir eu une certaine importance à l'époque carolingienne : le cartulaire de Landévennec mentionne qu'en 818, ce village aujourd'hui modeste reçoit la visite de Louis le Pieux.
  17. Margaret Pelan, L'influence de Wace sur les romanciers français de son temps, p. 56, cité par A.-Y. Bourgès.
  18. Goulven Péron, Arthur dans les chroniques bretonnes (dir. Christine Ferlampin-Acher), Arthur après Arthur, Presses Universitaires de Rennes, , p. 230.
  19. Collectif, Le petit futé Bretagne, Petit Futé, , 621 p. (ISBN 9782746923157, lire en ligne), p. 49
  20. A.-Y. Bourgès, Le Dossier hagio-historiographique des Rohan : de Conan à Arthur et de saint Meriadec à saint Judicaël, sn, 2007
  21. Abbé de la Rue, Recherches sur les ouvrages des bardes de la Bretagne armoricaine dans le Moyen Âge, Caen,
  22. (cité par A.-Y. Bourgès)
  23. Le Goffic et Dupouy 1990
  24. Markale 1989, p. 48
  25. Institut culturel de Bretagne, « L'invention du Val sans retour », dans Du folklore à l'ethnologie en Bretagne : 1er Colloque d'ethnologie bretonne, Riec-sur-Bélon, 27-29 octobre 1988, Beltan, , p. 44
  26. « Brocéliande - critiques spectateurs », Allociné.fr (consulté le 13 mai 2016).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Bellamy 1995] Félix Bellamy, La forêt de Brocéliande, la Découvrance, coll. « L'Amateur averti », (1re éd. 1896), 772 p.. Réédition de La Forêt de Bréchéliant, la fontaine de Bérenton, quelques lieux d'alentour, les principaux personnages qui s'y rapportent, Rennes, 1896. consultable sur la bibliothèque numérique de l'Université de Rennes 2 Tome 1 et Tome 2
  • [Bellamy 2002] Félix Bellamy, Brocéliande et les romans de la Table Ronde, Rennes, arbredor.com, , 156 p., e-book (présentation en ligne)
  • [Bellamy 2002] Félix Bellamy, Éon de l'Etoile, l'hérétique de Brocéliande, Genève, arbredor.com, , 98 p., e-book (présentation en ligne)
  • [Bertin 1991] Georges Bertin, « Paysages folkloriques et mythologies », dans Guide des Chevaliers de la Table Ronde en Normandie, Charles Corlet,
  • [Bouyer et Mentré 1996] Louis Bouyer et Mireille Mentré, Les lieux magiques de la légende du Graal: de Brocéliande en Avalon, vol. 2 de L'Imaginaire médiéval, O.E.I.L., , 143 p. (ISBN 9782868390554, présentation en ligne)
  • [Calvez 2010] Marcel Calvez, Druides, fées et chevaliers dans la forêt de Brocéliande, Saint-Dié-des-Vosges, Festival international de géographie. Programme scientifique, (lire en ligne)
  • [Camby 2002] Philippe Camby, Magies de Brocéliande, traditions littéraires et contes populaires, Genève, , 316 p., e-book
  • [Falc'hun 2009] Korentin Falc'hun, « La cartographie arthurienne en Bretagne continentale : l'histoire de Brocéliande », dans Des chevaliers de la Table ronde à l'Ordre de l'Hermine. Actes du colloque annuel organisé par l'Institut culturel de Bretagne, Institut culturel de Bretagne Skol-Uhel ar Vro, , p. 33-46
  • [Ferlampin-Acher et Hüe 2007] Christine Ferlampin-Acher et Denis Hüe, Lignes et lignages dans la littérature arthurienne: actes du 3e Colloque arthurien organisé à l'Université de Haute-Bretagne, 13-14 octobre 2005, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », , 306 p.
  • [Le Goffic et Dupouy 1990] Charles Le Goffic et Auguste Dupouy, Brocéliande, Rennes, éditions Terre de Brume, (1re éd. 1932).
  • [Markale 1989] Jean Markale, Brocéliande et l'énigme du Graal, Pygmalion/G. Watelet, coll. « Histoire de la France secrète », , 320 p. (ISBN 9782857042839)
  • [Markale 1996] Jean Markale, Guide spirituel de la forêt de Brocéliande, éditions du Rocher, , 169 p. (ISBN 9782268023144)
  • [Peron 2013] Goulven Peron, Dictionnaire des lieux arthuriens, Ar Strobineller, , 80 p.
  • [Rebillé 1996] Edmond Rebillé, Brocéliande(s). Sur les traces du roi Arthur et de ses chantres, Coop Breizh, (ISBN 2-909924-73-4)
  • [Walter 2002] Philippe Walter, Brocéliande ou le génie du lieu: archéologie, histoire, mythologie, littérature, Presses universitaires de Grenoble, , 222 p. (ISBN 9782706110603)