Rue de Crimée (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rue de Crimée.
19e arrt
Rue de Crimée
Pont levant de la rue de Crimée
Pont levant de la rue de Crimée
Situation
Arrondissement 19e
Quartier Pont-de-Flandre, Villette, Amérique, Combat
Début 25, rue des Fêtes
Fin 182, rue d'Aubervilliers et rue Gaston-Tessier
Morphologie
Longueur 2 540 m
Largeur 12 à 30 m
Historique
Création 1855 à 1862
Dénomination 2 avril 1868
Géocodification
Ville de Paris 2437
DGI 2443

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Crimée
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Crimée est la plus longue rue (2 540 m) du 19e arrondissement de Paris et la 8ème plus longue rue de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

La rue de Crimée est une longue rue qui relie du sud-est au nord-ouest la place des Fêtes à la rue d'Aubervilliers. Entre les rues Manin et Botzaris, cette voie longe sur sa droite le parc des Buttes-Chaumont. Établie sur le territoire des quatre quartiers du 19e arrondissement, elle est (hormis des franchissements piétonniers ou cyclables) une des deux seules rues, (avec la rue de l'Ourcq qui est plus à l'est), qui permet de traverser à Paris le canal de l'Ourcq entre Stalingrad et les boulevards des Maréchaux. De temps en temps, la circulation automobile de la rue est brièvement arrêtée au niveau du pont levant de la rue de Crimée lorsque le tablier de celui-ci doit être soulevé pour laisser passer des péniches circulant sur ce canal.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Cette voie est nommée ainsi en commémoration de la guerre de Crimée (1855-1856). La Crimée est une presqu’île de l'Ukraine[1] sur la mer Noire, qui voit à cette époque la coalition comprenant l’Empire ottoman, le Royaume-Uni, la France et le Piémont-Sardaigne affronter et vaincre l’Empire russe, notamment avec le siège et la prise de Sébastopol. Le conflit se termine par le traité de Paris en 1856[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Gare de Belleville-Villette face à la rue Meynadier.

En 1822, cette voie de l'ancienne commune de la Villette était une partie de la route départementale no 22, qui portait le nom, dans cette commune, de rue Neuve et qui donna naissance, en 1840 aux rue de Bordeaux et rue de Marseille qui étaient situées entre les actuelles rue d'Aubervilliers et quai de l'Oise et entre le quai de la Marne et l'avenue Jean-Jaurès. Ces 2 rues furent intégrées en 1868 dans la rue de Crimée qui avait été ouverte en 1848 entre les actuelles rue Jean-Jaurès et rue d'Hautpoul puis en 1853 entre la rue d'Hautpoul et la rue des Fêtes[1].

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Accès[modifier | modifier le code]

La rue de Crimée est accessible par plusieurs stations de métro. Du sud-est au nord-ouest :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Dictionnaire historique des rues de Paris, Jacques Hillairet, éditions de Minuit, p.400
  2. Champsaur, Florence Brachet, and Ludovic Cailluet. "The Great Depression? Challenging the Periodization of French Business History in the Interwar Period." Business & Economic History On-Line 8 (2010).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]