Ronssoy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Ronssoy
Ronssoy
Salle communale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Péronne
Intercommunalité communauté de communes de la Haute-Somme
Maire
Mandat
Michel Bray
2014-2020
Code postal 80740
Code commune 80679
Démographie
Gentilé Les Ronssoyens
Les Ronssoyennes
Population
municipale
587 hab. (2016 en augmentation de 1,73 % par rapport à 2011)
Densité 78 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 58′ 58″ nord, 3° 09′ 38″ est
Altitude Min. 100 m
Max. 147 m
Superficie 7,53 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Le Ronssoy

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Le Ronssoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Ronssoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Ronssoy

Ronssoy est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Cette commune picarde, située à 22 km au sud de Cambrai et à 17 km au nord-est de Péronne, est aisément accessible par l'autoroute A26.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune est argilo-siliceux pour moitié, argilo-calacaire pour le quart et calcaire pour un dernier quart[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le Ronssoy est située sur la ligne de partage des eaux entre l'Escaut et laSomme, à la limite entre les collines d'Artois et celles de Picardie[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucun cours d'eau qui traverse la commune. La nappe phréatique est située à 65 m de profondeur[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de la commune est tempéré océanique.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune du Ronssoy présente un habitat groupé. Le village du Ronssoy et celui de Lempire dans le département de l'Aisne présentent une continuité du bâti.

Activité économique et de services[modifier | modifier le code]

L'activité dominante de la commune reste l'agriculture.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Ronssoy
Épehy Lempire (Aisne) Bony (Aisne)
Villers-Faucon Ronssoy Hargicourt (Aisne)
Templeux-le-Guérard Hargicourt (Aisne)

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 48 (Épehy - Villers-Faucon - Péronne) du réseau interurbain Trans'80 Hauts-de-France[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Ronssoy viendrait du latin Roncia, roncus, signifiant lieu rempli de ronces. On trouve dans le textes anciens : Roinsoi, Rosseium, Rossoy, Ronsseium puis Ronssoy[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Age[modifier | modifier le code]

Au début du XIIe siècle, il y avait au Ronssoy un château dépendant de la famille de Coucy. En 1214, Robert et Roger du Ronssoy étaient deux frères, Roger étant porte-étendart de Coucy à la Bataille de Bouvines. Il existait une maladrerie au Ronssoy[1].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1595, Léonor de Hallewin, sieur de Ronssoy gouverneur du château de Doullens, fut blessé au cours du siège de cette ville. Il mourut à Arras des suites de ses blessures.

Avant 1698, Le Ronssoy était une paroisse dont dépendait Templeux-le-Guérard ; l'abbé de Honnecourt nommait à la cure. Les habitants ayant embrassé le protestantisme après la Révocation de l'édit de Nantes en 1685, la cure fut transférée à Templeux-le-Guérard jusqu'au concordat de 1801.

Au XVIIIe siècle, la terre du Ronssoy appartenait à la deuxième branche de la famille de Vendeuil[3].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Il existe au Ronssoy, un chemin dit : « chemin des cosaques », témoignage de leur passage dans la commune en 1815.

En 1870-1871, au cours de la guerre de 1870, la population subit des réquisitions de la part de l'ennemi.

À la fin du XIXe siècle, il existait au Ronssoy une exploitation de phosphate et une activité industrielle de tissage à la main de coton, laine et soie, sur métier Jacquard[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Comme la plupart villages de la région, Le Ronssoy est sorti meurtri de la Grande Guerre car le village a été entièrement détruit: "Ronssoy, dernière commune du département entièrement libérée, est pareillement démolie de fond en comble, sauf une ferme auberge épargnée par miracle"[4].
Au début de la Première Guerre mondiale, en août 1914, des éléments de l'armée britannique ont traversé Ronssoy lors de la retraite vers le sud et les Allemands arrivent au Ronssoy[5]. Dès lors commença l'occupation allemande qui dura jusqu'en mars 1917. Le front se situant à une vingtaine de kilomètres à l'ouest de Péronne, les habitants ne percevaient que le grondement lointain des canons. L'activité des occupants consistait principalement à assurer le logement des combattants et l'approvisionnement en nourriture. Des arrêtés de la kommandantur obligeaient, à date fixe, sous la responsabilité du maire et du conseil municipal, sous peine de sanctions, la population à fournir : blé, œufs, lait, viande, légumes, destinés à nourrir les soldats du front. Toutes les personnes valides devaient effectuer des travaux agricoles ou d'entretien. En février 1917, le général Hindenburg décida de la création d'une ligne défense à l'arrière du front ; lors du retrait des troupes allemandes, tous les villages seraient détruits pour ne pas servir d'abri aux troupes franco-anglaises. Par la gare de Villers-Faucon, tous les habitants furent évacués dans des wagons à bestiaux dans le nord de la France et en Belgique. En mars 1917, avant du retrait des troupes allemandes sur la ligne Hindenburg, le long du canal de Saint-Quentin[6], les maisons sont pillées et incendiées, le village est systématiquement détruit. L'église[7], la mairie, les écoles et toutes les maisons sont dynamitées et les arbres sciés à 1 m de hauteur.
Le village, vidé de ses habitants, reste occupé par les Allemands ; il sera le théâtre de nombreux combats en mars, avril et août 1917[8]. Les ruines du village seront plusieurs fois reprises par chaque camp. Le Ronssoy et les environs de Lempire ont été le théâtre de violents combats en mars 1918 lors de la Bataille du Kaiser (offensive du printemps allemande connue sous le nom d'opération Michael. Ce n'est que vers le 19 septembre 1918, lors de la bataille de la ligne Hindenburg que Le Ronssoy sera définitivement libéré par les britanniques[9]. Plusieurs chars Mark V furent neutralisés au Ronssoy par les mines, les 29 et 30 septembre 1918, lors de l'attaque de la ligne Hindenburg par la 27e division américaine. Dans le cimetière militaire reposent les corps des soldats britanniques tombés lors des combats de 1917 et 1918 au Ronssoy. Peu à peu, les habitants évacués revinrent s'installer dans les ruines du village et alors démarra une phase de reconstruction qui durera une dizaine d'années. De 1260 habitants avant la guerre en 1911, Le Ronssoy n'en comptait plus que 651 en 1921, soit pratiquement la moitié.
Sur le Monument aux Morts sont écrits les noms des 56 soldats du Ronssoy morts pour la France[10].
Vu les souffrances endurées par la population pendant les quatre années d'occupation et les dégâts aux constructions[11], la commune s'est vu décerner la Croix de guerre 1914-1918 (France) le 27 octobre 1920[12].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le village du Ronssoy ayant été totalement détruit pendant la Première Guerre mondiale fut reconstruit durant l'entre-deux-guerres.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 6 mai 2014)
Michel Bray   Réélu pour le mandat 2014-2020[13],[14]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2016, la commune comptait 587 habitants[Note 1], en augmentation de 1,73 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0129871 0901 0831 2981 4381 4661 5381 512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6081 6451 6001 5841 5561 5171 4201 4051 385
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 2811 3101 260651754771740638714
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
716696636654624612545577587
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire communale compte 71 élèves à la rentrée scolaire 2017[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Desjardins, né le 16 août 1775 au Ronssoy, décédé en 1862, lieutenant d'infanterie sous le 1er Empire, chevalier de la Légion d'honneur en 1805 ( Samariens sous l'Empire).
  • Anatole Vély, artiste peintre né au Ronssoy en 1838, décédé en 1882.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Leconte, Notice géographique et historique sur la commune de Ronssoy, coll. « Archives départementales de la Somme », 1897-1899 (lire en ligne).
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. ttps://books.google.fr/books?id=KSyjkJPfPmoC&pg=PA583&lpg=PA583&dq=Le+Ronssoy+abbé+decagny+arrondissement+de+péronne&source=bl&ots=bELuzn86sG&sig=rPjPxI20tHstv_ntRci2njSwn6w&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwj9o7iyoP3ZAhXrLMAKHZM7BS4Q6AEIOTAD#v=onepage&q=Le%20Ronssoy%20abb%C3%A9%20decagny%20arrondissement%20de%20p%C3%A9ronne&f=false
  4. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5455364v/f140.image.r=ronssoy?rk=686698;4
  5. http://www.carto1418.fr/19140828.php
  6. http://www.carto1418.fr/target/19170316.html
  7. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9738762b/f162.image.r=ronssoy
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6466500d/f6.image.r=ronssoy?rk=64378;0
  9. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k599425g/f1.item.r=ronssoy.zoom
  10. https://www.geneanet.org/gallery/?action=detail&id=177331&individu_filter=BARBAUX&rubrique=monuments
  11. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8593481j/f1.item.zoom
  12. http://memorialdormans.free.fr/CommunesCroixDeGuerre14-18.pdf
  13. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 14 mars 2009)
  14. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  19. L'école sur le site du ministère de l'Éducation national.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]