Glaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Glaz
Pays d'origine Drapeau de la France France (Bretagne)
Genre musical rock celtique, chanson bretonne, musique celtique
Années actives 1991-1998
Labels Coop Breizh, Sony Music BMG
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de Glaz.

Glaz (« Bleu-vert » en breton)[1] est un groupe de musique breton, créé en 1991 et dissout en 1998. La démarche musicale des membres se veut à la fois bretonne et rock (rock celtique, mi-rock mi-variété) avec le chant en breton. Leur répertoire s’inspire donc de la musique traditionnelle mais également de la créativité moderne de ses membres[2]. Ils ont marqué la musique bretonne des années 1990.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le groupe est fondé en 1991 par le bassiste Yann Honoré[3] et le guitariste Yves Ribis. Yann Honoré (auteur-compositeur) est l'ancien bassiste de Dan Ar Braz et Yves Ribis le guitariste d'Alan Stivell. Glaz est complété par Jean-Claude Normant (claviers), Gérard Macé (batterie), Ronan Le Bars (uilleann pipes) et la voix de Nathalie Brignonen qui apporte la touche féminine et l'émotion. À partir de 1992, Glaz se produit sur les scènes bretonnes et internationales, à commencer par le Festival interceltique de Lorient[4].

En 1993, le groupe sort son premier disque Glaz, chez Escalibur, qui se vend à plus de 10 000 exemplaires[5]. Jean-Christophe Boccou remplace Gérard Macé à la batterie. Tro ha tro, le premier morceau, en breton et en anglais, va devenir leur tube. Composé par Yann Honoré ce titre rock donne le ton général. Mazhin (inspiré du Barzaz Breiz, les chants bretons) ou Dagda (inspiré des reels) sont encore plus rock. Soïg Sibéril (guitare acoustique) et Kristen Noguès (harpe) sont invités sur le titre Sail Away[6]. L'album est avant-gardiste et donne les bases du rock breton.

Au concours international de musique celtique de Galway (Irlande) en 1994, Glaz remporte le premier prix dans la catégorie groupe[7]. En 1994, ils jouent au 25e festival de Glastonbury en Angleterre devant 120 000 spectateurs[8].

En 1995, Glaz sort son deuxième album Ar Gest chez Blue Silver. Il ne contient pas de morceaux traditionnels mais des compositions des membres du groupe. Le groupe joue en première partie du concert de L'Héritage des Celtes de Dan Ar Braz au Festival de Cornouaille à Quimper, devant 4 500 personnes.

En 1996, leur troisième album Holen ar Bed (« Le sel de la terre ») sort chez Déclic. Il est marqué par l'arrivée de Loïc Bléjean qui remplace Ronan Le Bars aux whistles et uilleann pipes. Le disque, salué par la critique, est un peu plus traditionnel et plus travaillé. Les morceaux sont puisés aux sources de la tradition, dont des textes extraits du Barzaz Breiz tels que Pontkalleg, Silvestrig, Ar rannoù (Les séries) ou An amzer dremenet (Le temps passé). Quelques invités sont présents comme Goulven Henaff, Lionel Guyader, Yann Cariou, Frédéric Samezun et Christian Belhomme. Le guitariste Pat O'May apporte son soutien en 1997 pour les concerts avant l'arrivée en 1998 de Ludovic Mesnil.

En 1998, ils signent leur album chez Sony BMG et sortent un single deux titres, dont la chanson An dud a vor (« Les gens de la mer »), remixée avec l'ajout notamment de percussions africaines[9]. Cette année-là est marquée par une grande tournée bretonne (Lorient, Rennes, Saint-Nazaire, Morlaix, Châteaulin, Fouesnant, Confort, Callac) et internationale (festivals en Allemagne, en Italie à Modene et Milan, en Galice…).

L'illustrateur Pascal Moguérou est l'auteur de toutes les couvertures des CD, construisant un univers imagé Celte autour des chansons. Le groupe se sépare pour réaliser d'autres projets. Hyaëna, né en 1999 avec Nathalie Brignonen et Jean-Christophe Boccou, poursuit le même esprit de modernisation des musiques ethniques. Le Fer et la soie est le titre de leur album. La formation de Glaz est donc renouvelée autour de Yann Honoré (Ludovic Mesnil, Bleunwenn Mevel, Sylvain Barou, Herri Loquet). Mais cette nouvelle formation autour du même nom ne pérennise pas.

Membres[modifier | modifier le code]

  • Yann Honoré : basses frettées et fretless, chœurs, bombarde, programmations (de 1991 à 1998)
  • Yves Ribis : guitares électriques et acoustiques, programmations (de 1991 à 1997)
  • Nathalie Brignonen : voix lead, chœurs (de 1991 à 1998)
  • Ronan Le Bars : uillean pipes, cornemuse écossaise, low et tin whistles (de 1991 à 1998)
  • Jean-Claude Normant : claviers, chœurs, derbouka, programmations (de 1991 à ...)
  • Gérard Macé : batterie (de 1991 à 1993)
  • Jean-Christophe Boccou : batterie (de 1993 à 1998)
  • Loïc Bléjean : uillean pipes, whistles (de 1996 à 1998)
  • Ludovic Mesnil : guitares (1998)

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'équivalent probable de ce mot en français serait "bleu canard" désignant une nuance se situant entre couleur bleue et verte sur le cercle chromatique. Le mot fait référence à la nature (mer, ciel, végétation) et à la Planète bleue symbolisant leur musique universelle qu'ils souhaitaient partager avec le reste du monde. Interview et live à l'émission "Tempo" sur France 3 en 1995
  2. Entre Yes et Peter Gabriel selon le pianiste Jean-Claude Normant.
  3. « Yann Honoré: «Glaz», déjà 20 ans! », Le Télégramme, 8 février 2012
  4. « GLAZ : Rock bleu-vert », 2007, musique-celtique.org
  5. Site de Nathalie Moguérou Brignonen (Solo'Nat)
  6. Livret du disque, p. 14
  7. Jérémie Pierre Jouan, Biographie, gwerz.com
  8. Convenant 1996, p. 21
  9. « Glaz samedi au Run ar Puns : le celtisme dans tous ses états », Le Télégramme, 8 avril 1998

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Didier Convenant, La musique celtique, Hors Collection, , 76 p. (ISBN 2258044464), « Glaz », p. 20-21
  • Daniel Morvan (photogr. Bernard Galéron), Bretagne, Terre de musiques, e-Novation, , 144 p. (ISBN 978-2-9516936-0-9), « Métisser / Meskañ : Breizh ardente et feeling glazik. Yann Honoré, liberté grande », p. 81

Lien externe[modifier | modifier le code]