Rozenn Talec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Rozenn Talec
Festival de Cornouaille 2017 - Bodénès-Hamon Quintet - 05.jpg
Rozenn Talec lors du festival de Cornouaille 2017 à Quimper.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Kreiz Breizh Akademi (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Label
Genres artistiques
Site web
Distinction

Rozenn Talec, née le à Carhaix, est une chanteuse et auteure bretonne, spécialisée dans la chanson traditionnelle bretonne et notamment le chant alterné en kan ha diskan, typique de la musique à danser en langue bretonne. Elle se produit ainsi surtout en fest-noz mais également, dans le cadre de créations scéniques, en concerts et en festivals. Elle écrit des chansons en breton principalement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ayant grandi en Centre-Bretagne, à Saint-Hernin, Rozenn Talec s'intéresse à la culture du terroir montagne, autour de Spézet[1]. Son père, Jean-Claude Talec, est un chanteur traditionnel et collecteur du répertoire de Centre Bretagne[2]. Naturellement, la chanson bretonne lui est transmise de manière orale. Elle approfondit sa connaissance du répertoire populaire en lisant les recueils de chansons et lorsqu'elle accompagne son père pour des collectages[3].

Dès l'âge de 14 ans elle chante en fest-noz avec lui, formant le duo Talec Tad ha merc'h[4]. Ils enregistrent ensemble un album autour du répertoire collecté en Centre Bretagne : Marvailhoù (« collectages »)[5]. Bien qu'ayant baignée dans un environnement bretonnant, le breton n'est pas sa langue maternelle ; elle l'apprend à partir de 2006[6] puis suit des études de breton à l'université de Rennes 2 et intègre l'IUFM dans le but de devenir enseignante bilingue[7]. Elle se forme à la sophrologie, qu'elle adapte au monde de la musique[8]. Elle transmet à son tour la culture bretonne, aux plus jeunes notamment, dans des écoles de musique où elle enseigne le chant[9].

Duos[modifier | modifier le code]

Rozenn Talec chante en duo avec d'autres voix féminines comme Mari Stervinou à partir de 2003[10], Lina Bellard à partir de 2008[11] et Anne Le Brigant à partir de 2013[12]. Pour perfectionner son chant, la chanteuse Marthe Vassallo lui a fait travailler la technique vocale pendant deux ans[1].

Avec la harpiste Lina Bellard, ancienne élève également de la Kreiz Breizh Akademi[13], elle monte le spectacle Jagrinañ, qui donne lieu à l'enregistrement d'un EP en 2009, avec la participation de Yann-Fañch Kemener en voix parlée. En 2014, le duo sort son premier album, Leiz an dorn[14],[15]. Pour la saison 2015-2016, elles intègrent le réseau Bretagne(S) World Sounds, à l'initiative d'une tournée commune avec un duo danois[16], en Bretagne et au Danemark ainsi qu'en Suède[17].

Yannig Noguet à l'accordéon, lors du festival Yaouank 2015, avec qui elle forme un duo depuis 2010.

Lors d'un fest-noz en mai 2010, Rozenn Talec rencontre Yannig Noguet, accordéoniste de Gilles Servat et Gérard Delahaye ayant également collaboré avec Denez Prigent[18]. Ils décident de commencer une aventure musicale ensemble et forment un duo[19]. Après avoir animé de nombreux fest-noz, le duo sort un premier album, Mouezh an Diaoul (la voix du diable), en avril 2013, produit par Coop Breizh[20]. Cette création reçoit les prix du jury et prix jeune artiste du prix musical Produit en Bretagne 2014 et l'album est nominé aux Prizioù de France 3 Bretagne[21].

En 2015, le second album Gali Galant comporte essentiellement des paroles écrites par Rozenn Talec (Pardon Kledenn est écrite par son arrière-grand-père au sujet de la Grande Guerre)[22]. et des compositions de Yannig Noguet, avec une mise en scène de Nolwenn Korbell[21]. De cet album découle un spectacle cabaret mis en scène par Néry Catineau, présenté à « Bretagne en scène », puis au « Chainon Manquant » à Laval[23]. La tournée qui suit cet album permet au duo à la fois de se produire en fest-noz, dont celui du festival Yaouank à Rennes qui réuni 8 000 danseurs[24], et sur diverses scènes comme au festival des Vieilles Charrues[25], festival interceltique de Lorient, festival du chant de marin...

En 2018, Rozenn Talec forme un quartet avec Yannig Noguet, le saxophoniste Timothée le Bour et le claviériste Julien Padovani[26]. Accompagnée par le festival de Cornouaille, cette création est suivie par la sortie d'un album[27] : Dindan dilhad dindan (litt. « sous les dessous ») sort en février 2019, comprenant douze morceaux dansants également adaptés à l'écoute avec l’apport de couleurs diverses (vintage, jazz, électrique...)[28].

Collectifs[modifier | modifier le code]

Rozenn Talec en concert avec la Kreiz Breizh Akademi 3 en 2011.

En février 2010, Rozenn Talec intègre la Kreiz Breizh Akademi, une école de musique modale dirigée par le chanteur Erik Marchand[29]. Cette expérience professionnelle de 24 mois lui permet de travailler autour d'un spectacle et d'un album, Elektridal[30], et d'être accompagnée par différents musiciens internationaux (Ibrahim Maalouf, Bojan Zulfikarpasic, Karim Ziad, Titi Robin, Rodolphe Burger)[31].

À partir de 2011, Rozenn Talec part chaque année à la rencontre de chanteurs populaires : en Inde (pendant un mois avec la chanteuse indo-bretonne Parveen Sabrina Khan, avec qui elle forme un duo)[4], Grèce, Turquie, Hongrie. Avec Yannig Noguet elle réalise une tournée en Allemagne et en Pologne en novembre 2014[7].

En 2012 elle intègre la création Kerham d’Yves Ribis (ex-Glaz) orchestrée par Christophe Peloil, musicien du groupe Tri Yann[32]. Fin 2015, elle rejoint le groupe du couple de sonneurs Bodénes-Hamon pour un spectacle[33] qui donne naissance à l'album Daou Don Dañs[34].

Elle chante en breton Les Copains d'abord pour l'émission du même nom.

En 2016, la chanteuse est sélectionnée pour intégrer le spectacle « La Nuit d'encontre » conçu par les paroliers Jean Fauque et Jean-François Delfour[35] et elle participe à la création Chadenn (chaîne) du duo Le Bour/ Bodros, donnant naissance à un album en novembre[36].

En 2017, elle fait partie du projet Breizh eo ma bro ![37], enregistrant deux titres sur l'album produit par Sony Music, dont un duo avec Gilles Servat sur une chanson de Gweltaz ar Fur[38]. Un concert réunissant les artistes de ce projet est donné à Quimper, dans le cadre de l'émission « Les Copains d'abord en Bretagne » diffusée sur France 2[39].

Autres spectacles[modifier | modifier le code]

Avec la comédienne Maya Le Strat, elle monte des spectacles à destination des personnes âgées : en janvier 2017, elle produit Café-crêpes-gâteaux, un spectacle-chanté, en breton et français[40], puis elle co-écrit la pièce Au bureau des amours perdus[41].

En 2018, elle est la chanteuse du spectacle « Soñj de Bretagne », création des Nuits de la Bretagne réunissant différents danseurs des cercles celtiques[42].

Style musical[modifier | modifier le code]

En langue bretonne, Rozenn Talec évolue dans la chanson à danser, notamment dans sa forme en kan ha diskan (chant et contrechant), ainsi que dans la chanson à écouter, dans un style poétique ou de gwerz. Ses textes sont accompagnés le plus souvent d'instruments acoustiques comme la harpe celtique et l'accordéon diatonique (qui peut aussi être électrifié avec des pédales d'effets)[22]. Au gré de ses voyages et rencontres, elle intègre de nouveaux airs et sonorités, issues par exemple d'Inde, des Balkans ou d'Amérique du Sud[21].

En tant qu'auteure, elle écrit des complaintes sentimentales comme War ar memes brank ou Roz' milin koad Kever'n, qui raconte la nostalgie de la jeunesse, avec des expressions bretonne entendues quand elle était enfant en breton de Haute-Cornouaille[43]. Tel qu'il était d'usage dans la société traditionnelle, elle écrit des textes en rapport avec l'actualité (Kreion ha paper - crayon et papier - pour l'attentat contre Charlie Hebdo)[3] et des chansons plus militantes (Keleier Notre-Dame-des-Landes adaptée de Keleier Plogo, un texte de Storlok inspiré par la bataille de Plogoff)[44].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

  • 2011 : Marvailhoù avec Jean-Claude Talec
  • 2011 : Elektridal avec la Kreiz Breizh Akademi n°3 d'Erik Marchand (Innacor/Coop Breizh)
  • 2013 : Mouezh an Diaoul avec Yannig Noguet (Coop Breizh)
  • 2014 : Leiz An Dorn avec Lina Bellard (Kolam Dic’hortoz/Coop Breizh)
  • 2015 : Gali Galant avec Yannig Noguet (Coop Breizh)
  • 2016 : Daou Don Dañs avec Bodénès Hamon Quintet (Paker Prod/Coop Breizh)
  • 2016 : Chadenn avec Le Bour Bodros Quintet (Paker Prod/Coop Breizh)
  • 2019 : Dindan Dilhad Dindan avec Talec-Noguet Quartet (Coop Breizh)

Participations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [vidéo] (br) « Bali Breizh - Marthe Vassallo - Sul 5 a viz Even 2016 », sur France 3 Bretagne (consulté le 20 septembre 2017)
  2. Caroline Le Marquer, « Jean-Claude Talec : « Une petite flamme qui ne s'éteint pas » », Musique bretonne, no 228,‎ septembre-octobre 2011, p. 28-32 (lire en ligne)
  3. a et b Hélène Hazéra, « Chanson Boum ! Rozenn Talec et Yannig Noguet », à partir de 22 minutes, sur franceculture.fr, France Culture, (consulté le 22 septembre 2017)
  4. a et b « Toute première fois : la chanteuse Rozenn Talec », sur francebleu.fr
  5. « Rozenn Talec / Yannig Noguet "Mouezh an Diaoul" », sur www.produitenbretagne.bzh, (consulté le 20 septembre 2017)
  6. Corentin Chretien, « Rozenn Talec chante la société d'autrefois », Ouest-France,‎
  7. a et b [vidéo] (br) « Arvest Kafe. Rozenn Talec », Arvest Kafe épisode 2, sur tebeo.bzh, (consulté le 22 juin 2017)
  8. Mael Le Guennec, « Vieilles Charrues / Erer Kozh : Rozenn Talec, chanteuse et sophrologue », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  9. « L'équipe pédagogique - Talec Rozenn », sur emdkb.org (consulté le 22 septembre 2017)
  10. « Mari Stervinou », sur tamm-kreiz.bzh
  11. « Rozenn Talec & Lina Bellard », sur lina-bellard.com (consulté le 22 septembre 2017)
  12. « Rozenn TALEC », sur tamm-kreiz.bzh
  13. Michel Toutous, « Voix, harpe : duo de charme », ArMen, no 203,‎ novembre-décembre 2014 (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017).
  14. « Rozenn Talec et Lina Bellard. Leiz an Dorn, premier album intense et subtil », Musique bretonne, no 240,‎ , p. 14-17 (lire en ligne).
  15. Caroline Barray, « Rozenn Talec & Lina Bellard. Bravo !!! », Trad Magazine, no 161,‎ mai-juin 2015 (lire en ligne)
  16. « Un match Bretagne-Danemark en final du Gouel Bro », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2017)
  17. « Rozenn Talec & Lina Bellard en tournée au Danemark et en Suède du 15 au 18 mars 2016 », sur FAMDT (consulté le 20 septembre 2017)
  18. « Infos », sur yannig-noguet.com (consulté le 22 septembre 2017)
  19. « Rozenn Talec - Yannig Noguet, un duo d'enfer », sur Ouest-France.fr, (consulté le 20 septembre 2017)
  20. « Mouezh an Diaoul, le nouvel album de Rozenn Talec », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  21. a b et c « Rozenn Talec et Yannig Noguet en concert », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017)
  22. a et b Arnaud Choutet, « Rozenn Talec et Yannig Noguet, Gali Galant », Musique bretonne, no 245,‎ , p. 48 (lire en ligne).
  23. « Découvertes FAMDT dans le cadre du festival Le Chainon manquant // vendredi 16 et samedi 17 septembre 2016 à Laval (53) », sur FAMDT (consulté le 22 septembre 2017)
  24. « Au festival Yaouank, dansez jeunesse ! », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017)
  25. « Vieilles Charrues : la scène Gwernig dévoilée », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  26. Sounkoura-Jeanne Dembélé, « Quimper. Quand le jazz s’invite au fest-noz », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  27. « Rozenn Talec. Du duo au quartet dans le labo du Novomax », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 22 avril 2018)
  28. musique, « Rozenn Talec et Noguet Quartet, le nouvel album par Coop Breizh », sur NHU Bretagne, (consulté le 21 février 2019)
  29. « Rozenn Talec et Lina Bellard, princesses de la gwerz », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  30. « Kreiz Breizh Akademi #3 », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  31. « Kreiz Breizh Akademi # 3 - DROM », sur www.drom-kba.eu (consulté le 3 juillet 2017)
  32. « «Kerham». Une création à Amzer-Nevez ce soir », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  33. « Printemps. Une création en avant-première », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  34. « Bodénès-Hamon & invités.  « Daou Don Dañs » ** », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 3 juillet 2017)
  35. « Voix du Sud sans frontières », Sud Ouest,‎ (lire en ligne, consulté le 20 juin 2017).
  36. « Le Bour-Bodros change de registre avec Chadenn », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017)
  37. « Multi-interprètes. Breizh eo ma bro ! *** », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017)
  38. Francis Létocart, « France Bleu Armorique Midi Tro Breizh, invités : Gilles Servat et Rozenn Talec », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017)
  39. « Les Copains d’abord en Bretagne.  On tourne ! », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 22 septembre 2017)
  40. « Café Gâteaux Crêpes, Rozenn TALEC & Maya LE STRAT », sur youtube.com, (consulté le 17 juin 2018)
  41. « Glenmor. « Au bureau des amours perdus », mercredi », Le Telegramme,‎ (lire en ligne, consulté le 17 juin 2018)
  42. « SONJ Nuit de la Bretagne 2018 », sur youtube.com, (consulté le 24 mars 2018)
  43. Gildas Jaffré, « Rozenn Talec, la voix à suivre en Bretagne », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 20 septembre 2017)
  44. [vidéo] « Keleier NDDL (Rozenn Talec - Yannig Noguet) par France 3 Bretagne », sur Dailymotion, (consulté le 20 septembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vidéographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr + br) Fanny Chauffin, Diwan 40 ans déjà ! : Ur skol e brezhoneg, Fouesnant, Yoran Embanner, , 360 p. (ISBN 978-2-916579-96-2), « Le fest-noz, un paradoxe social et éducatif », p. 295-298

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :